Le gouvernement annonce la mise en place d'une écotaxe de 1,50 à 18 euros sur les billets d'avion

Le gouvernement annonce la mise en place d'une écotaxe de 1,50 à 18 euros sur les billets d'avion
Politique

ÉCOLOGIE - À l'issue d'un Conseil de défense écologique ce mardi à l'Elysée, la ministre des Transports, Elisabeth Borne, a annoncé la mise en place à partir de 2020 d'une écotaxe de 1,50 à 18 euros sur les billets d'avion.

La mesure était notamment préconisée par des professionnels du tourisme. Le gouvernement a annoncé ce mardi la mise en place une écotaxe de 1,50 à 18 euros sur les billets d'avion à partir de 2020 pour tous les vols au départ de la France, sauf vers la Corse et l'Outre-Mer et sauf vols en correspondance. 

Cette mesure, annoncée par la ministre des Transports, Elisabeth Borne, à l'issue d'un Conseil de défense écologique à l'Elysée, sera intégrée au projet de loi de finances 2020 et s'appliquera à toutes les compagnies. "Pas question que  notre pavillon national s'en trouve désavantagé", a souligné la ministre. Elle prévoit une écotaxe allant de 1,50 euros sur les vols intérieurs et intra-européens en classe éco, de 9 euros pour ces vols en classe affaire, de 3 euros pour les vols en classe éco hors UE et et jusqu'à 18 euros pour les vols hors UE en classe affaire. 

Lire aussi

Cette taxe devrait rapporter 182 millions d'euros dès la première année. Une somme qui, affirme la ministre, sera consacrée à des investissements pour des infrastructures de transports plus écologiques, notamment le ferroviaire. "Depuis des mois s'exprime un sentiment d'injustice chez nos concitoyens sur la fiscalité du transport aérien. La France s'est engagée sur la voie de la taxation du transport aérien mais il y a urgence", a expliqué Elisabeth Borne. "Aussi nous avons décidé comme d'autre pays de mette en oeuvre un écocotribution progressive". 

Le transport routier également concerné

À partir de 2020, toujours, "le remboursement partiel dont bénéficie le transport routier de marchandises sur le gasoil sera réduit de deux centimes par litre, ce qui représente une contribution de 140 millions d'euros en année pleine", a encore déclaré la ministre des Transports. "Ce sera entièrement affecté à l'Agence de financement des  infrastructures", a-t-elle ajouté lors d'une conférence de presse, précisant qu'elle allait "réunir les organisations professionnelles dès cet après-midi (mardi) pour discuter de l'ensemble des enjeux du secteur".

Jeudi la Fédération nationale des transports routiers (FNTR) avait mis en garde jeudi le gouvernement contre des manifestations et des "débordements" à la rentrée s'il ne renonçait pas à ses projets d'augmentation de la fiscalité du secteur.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter