Divorce des écolos : EELV réclame plusieurs milliers d'euros à Placé et Rugy

Politique
LES BONS COMPTES - Le parti Europe Ecologie-Les Verts a fait savoir vendredi qu'il réclamait respectivement 11.600 et 13.500 euros à François de Rugy et Jean-Vincent Placé, les deux parlementaires qui ont claqué la porte du mouvement écologiste. Ces derniers, sur le départ, ne versaient plus leurs indemnités dûes au parti.

Ils sont partis sans passer à la caisse, au grand dam de leurs anciens camarades. Le parti Europe Ecologie-Les Verts a indiqué vendredi que les parlementaires François de Rugy et Jean-Vincent Placé, qui en ont récemment claqué la porte, devaient respectivement 11.600 et 13.500 euros au mouvement écologiste. Des montants qui correspondent à des sommes que le député et le sénateur étaient censés reverser à leur ancienne formation, soit 1300 euros par mois (30 % de leurs indemnités).

Ils ont arrêté de payer

Sollicité par l'AFP, François de Rugy a expliqué n'avoir pas effectué le versement semestriel de juillet car il "commençait à avoir des questions sur l'avenir". Même chose pour Jean-Vincent Placé, qui ne s'est pas exprimé sur le sujet. Les deux parlementaires ont créé cette semaine une nouvelle formation, "Ecologistes ! " en désaccord avec la ligne d'EELV vis-à-vis du gouvernement et son rapprochement avec le Front de gauche pour les régionales.

Les défections chez les écolos commencent à peser sur les finances du parti d'Emmanuelle Cosse. Le député Christophe Cavard, qui a pris le large en juin dernier, doit pour sa part 11.800 euros à la formation. Quand à son homologue François-Michel Lambert, suspendu d'EELV, la dette est de 13.800 euros. Un autre député - non démissionnaire pour sa part -, Sergio Coronado, doit 11.600 euros. Par ailleurs, chaque parlementaire recevant de l'Etat un financement public qu'il reverse à son parti, les pertes pourraient être encore plus lourdes pour EELV. Les écolos n'ont pas fini de régler leurs comptes. 

À LIRE AUSSI
>> Départs de Rugy et Placé d'EELV : l'explosion d'EELV, un air de déjà-vu

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter