Discours "creux et inutile" ou exercice de pédagogie : les réactions après l'intervention de Macron au Congrès

VERDICT - Les parlementaires de l'opposition ont jugé sévèrement l'intervention du chef de l'Etat à Versailles. La majorité a salué, elle, un exercice d'explication des réformes. LCI a recueilli quelques réactions à la fin du discours.

L'opposition a peu goûté le long discours tenu par Emmanuel Macron lundi, devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles. "Creux", "inutile", les qualificatifs se répétaient après l'intervention présidentielle. 


"La seule mesure concrète qui a été annoncée consiste à dire que le président écoutera les orateurs au Congrès l'an prochain. C'est cela la révolution macroniste", a ironisé le député LR Eric Ciotti. "Je m'incline devant tant d'audace. Mais quelle annonce concrète ? Il a enchaîné les belles paroles."

En vidéo

Eric Ciotti choqué par l'emploi du terme "déportation" par Emmanuel Macron

"C'était un très long discours, très creux, vague", a également tancé la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen. "Une succession de bonnes intentions, mais au-delà, aucune mesure précise, à part la poursuite de la destruction sociale. Si les Français ont aimé l'année dernière, ils vont adorer l'année prochaine, avec la réforme des minima sociaux et du chômage", a fustigé la députée, qui ne regrettait pourtant "pas d'être venue" écouter le chef de l'Etat, car "c'est un exercice constitutionnel". 

Pour le chef de file des députés Nouvelle Gauche et patron du PS Olivier Faure, "le Président, malgré ce que disent les Français, ne veut pas infléchir sa politique car il pense que c'est la seule possible". "Si c'était un discours pour nous dire qu'il ne changerait rien, alors ça ne servait à rien de nous convoquer à Versailles."


Du côté de la majorité, plusieurs ténors se sont chargés de défendre l'intervention présidentielle après le départ d'Emmanuel Macron. A commencer par le chef de file des députés LaREM, Richard Ferrand, qui a estimé sur Twitter que "pour bien agir, il faut écouter, comprendre, expliquer et rendre compte". "Il faudrait être sourd pour ne pas entendre que certains prêteraient à Emmanuel Macron d'être le président des riches", a-t-il expliqué aux journalistes, y voyant la nécessité d'expliquer l'action du quinquennat. "Ce qui marquera les esprits, c'est l'efficacité de ce que nous ferons", a-t-il assuré. 


Le député LaREM de la Vienne, Sacha Houlié, a pour sa part défendu un discours "humble mais résolu" du chef de l'Etat, pour "rendre compte" des réformes déjà engagées et "présenter le calendrier de l'année à venir". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter