Devoir de réserve : Elisabeth Borne recadre Ségolène Royal sur ses fonctions d'ambassadrice des pôles

Devoir de réserve : Elisabeth Borne recadre Ségolène Royal sur ses fonctions d'ambassadrice des pôles

COUP DE SEMONCE - Ce dimanche, Elisabeth Borne a sommé Ségolène Royal de faire un "choix" entre son devoir de réserve et sa liberté de parole, en tant qu'ambassadrice des pôles.

Un recadrage qui prend la forme d'un ultimatum, lancé par Elisabeth Borne, ministre des Transports, à Ségolène Royal, ambassadrice des pôles, ce dimanche 12 janvier. La ministre a sommé l'ancienne candidate à la présidentielle de 2008 de "faire un choix" entre son devoir de réserve et sa liberté de parole, si elle tenait à garder sa fonction. Une réponse aux multiples attaques portées récemment par Ségolène Royal contre l'exécutif.

Lire aussi

"On va être amenées à clarifier les choses ensemble"

Alors qu'elle était invitée à réagir sur BFMT à un déplacement de Ségolène Royal pour soutenir la candidate du parti socialiste aux municipales à Toulouse, Elisabeth Borne a mis celle dont elle fut la directrice de cabinet au ministère de l'Ecologie face à ses responsabilités. "Soit elle veut rester ambassadrice, et évidemment il y a un devoir de réserve, soit elle veut avoir sa liberté de parole (...) et dans ce cas il faut qu'elle ne soit plus ambassadrice", a-t-elle déclaré. 

"Je pense qu'on va être amenées à clarifier les situations ensemble", a prévenu Elisabeth Borne. "J'entends Ségolène Royal qui nous dit 'je suis attachée à ma liberté de parole'. Très bien, dans ce cas là il ne faut pas occuper une fonction dans laquelle il y a une obligation de réserve", a-t-elle martelé.

Lire aussi

Vendredi 10 janvier déjà, la ministre des Transports avait allumé une première mèche sur France Info. "Je note qu'elle critique le gouvernement très fortement depuis quelques semaines. Est-ce que c'est bien compatible avec un poste d'ambassadeur qui appelle une certaine réserve ? On peut se demander", s'interrogeait la ministre. 

Pesticides, retraites... Des salves de critiques

Si les récentes déclarations de Ségolène Royal ont froissé l'exécutif, c'est qu'elle les a multipliées ces derniers temps. Et notamment au mois de décembre, dans une série de tweets critiques sur les pesticides, la réforme des retraites ou encore la proximité d'Emmanuel Macron avec "le monde du business mondialisé".

Après cette salve, deux députés - UDI et LaREM - avaient pris l'initiative de convoquer l'ancienne ministre pour qu'elle s'explique à l'Assemblée nationale sur son bilan en tant qu'ambassadrice. Celle-ci devrait d'ailleurs recevoir sa convocation prochainement, précise l'AFP. 

En vidéo

Deux députés demandent des comptes à Ségolène Royal sur son bilan d'ambassadrice des pôles

"C'est important qu'elle confirme aux députés qu'elle mène bien cette mission avec tout l'engagement nécessaire, parce que les pôles, c'est évidemment un enjeu important", a commenté Elisabeth Borne.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon une revue médicale

Voici l'attestation de déplacement dérogatoire nécessaire à partir de ce samedi 28 novembre

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

EN DIRECT - Confinement assoupli : c'est aujourd'hui que les Français retrouvent leurs magasins

Qui est Michel Zecler, le producteur tabassé par des policiers ?

Lire et commenter