Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon veut "faire cesser les maltraitances sociales"

Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon veut "faire cesser les maltraitances sociales"

INTERVIEW - Invité mercredi du 20H de TF1, le candidat La France insoumise a dévoilé une partie de son programme pour l'élection présidentielle.

"J'abrogerais le pass sanitaire." Invité ce mercredi soir par Gilles Bouleau au JT de TF1, Jean-Luc Mélenchon a confirmé une mesure forte issue de son programme en vue de l'élection présidentielle. Alors que l'épidémie de Covid-19 repart, le candidat de La France Insoumise souhaite également un retour de la gratuité pour les tests.

"Le pass sanitaire donne un faux sentiment de sécurité", a estimé le député des Bouches-du-Rhône. "On m'a expliqué qu'étant vacciné, je pouvais contaminer d'autres personnes, et je pourrais quand même contracter le virus." 

Toute l'info sur

L'élection présidentielle 2022

"Il faut rétablir le test gratuit", a par ailleurs réclamé le candidat. "Pour la qualité de nos relations, il faut le rétablir pour que chacun prenne sa responsabilité." Jean-Luc Mélenchon souhaite également un moratoire sur les lits d'hôpitaux. "Il faut arrêter, on en a déjà fermé 13.000".

"Il est temps de se secouer pour la jeune génération"

Autre dossier phare de son programme : la pauvreté. Jean-Luc Mélenchon plaide pour une augmentation du Smic, à 1400 euros, et plus une seule retraite en dessous du niveau du salaire minimum. Une mesure de "justice". 

Pour la jeune génération, "il est temps de se secouer", a souligné l'élu LFI. "Tous les étudiants auront une allocation d'autonomie de 1000 euros, à condition de ne pas être rattachés fiscalement à leurs parents." Autre idée : "Les emplois jeunes, payés au niveau du Smic, qui concernerait 300.000 personnes. Ça, c'est une relance de la consommation populaire."

Lire aussi

Pour le candidat insoumis, il faut une loi "d'urgence sociale" pour "arrêter de maltraiter les gens". "Vous avez 800.000 personnes contractuelles qui vivent dans l'angoisse du lendemain. Si je suis élu, je les titularise tous dès le lendemain matin." 

"Je n'accepte plus que 85% des contrats d'embauche en France soient des CDD. C'est insupportable", a-t-il poursuivi. "Il faut un nombre maximum, 5%, 10% en entreprise. Ça suffit de maltraiter les gens."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

EN DIRECT - Covid-19 : en Allemagne, un premier cas suspect de variant Omicron détecté

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Covid-19 : bars, trains, métro... les principaux lieux de contamination identifiés par une nouvelle étude

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.