Dix ans avant Valls, Philippe de Villiers parlait déjà d'un "apartheid" à la française

Politique

Mardi, depuis l’hôtel de Matignon, Manuel Valls a adressé ses vœux à la presse. Le Premier ministre a expliqué que la France vivait "un apartheid territorial, social et ethnique". Une sortie qui a divisé à gauche comme à droite. Mais le constat de Valls était déjà celui de Philippe de Villiers en 2005.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter