Discours de François Fillon : la séquence émotion passée inaperçue (ou presque)

DirectLCI
PRIMAIRES - C'est un moment fort et pourtant il n'a pas retenu l'attention. Lors de sa rentrée politique à Sablé-sur-Sarthe, François Fillon a décidé de conclure son discours sur une note plutôt intimiste en évoquant deux êtres chers : sa mère et Philippe Séguin.

En quatrième position des intentions de vote, selon un récent sondage, François Fillon a décidé de fendre l'armure dimanche lors de son discours de Sablé-sur-Sarthe. Après les piques et les critiques à l'encontre de Nicolas Sarkozy, longuement décryptés dans les médias, l'ancien Premier ministre, s'est montré sous un autre jour. 


Un moment inattendu quand on sait l'homme peu friand de déclarations sur sa vie privé. Et pourtant ce moment est quasiment passé inaperçu.


Emu aux larmes, François Fillon a décidé de conclure ses propos en évoquant sa mère, Anne Fillon, disparue il y a quatre ans.  Sa mère "qui l'a toujours soutenu". Une passionnée d'histoire qui en avait fait son métier, maman de quatre garçons et qui était toujours restée très discrète sur la carrière politique de son fils. 


Une forme de lâcher prise qu'on ne lui connaissait pas.

Philippe Séguin, son mentor

Autre être cher, disparu lui aussi, évoqué par François Fillon, Philippe Séguin, son mentor en politique, "lui qui était tellement au-dessus des autres", selon ses dires. "Qui n’agissait que pour la France sans jamais placer ses ambitions avant l’intérêt général". 


C'est grâce à lui qu'il entre au gouvernement d'Edouard Balladur. C'était en 1993. Le début d'un long parcours politique qu'il aimerait bien conclure en gravissant la plus haute marche. 


Et c'est peut-être son va-tout qu'il a joué dimanche lors de cette séquence émotion en montrant aux Français qui il est.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter