Dialogue avec l'islam : quand Valls oublie soigneusement de citer Sarkozy

Politique

OEIL POUR OEIL - Le Premier ministre a lancé lundi la première "instance de dialogue avec l'Islam de France". En concurrence avec le patron des Républicains sur ce thème, Manuel Valls a pris soin d'escamoter le nom de Nicolas Sarkozy en citant les anciens ministres de l'Intérieur. Sans oublier de lui donner une leçon de "laïcité" en passant.

Manuel Valls et Nicolas Sarkozy s'affrontent (encore) sur le thème de l'islam. Pas question pour le Premier ministre de laisser le patron des Républicains (LR) investir ce sujet, objet d'un débat à huis clos il y a quelques jours. Lundi, alors qu'il présentait la nouvelle "instance de dialogue avec l'islam de France" devant une centaine de responsables, dont des instances religieuses, Manuel Valls a même escamoté le nom et le rôle de Nicolas Sarkozy, lorsqu'il fut ministre de l’Intérieur (2002-2004 puis 2005-2007).

À LIRE AUSSI
>> Les Républicains : l'islam, l'invité qui dérange

Il tenait son discours, précisément, depuis le ministère de l’Intérieur. Voici ce qu'il y a dit : "C'est ici que depuis 30 ans, les ministres de l'Intérieur en charge de la relation avec les cultes vous ont aidé progressivement à organiser l'islam de France, Pierre Joxe, Jean-Pierre Chevènement, Charles Pasqua, Jean-Louis Debré et moi-même".

Le CFCM, mais pas Sarkozy

Certes, d'autres ministres de l'Intérieur, comme le socialiste Daniel Vaillant, ne sont pas cités dans l'énumération. Mais Manuel Valls n'ignore pas que la principale instance de l'islam, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a été créée en juin 2003 alors que Nicolas Sarkozy était en fonction. Et même lorsqu'il évoque le CFCM, dont il recevait des dirigeants lundi, Manuel Valls évoque les "limites" de cette instance sans un mot pour l'ancien premier flic de France.

En revanche, Manuel Valls n'a pas hésité à envoyer, à mot à peine couvert, un tacle au patron des Républicains, qui a fait de la laïcité son thème de prédilection. "Ceux qui utilisent la laïcité, en font un moyen pour exclure, pour stigmatiser, pour mépriser, pour montrer du doigt l'islam n'ont rien compris. Ils n'ont rien compris à ce qu'était la République". Ce n'est pas la première fois que les deux hommes s'affrontent sur ce terrain miné. Début juin, Manuel Valls avait ainsi affirmé que "Nicolas Sarkozy est un problème pour le pays" . Peu de temps auparavant, Nicolas Sarkozy avait de son côté accusé la gauche de "trahir la République". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter