Election à l'UMP : la campagne de Nicolas Sarkozy en cinq temps forts

Election à l'UMP : la campagne de Nicolas Sarkozy en cinq temps forts

POLITIQUE– Les militants de l'UMP sont appelés à voter pour élire leur président à partir de vendredi 20 heures et samedi jusqu'à 20 h. Metronews a sélectionné cinq temps forts d'une campagne où Nicolas Sarkozy a été au coeur des débats.

Son retour était prévu et très attendu. Après s'être déclaré candidat à la présidence de l'UMP sur Facebook le 19 septembre, Nicolas Sarkozy se lançait pleinement dans la bataille lors de son premier meeting le 25 septembre à Lambersart (Nord). L'ancien chef de l'Etat a multiplié les meetings en fin de campagne face à des adversaires, Bruno Le Maire et Hervé Mariton, qui n'ont pas ménagé leurs efforts pour convaincre les militants du parti. Metronews a sélectionné cinq faits marquants de la campagne de Nicolas Sarkozy.

EN SAVOIR + >> Nicolas Sarkozy, chronologie d'un retour annoncé

"Est-ce que vous me prêtez deux neurones d'intelligence?"

Une interview de 40 minutes au JT de 20 heures sur France 2 pour expliquer les raisons de son retour. Invité de Laurent Delahousse le 21 septembre, Nicolas Sarkozy devait démontrer qu'il a changé deux ans et demi après avoir été battu par François Hollande lors de la présidentielle de 2012. Interrogé sur les affaires judiciaires qui pourraient freiner sa route politique, le candidat à la présidence de l'UMP a lancé au journaliste : "Est-ce vous me prêtez deux neurones d'intelligence ?" De quoi permettre à Nicolas Sarkozy de marquer rapidement les esprits... sans forcément convaincre de son changement.

Affaire Bygmalion : quand Nicolas Sarkozy propose un poste à un militant UMP

Il souhaitait poser une question à Nicolas Sarkozy sur l'affaire Bygmalion. En guise de réponse, ce militant UMP s'est vu proposer ... un poste. Une scène révélée dans un reportage de "Complément d'enquête" consacré à l'affaire Bygmalion diffusé sur France 2. A l'occasion d'un meeting du candidat à Nice le 21 octobre, le militant niçois qui a porté plainte pour connaître la vérité sur cette affaire a été invité à rencontrer en coulisses le candidat quelques minutes avant le début de la réunion publique. Nicolas Sarkozy lui propose alors de participer à une future commission financière au sein du parti. Si le militant UMP accepte, il réitère tout de même son envie de poser une question en public. En vain : il n'a jamais réussi à obtenir la parole, le micro lui échappant à chacune de ses demandes.

EN SAVOIR + >> La drôle de proposition de Nicolas Sarkozy à un militant

Mariage pour tous : Nicolas Sarkozy veut désormais "l'abrogation" de la loi Taubira

C'est une prise de position de Nicolas Sarkozy qui a suscité des réactions négatives... jusqu'à ses propres partisans. Mouvement affilié à l'UMP issu de l'opposition à la loi sur le Mariage pour tous, Sens commun avait invité Bruno Le Maire, Hervé Mariton et Nicolas Sarkozy lors de leur meeting national le 15 novembre à Paris. Une réunion publique où l'ex- chef d'Etat a franchi un cap concernant sa position sur la loi Taubira.

Après avoir dans un premier temps déclaré que cette loi "devra être réécrite de fond en comble", le candidat à la présidence de l'UMP a fini par céder devant l'insistance de la salle. "Cela ne sert à rien de dire que l'on est contre la PMA et la GPA si on n'abroge pas la loi Taubira", a-t-il affirmé. Le mot abrogation tant voulu par les militants de Sens commun est lâché. De quoi mécontenter plusieurs soutiens de Nicolas Sarkozy dans cette campagne, de NKM à Christian Estrosi en passant par Nadine Morano.

EN SAVOIR + >> Devant Sens Commun, Sarkozy veut abroger la loi Taubira

Bordeaux : Alain Juppé sifflé lors du meeting de Nicolas Sarkozy

Alain Juppé sifflé et hué dans sa propre ville par des militants de son propre parti. Le moment restera comme l'un des principaux temps forts de cette campagne. Lors d'un meeting de Nicolas Sarkozy à Bordeaux le 22 novembre, le maire de la ville Alain Juppé a ainsi dû affronter à plusieurs reprises la bronca d'une partie des 4.000 militants venus ce jour-là pour acclamer l'ancien président.

Malgré cet accueil glacial, Alain Juppé a tout de même pu lancer une pique contre son fort probable principal rival de la future primaire à droite pour la présidentielle. "Je ne me laisse pas pour ma part impressionner par les mouvements de foule", a-t-il en effet déclaré en allusion aux propos de Nicolas Sarkozy lors du meeting de Sens commun quelques jours plus tôt.

EN SAVOIR + >> Sarkozy a bien entendu les sifflets contre Juppé mais...

Origines de Rachida Dati : une polémique pour terminer la campagne

C'est une polémique de fin de campagne dont Nicolas Sarkozy se serait bien passé. En meeting à Boulogne-Billancourt le 25 novembre, l'ex-président a célébré 'la diversité" au sein de son ancien gouvernement. Selon lui, nommer Rachida Dati, "de père et mère algérien et marocain (sic) pour parler de la politique pénale, ça avait du sens". Ou comment prêter le flanc aux critiques à quelques jours de l'élection... et requinquer la concurrence.

EN SAVOIR + >> Sarkozy crée la polémique en évoquant les origines de Rachida Dati

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - "Nous devrions être ce soir à 12 millions d'injections, deux millions de plus" que prévu, affirme Jean Castex

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Quels sont les scénarios pour rouvrir les terrasses et les lieux culturels le 15 mai ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

Lire et commenter