Du Modem au Front National, cet ex-candidat de l’Amour est dans le pré assume son grand écart

Du Modem au Front National, cet ex-candidat de l’Amour est dans le pré assume son grand écart
Politique

Toute L'info sur

Le second tour de l'élection présidentielle 2017

BASCULEMENT - Situé au centre de l'échiquier politique depuis sa majorité, Christophe Lechevalier, un agriculteur de 49 ans, souhaite désormais voir le Front National remporter l’élection présidentielle. Dans un portrait, Libération revient sur le parcours atypique de cet ex-participant à l’Amour est dans le pré.

"Je suis un démocrate, j’aime pas le bordel, martèle Christophe Lechevalier dans les colonnes du journal Libération. Quand j’étais au Modem, le FN me faisait peur, je pensais que c’était des nazis, qu’ils prônaient la haine." Pourtant, c’est bien la victoire du parti de Marine Le Pen que souhaite désormais  l’ex-participant à l’émission phare de M6, l’Amour est dans le pré. 

La raison de ce basculement ? Il est allé à la rencontre du frontiste Bernard Monod, dans sa maison et a pu discuter avec Marion Maréchal-Le Pen. "Ce sont des gens simples qui se prennent pas la tête et qui vont à la rencontre des citoyens", retient-il. Après trois cambriolages en quatre ans, la crainte des attentats, l’inquiétude autour des voitures de policiers brûlées, des prisons peuplées "de personnes d’origine étrangère", de la fermeture des services publics, de la désertification rurale ou de la PAC (politique agricole commune), l’agriculteur se sent écouté par les membres du parti frontiste. L’opération séduction est réussie.  

Lire aussi

Rien n’est gagné. Tout est possible. Faut travailler pour capter l’attention des gens- Christophe Lechevalier

Pourtant, le cœur de Christophe Lechevalier était déjà pris par le Modem. L’homme qui "a du bagou" et est "habitué à convaincre", selon les termes du journaliste Quentin Girard, a déjà réussi à faire venir "Bayrou, Lassalle, Hervé Morin", dans son petit village de Nouvelle-Aquitaine, Flavignac. Dans ce petit bout de campagne, traditionnellement à gauche et où Emmanuel Macron est sorti en tête au premier tour, Marine Le Pen est venue conquérir les habitants à l’invitation Christophe Lechevalier,  il y a deux semaines. "Est-ce qu’il y a beaucoup d’agriculteurs qui sont capables de faire déplacer des leaders sur leur exploitation pour défendre les agriculteurs et le monde rural ?", se félicite-t-il. 

L’éleveur espère ainsi faire basculer son village, comme l'a fait Pageas, situé juste à côté. Sur ce sujet, il est d’ailleurs plutôt confiant. L’agriculteur explique notamment avoir discuté avec trois jeunes de sa région qui "ont voté pour Mélenchon" et "qui ont dit 's’il ne passe pas, on votera Le Pen au deuxième tour'" pour exprimer "un refus de la politique actuelle".  Il tire son bilan du premier tour : "Rien n’est gagné. Tout est possible. Faut travailler pour capter l’attention des gens."

Et pour y parvenir, l’homme de 49 ans compte bien user de sa notoriété acquise grâce à l’émission l’Amour est dans le pré, à laquelle il a participé à deux reprises sans jamais trouver l'âme-sœur. Seul regret pour l’agriculteur : il n’a pas pu se présenter aux législatives à cause de la règle de la parité. 

Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle

Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent