Présidentielle : "Dès que Éric Zemmour sera candidat, il perdra du terrain", juge le philosophe Raphaël Enthoven

Présidentielle : "Dès que Éric Zemmour sera candidat, il perdra du terrain", juge le philosophe Raphaël Enthoven

POLITIQUE - Invité d'Élizabeth Martichoux ce jeudi, le philosophe et écrivain Raphaël Enthoven estime que le polémiste Éric Zemmour, annoncé dans la course à la présidentielle, "est populaire tant qu'il n'est pas effectivement candidat".

Éric Zemmour va-t-il se lancer dans la course à l'Élysée ? La question agite la classe politique depuis plusieurs semaines, alors que le polémiste est en hausse dans les sondages. Mais pour le philosophe Raphaël Enthoven, le côté radical d'Éric Zemmour "est une façon de ne pas s'engager". "Les propositions de Zemmour, comme celles de l'écologiste Sandrine Rousseau, ont en commun la démission idéologique du réel, même si elles sont antagonistes", note-t-il sur LCI.

Toute l'info sur

Eric Zemmour, de polémiste à candidat à la présidentielle ?

En effet, "Éric Zemmour a une approche intellectuelle de sa propre démarche", estime le philosophe. "À tel point que nous pouvons nous demander si tout cela n'est pas qu'une vaste opération de promotion d'un livre qui, une fois qu'il sera bien vendu, fera dire à son auteur qu'en définitive, il n'est pas fait pour le métier de président", se demande Raphaël Enthoven. "S'il renonce, il paiera très cher l'ivresse suscitée chez certains qui ne comprendraient pas que cette homme se détourne des responsabilités."

Si Éric Zemmour est candidat, il va devoir rendre des comptes- Raphaël Enthoven, philosophe

Mais selon lui, le polémiste "n'a pas envie d'y aller". "Les conditions pour qu'un candidat qui ne se soucie pas du réel, mais uniquement de ce qu'il propose, arrive aux affaires, ne me paraissent pas réunies", poursuit Raphaël Enthoven, qui estime qu'Éric Zemmour "est populaire tant qu'il n'est pas candidat".

Lire aussi

"Il impose des idées dans le débat, à une altitude idéologique qui lui permet d'avoir le bon rôle, sans s'engager, sans dire qu'il est candidat", explique le philosophe au micro d'Élizabeth Martichoux. "Les personnes qui souscrivent à ce que dit Zemmour entendent des paroles qu'ils pensaient tout bas depuis longtemps et qu'il est seul à dire. Tant qu'il n'y a pas de candidature et qu'il n'entre pas dans le dur de la campagne avec des propositions concrètes, cela trouve un écho merveilleux."

En revanche, si Éric Zemmour se lance dans la course à l'Élysée, "il va devoir rendre des comptes sur des faits très précis, parler d'économie, s'adapter à la Constitution", rappelle Raphaël Enthoven. Or, "un candidat du fantasme et du désir, comme c'est son cas, a tout à perdre à rentrer dans un débat concret sur des éléments réels et à proposer des solutions pratiques". "À la seconde où il sera candidat, s'il doit l'être, à mon avis, il perdra du terrain", conclut-il.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi ? Le 20H vous répond

VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

EN DIRECT - 13-Novembre : "Nous sommes des rescapés du Bataclan et des oubliés de l'administration", témoigne un policier

"C’est ridicule" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.