VIDÉO - Prime exceptionnelle, plan pour l'hôpital, opération Résilience : Macron en chef de guerre contre le Covid-19

VIDÉO - Prime exceptionnelle, plan pour l'hôpital, opération Résilience : Macron en chef de guerre contre le Covid-19
Politique

ALLOCUTION - Après avoir visité l'hôpital militaire de campagne à Mulhouse, Emmanuel Macron a pris la parole ce mercredi soir et a appelé à nouveau à la mobilisation générale face à l'épidémie de coronavirus. Et promis plusieurs mesures, notamment pour le secteur de la santé.

En déplacement dans cette région du Grand-Est qui paye un lourd tribut face à l'épidémie de coronavirus, Emmanuel Macron a appelé à "l'union" pour mener "la guerre" contre le Covid-19, après une visite de l'hôpital militaire de campagne à Mulhouse.

Il a notamment fustigé "les facteurs de divisions" et "celles et ceux qui voudraient fracturer le pays".

"Nous devons n'avoir qu'une obsession, être unis" contre le virus, a-t-il ajouté, car "lorsqu'on engage une guerre on s'y engage tout entier, on se mobilise dans l'union". A cette occasion, le chef de l'Etat a tenu à faire un certain nombre d'annonces : une mobilisation de l'armée pour soutenir la population, un "plan massif d'investissement" pour les hôpitaux et des primes exceptionnelles.

Des investissements massifs pour l'hôpital

En première ligne face à l'épidémie, Emmanuel Macron a tenu à rendre hommage au personnel soignant.  "Les yeux sont cernés, la fatigue est présente, l'angoisse est là pour eux-mêmes, pour leurs collègues pour leur famille, je l'ai vu aujourd'hui avec beaucoup de force. La nation toute entière est derrière, reconnaissante", a-t-il souligné, en saluant leur "courage exceptionnel".

Mais au-delà de cette reconnaissance, le chef de l'Etat a notamment promis la mise en place d'un "plan massif d'investissement et de revalorisation de l'ensemble des carrières" pour l'hôpital, une fois la crise du coronavirus passée. Il a également juré qu'il serait "au rendez-vous de ce que nous devons". "Cette réponse sera profonde et dans la durée", a-t-il assuré.

Lire aussi

Des primes exceptionnelles

Emmanuel Macron a également assuré avoir demandé au gouvernement "d'apporter une réponse claire et forte de court terme pour l'ensemble des personnels soignants comme pour l'ensemble des fonctionnaires mobilisés afin de majorer les heures supplémentaires effectuées et sous forme de prime exceptionnelle". Il est "un peu tôt" pour connaitre le montant de la prime mais le gouvernement va y travailler, a précisé à l'AFP une source gouvernementale. 

Le chef de l'Etat réunira par ailleurs vendredi "l'ensemble des partenaires sociaux" alors qu'ont été adoptées ce mercredi 25 ordonnances dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire, dont une partie apporte des réponses économiques et sociales. "Un très gros travail a été fait ces derniers jours pour, secteur par secteur, apporter les meilleures réponses, pour organiser le travail, pour mieux protéger au travail", a-t-il salué.

Lire aussi

Les forces armées mobilisées

Lire aussi

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Enfin, le chef de l'Etat a annoncé le lancement d'une opération militaire baptisée "Résilience", qui mobilisera les forces armées pour aider la population touchée par l'épidémie de coronavirus, à l'approche du "pic qui est devant nous". Cette opération "Résilience", distincte de l'opération "Sentinelle" contre le terrorisme, "sera entièrement consacrée à l'aide et au soutien aux 

populations, ainsi qu'à l'appui aux services publics pour faire face à l'épidémie, en métropole et en Outre-mer", a-t-il affirmé.

Première décision, le porte-hélicoptères amphibie Mistral sera déployé "immédiatement" dans le sud de l'océan Indien et, "à partir de début avril, le porte-hélicoptères Dixmude ira se positionner dans la zone Antilles Guyane en soutien de nos territoires ultramarins", a annoncé Emmanuel Macron. "L'unité et le courage, nous permettront de vaincre, nous ne sommes qu'au début, mais nous tiendrons", a-t-il martelé, répétant à nouveau plusieurs fois "nous sommes en guerre". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent