Voter à 16 ans, est-ce vraiment une bonne idée ? Eux l'ont déjà fait, ils nous racontent

Politique

A VOTÉ - À quelques semaines des élections européennes, la maire de Paris Anne Hidalgo s'est prononcée en faveur du droit de vote dès 16 ans et compte lancer une expérimentation dans plusieurs lycées. En Autriche, depuis plus de dix ans, les adolescents exercent déjà ce droit, nous leur avons demandé leurs impressions.

"À cet âge, on ne s'intéresse pas tellement à la politique." En 2013, Benedikt Fiedler, un jeune Autrichien, vote pour la première fois aux élections législatives... à 17 ans seulement. Depuis 2007, l'Autriche ouvre le droit de vote à toutes ses élections à l'âge de 16 ans alors que la majorité légale, elle, reste fixée à 18 ans. Une première en Europe. Seule l'île de Malte a emboîté le pas à l'Autriche en mars 2018. 

"C'était tout nouveau pour moi et pour la plupart de mes amis, et pour être honnête, on ne savait pas trop pour qui voter !",  relate Benedikt. Même son de cloche pour Marie Christine "J'ai hésité à aller voter à l'élection présidentielle de 2016, parce que je ne m'estimais pas suffisamment mature. La politique ne m'a jamais vraiment passionné." L'objectif derrière cet élargissement était clair : s'attaquer au taux d'abstention qui se révélait particulièrement élevé chez les jeunes électeurs. 

Élargir le corps électoral aurait la vertu de contribuer à ce que les partis politiques prennent davantage en considération les revendications des plus jeunes. "Disons qu'en pratique, c'est plutôt nous qui attachons plus d'importance aux politiques et aux élections", indique Marie Christine. 

Lire aussi

Vraiment utile ?

"Baisser l'âge pour voter, c'est bien, mais est-ce vraiment utile ? J'ai voté comme mes parents cette année-là", confie Benedikt. "Je n'ai pas voté pour mais contre le candidat d'extrême droite Norbert Hofer", reconnaît Marie Christine, "Mon vote n'a pas servi à faire valoir mes idées mais à contrer celle des nationalistes." Alors que les élections européennes se rapprochent, Benedikt s'interroge sur l'intérêt que portent les plus jeunes Autrichiens à ce rendez-vous électoral : "J'ai l'impression que peu de gens sont au courant pour cette élection. D'un autre côté, je trouve que la jeunesse se passionne davantage pour la politique, surtout pour des sujets globaux comme le réchauffement climatique et la crise des réfugiés." 

Dans les chiffres, la réalité est tout autre : en 2008, 80 % des 16-17 ans ont voté aux législatives, mais en 2013 ils n’étaient plus que 63 %. "Les jeunes ne se sentent pas encore tout à fait responsables à cet âge-là, avoir de nouvelles responsabilités peut donc les freiner d'aller voter", explique Benedikt. Les élections européennes parviendront-elles à réveiller la jeunesse autrichienne ?  Réponse le 26 mai.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter