Écologie : le bilan de Hollande teinté de couacs

Politique

ÉCOLOGIE - Notre-Dame-des-Landes, écotaxe, Fessenheim… Il n’y a pas que sur le front économique que le bilan de François Hollande est très modeste. En matière d’écologie, le gouvernement a surtout brillé par ses couacs et ses désaccords. Heureusement que la Cop 21 sauve l’ensemble…

Et si le désaccord Valls-Royal, au sujet des rejets de "boues rouges" au large de Cassis, était à l’image de ce qui s’est passé depuis quatre ans en matière de politique environnementale ? Ce lundi, dans son communiqué de presse, le Premier ministre indique qu’elle a été pleinement associée à la décision prise en décembre dernier. Or, la ministre de l’Écologie affirme qu’elle n’a pas réussi à s’opposer à la décision de Matignon.

Une "mise au point" qui s’ajoute à une série de couacs, très nombreux, en matière d’écologie. Tout le monde a encore en mémoire l’épisode de l’écotaxe. Cette taxe sur les poids-lourds devait servir à financer le transport en TGV.  Mais face à la levée de boucliers des chauffeurs de camions, elle a été abandonnée. Il va falloir à présent démanteler les 170 portiques qui ont été installés sur les routes par la société Ecomouv.  Cela coûtera  à l’Etat la bagatelle de 800 millions d’euros. 

Le référendum sur Notre-Dame-des-Landes n'a rien réglé

Quelques mois plus tard, c’est le dossier Notre-Dames des-Landes qui va pourrir les relations entre le gouvernement et les écologistes. Cet aéroport près de Nantes, voulu par Jean-Marc Ayrault, divise la population sur place.  Il faudra finalement un référendum local pour que cet aéroport se fasse, 55% pour le oui.

Mais aujourd’hui encore, il y a encore des centaines de zadistes qui occupent le terrain du projet. Ils ne veulent pas partir et il sera très difficile de les contraindre par la force. Car le ministre de l’intérieur a bien sûr encore en mémoire la mort de Rémi Fraisse en octobre 2014 alors qu’il s’opposait au barrage de Sivens. Le projet a d’ailleurs été abandonné.

La Cop 21 pour oublier le reste

Autre promesse de François Hollande pendant sa campagne, la fermeture de la centrale Fessenheim avant 2017. Or, ce ne sera sans doute pas le cas. La plus vieille centrale nucléaire de France ne pourra fermer que lorsque l’EPR de Flamanville ouvrira, c’est-à-dire pas avant 2018.

A noter qu’il y a quand même dans ce bilan difficile sur l’écologie la Cop 21. François Hollande et Laurent Fabius se sont beaucoup démenés pour faire aboutir les négociations sur un accord mondial sur le climat.  Ce week-end, il y a eu une bonne nouvelle : les Américains et les Chinois ont accepté de ratifier l’accord de Paris.  Finalement, c’est à l’international  que François Hollande a le mieux réussi.  Comme s’il était finalement  plus facile de négocier au sein du G20 que de mettre d’accord des socialistes ou des écologistes entre eux. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter