Divorce annoncé avec Marine Le Pen : Philippot reste numéro 2 du FN, mais avec moins de pouvoirs

Politique
CLASH - Florian Philippot a indiqué ce mercredi sur CNEWS ne pas vouloir renoncer à son implication dans l'association Les Patriotes, double casquette qui lui vaut d'être poussé à la porte du Front national. Dans la foulée de son passage télévisé, Marine Le Pen l'a sanctionné en retirant au vice-président du parti "sa délégation à la stratégie et à la communication".

Il dit qu'il n'est "pas viré". "Pas encore". Car Florian Philippot sait très bien, en déclarant ce mercredi sur le plateau de CNEWS qu'il n'a "pas l'intention de quitter Les Patriotes ni de renoncer à [s]es idéaux", qu'il se pousse lui-même vers la sortie. Son cumul de fonctions au sein du parti Front national d'une part, et de son association Les Patriotes d'autre part, c'est justement la raison invoquée par les caciques du parti pour opposer un ultimatum en règle à celui qui est encore - mais pour combien de temps - vice-président du FN.


"J'ai demandé à Florian de choisir. Je vais le rencontrer. S'il n'accepte pas [de choisir], je choisirai pour lui" a ainsi déclaré Marine Le Pen, un peu plus tôt, sur le même plateau. Face à la menace, Florian Philippot prête le flanc :  "Si on veut me démettre, il faudra le faire, je le regretterai" a-t-il ainsi déclaré dans la soirée. 

Un visage du FN "épouvantable"

L'image de la victime qui attend que le couperet tombe fonctionnerait presque si Florian Philippot n'avait pas ensuite tiré à boulets rouges sur le Front national. Il assène, à propos de cette fameuse association au coeur de tous les courroux : "C'est un prétexte, cette association. Si le parti démontre qu'il crée un prétexte pour ça, alors pour moi, il va vers sa mort." Et de poursuivre : "Le FN est en train de faire un retour en arrière qui effraye beaucoup de gens. Je veux changer les choses, j'y crois beaucoup. Je sais qu'il y a des gens qui ne sont pas venus au Front national pour qu'on leur parle uniquement d'immigration. Et je vois que Marine (Le Pen, ndlr) laisse faire. (...) Le visage du FN qu'il renvoie en ce moment est épouvantable."


Pour la suite, Philippot assure qu'il compte "d'une manière ou d'une autre défendre [s]es idéaux". Et fait déjà un appel du pied en direction de Dupont-Aignan, député de l'Essonne et président de Debout la France : "Il faut faire l'union, il y a des patriotes partout, il ne faut pas faire de sectarisme."

Divorce pas tout-à-fait consommé

En attendant, du côté de la direction de Front national, le divorce ne semble pas être (tout-à-fait) consommé. Sur son compte Twitter  officiel, le parti relaye toujours l'interview de Florian Philippot comme s'il s'agissait d'un membre à part entière. A  l'exception toutefois des phrases les plus violentes...

Sur LCI enfin, le Secrétaire général Nicolas Bay répète inlassablement que "Florian Philippot a toute sa place" au sein du parti frontiste, tandis que tombe un communiqué de Marine Le Pen. Celle-ci, constatant l'entêtement de son vice-président à conserver sa double casquette, annonce qu'elle vient de décider de lui "retirer sa délégation à la stratégie et à la communication". De quoi le pousser vers la sortie, mais pas trop fort quand-même. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

FN : Florian Philippot claque la porte

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter