Droits des femmes, mariage homosexuel... : quelles convictions défend réellement Fillon ?

Droits des femmes, mariage homosexuel... : quelles convictions défend réellement Fillon ?
Politique

FOCUS - Soutenu par Sens Commun, François Fillon défend des positions éminemment conservatrices sur les droits des couples de même sexe et ceux des femmes à disposer de leur corps. Elles étaient passées relativement inaperçues dans la campagne, jusqu'à sa qualification pour le deuxième tour.

La grande surprise de cette soirée électorale, c’est lui. François Fillon, écarté par les sondages qui lui ont longtemps préféré un duel Sarkozy/Juppé, est arrivé dimanche soir en tête du premier tour de la primaire de la droite et du centre. Au cœur d’une campagne résolument tournée vers les questions sécuritaires, il en aurait presque fait oublier ses positions discrètes sur les thèmes de société que constituent les droits des femmes et des couples de même sexe. Seul candidat soutenu par Sens Commun, association issue de la Manif pour Tous, François Fillon est pourtant doté d’un prisme pour le moins conservateur.

La place des femmes dans la société

Le 15 novembre dernier s'est tenue une réunion publique organisée par des porte-paroles du candidat Fillon autour de propositions "pour la liberté ds femmes". Une opération séduction en l'absence du principal intéressé, mais à laquelle participait son épouse, Pénélope Fillon. Au menu : de grandes idées qui regroupent pêle-mêle des "mesures en direction des mères isolées", la "lutte contre les violences faites aux femmes", la vigilance à l'égard de "l'Islam radical", la "protection des enfants" et la mise en valeur de "l'égalité homme/femme". 

Lire aussi

    Au cœur de cet argumentaire, qui veut traiter dans le même temps les problématiques liées aux droits des femmes... et des enfants, il y a la vision de la condition féminine comme pivot d'une politique familiale.  Ce qui n'aura pas manqué de rassurer les partisans de la Manif pour Tous. 

    Droit à l'avortement

    Et dans tout ça, où sont passés l'accès à la contraception et le droit à l'IVG ? On cherche encore, dans le programme de François Fillon, une volonté d'appuyer le droit des femmes à disposer de leur corps. En effet, dans le volet consacré aux femmes, les mots "contraception" ou "avortement" ne sont pas mentionnés une seule fois. Alors le moins que l'on puisse dire, c'est que François Fillon démontre, sur le droit à l'IVG, une position ambiguë.

    C'est que le candidat à l'élection présidentielle fait la part des choses entre son "opinion personnelle" et "l'intérêt général". "Philosophiquement et compte tenu de [sa] foi personnelle", François Fillon "désapprouve l'avortement." Mais il dit avoir conscience que c'est une loi "sur laquelle personne ne reviendra". Interrogé par Léa Salamé dans l'émission Politique sur France 2, le grand gagnant du premier tour le réaffirme cependant : selon lui, le droit à l'IVG "n'est pas un droit fondamental". Par ailleurs, en 2014, il s'est abstenu au cours du scrutin public sur l'ensemble du projet de loi pour l'égalité entre les femmes et les hommes, qui proposait le retrait de la condition de détresse pour pratiquer l'avortement. Le risque, expliquait-il alors ? "Banaliser l'IVG, qui doit rester une exception".

    Mariage et adoption pour les personnes de même sexe

    Il le dit, il l'affirme, François Fillon souhaite procéder à une réécriture de la loi Taubira. Cependant, il ne devrait pas, s'il était élu, revenir sur le mariage homosexuel.

    C'est en fait sur la filiation que la candidat souhaite revoir la copie de la loi Taubira. "Les règles concernant la filiation doivent être rééxaminées, car il y va de l'intérêt de l'enfant et cela prévaut pour moi sur toute autre considération." Et s'il dit savoir que "des couples homosexuels accueillent des enfants avec amour", il ne juge pas pour autant "légitime que la loi permette de considérer qu'un enfant est fils ou fille, de manière exclusive, de deux parents de même sexe". Il souhaite donc que l'adoption plénière soit rendue possible uniquement pour les couples hétérosexuels.

    PMA et GPA

    C'est sur la PMA et la GPA que les positions de François Fillon sont les plus fermées. Dans son programme, la procréation médicalement assistée est limitée aux couples stériles et interdite pour les couples de femmes ainsi qu'aux femmes seules. Quant à la gestation pour autrui (GPA), l'ancien Premier ministre souhaite la garder hors d'accès pour tous. Et renforcer les sanctions pénales à l'égard des couples bravant l'interdit.

    La France, un "pays à prendre", "comme une femme"...

    Enfin, en matière de sensibilisation au sexisme, on se souvient d'une sortie aussi hasardeuse que malheureuse, venant d'un François Fillon alors très en forme. Au mois d'octobre 2015, invité des Grandes Gueules, il confirme son ambition présidentielle et lâche : "Simplement ce que je n’aime pas dans cette formulation-là, c’est le sentiment que la France est un pays à prendre, c’est comme une femme, au fond, et il faut vraiment en avoir envie, et il faut lui montrer tous les jours...."

    Lire aussi

      En vidéo

      Primaire de la droite : sur Google, François Fillon avait déjà gagné

      Sur le même sujet

      Et aussi

      Lire et commenter

      Alertes

      Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent