Dupont-Aignan veut mettre "hors d'état de nuire l’extrême gauche et les casseurs qui déconsidèrent" les Gilets jaunes

Dupont-Aignan veut mettre "hors d'état de nuire l’extrême gauche et les casseurs qui déconsidèrent" les Gilets jaunes
Politique

Toute L'info sur

L'interview Politique

INTERVIEW - Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, était l'invité politique de la matinale de LCI ce lundi 18 novembre. Il est revenu sur les violences survenues à Paris lors de l'acte 53 des Gilets jaunes, la réforme des retraites et la crise dans les hôpitaux.

Samedi, des violences ont émaillé la manifestation des Gilets jaunes à Paris. "J’ai toujours dit que les manifestations à Paris n’avaient aucun sens", a déclaré Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, sur LCI. "Il faut comprendre ce qu’étaient les Gilets jaunes au départ et comment une extrême gauche et des casseurs, avec une complaisance du gouvernement, ont détruit ce mouvement. Mais les revendications sur l’essence, la privatisation des autoroutes, le pouvoir d’achat, les retraites, ce n’est pas les Gilets jaunes mais l’ensemble de Français qui n’en peuvent plus." 

"L’important c’est de mettre hors d’état de nuire l’extrême gauche et les casseurs qui déconsidèrent le mouvement social. C’est insupportable, ces violences", a-t-il ajouté.

Voir aussi

"Macron est porteur de division"

Le député de l'Essonne s'est également montré sévère avec le président de la République. "Il est porteur de division, il aime la division, il se nourrit de la division. J’aimerais qu’on soit dur avec les casseurs et un peu plus doux avec les Français, que le Président comprenne que la réforme des retraites ne passe pas car elle est d’une injustice incroyable. Oui, c’est un diviseur, car il favorise sa classe sociale, les plus riches de France, et humilie toujours les plus modestes."

Lire aussi

Il a fustigé la réforme des retraites souhaitée par le gouvernement. "Le système à point que prévoit monsieur Macron, c’est que le calcul va être fonction des 43 années. Ça veut dire que les retraites vont baisser de 15 à 20%", a-t-il avancé, alors que les modalités n'ont pas encore été dévoilées, tout comme la valeur du point. "Le système par point est à la merci de la valeur des points, c’est ce qu’il s’est passé en Suède." Dupont-Aignan s'est prononcé pour la "réforme des régimes spéciaux. On n’a pas besoin de casser la retraite de 95% des Français pour régler 5% du système des retraites". 

Augmenter d'un milliard le budget de l'hôpital

A propos de l'hôpital, il a déclaré : "Il faut augmenter le budget d’un milliard d’euros. Et il faut qu’il prenne cet argent sur le coût de l’immigration, sur les fausses cartes vitale qui circulent." Selon lui, les 1,5 à 1,8 million de fausses cartes qui circulent coûtent entre 10 et 15 milliards d’euros par an.

Voir aussi

Nicolas Dupont-Aignan a également estimé que le mouvement de grève prévu le 5 décembre prochain était "important pour freiner le gouvernement dans ses projets. Mais j’aimerais que la CGT trouve un autre moyen de protester" a-t-il ajouté.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter