Les élections municipales vont-elles être perturbées par la propagation du coronavirus ?

Les élections municipales vont-elles être perturbées par la propagation du coronavirus ?

EXPECTATIVE - Programmées les 15 et 22 mars prochains, les élections municipales 2020 pourraient être perturbées par la propagation du coronavirus. Malgré les efforts du gouvernement, qui martèle que le scrutin se déroulera sans incidence, certains doutes subsistent. LCI fait le point.

"Il n'est absolument pas à l'ordre du jour de repousser les élections municipales." La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a de nouveau affirmé ce matin que le scrutin à venir ne devrait pas faire l'objet de changements trop importants malgré la progression de l'épidémie de coronavirus. Et pour cause, une annulation semble difficile à envisager tant politiquement que juridiquement. Au plus, les élections pourraient être décalées - par le biais du vote d'une loi - mais cela créerait de nombreuses problématiques dont la légitimité des élus en place à exercer leur pouvoir durant le délai supplémentaire. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire aussi

"Le scrutin des municipales est un dispositif très lourd et très cher à organiser, et le repousser aurait de multiples conséquences, par exemple sur l'équilibre des comptes de campagne", ajoute Bruno Daugeron, professeur de droit public à l'Université Paris Descartes, auprès de France Info, estimant que "le gouvernement fera donc tout pour le maintenir". 

En vidéo

Coronavirus : Sibeth Ndiaye évoque le plan de continuité d'activité de l'Etat

Toujours est-il que le déroulement du suffrage devrait tout de même être impacté, aussi bien pour ce qui est de la campagne, qui a officiellement débuté ce lundi, qu'au moment du vote. 

Des campagnes bouleversées

De fait, la propagation du coronavirus entraîne de fortes perturbations et de nombreux ajustements. L'actuelle maire de Paris Anne Hidalgo, candidate à sa propre succession, parle ainsi d'une "drôle de campagne". Concrètement, ces changements se traduisent par la limitation des réunions et meetings de grande ampleur. Une obligation qui fait suite à l'interdiction des rassemblements de plus de 5000 personnes. Les tractages se retrouvent eux aussi limités, tandis que certaines villes tardent, elles, à mettre en place les affiches de campagne, comme à Lorient. 

Des candidats sont en outre touchés par la maladie, réduisant presque leurs chances à néant. Ainsi, Bruno Fortier, "porteur de cette cochonnerie [le coronavirus, ndlr]", se trouve contraint de respecter des mesures strictes de confinement, tout comme Luc Rémond, maire de Voreppe, confiné en raison d'un voyage en Italie, ou François Daviet, celui de La Balme-de-Sellingy, contaminé et hospitalisé.

Un scrutin impacté

Les 15 et 22 mars, les deux tours des municipales vont également être particulièrement encadrés, notamment d'un point de vue sanitaire. Le gouvernement a d'ores et déjà annoncé la mise à disposition de masques et de solutions hydroalcooliques sans pour autant trancher si leur usage serait rendu obligatoire ou non. Dans la lignée des questions d'ordre hygiénique, se pose par ailleurs la question des stylos utilisés pour signer après le vote. Habituellement, le même est utilisé par tous sans précaution. Si un débat a eu lieu à ce propos au niveau gouvernemental, aucune solution n'a pour l'instant été proposée.

Mais le principal impact pourrait surtout être humain : des bureaux de vote dans certaines grandes villes (Le Mans, Paris) ont ainsi déjà fait connaître leur manque de personnel. À Paris, la municipalité va faire appel aux assesseurs de réserve. Pour autant, il n'est pas certain que cela soit suffisant tant les défections risquent d'être nombreuses

Le coronavirus pourrait enfin largement affecter la participation, habituellement forte pour ces élections. Les consignes de sécurité combinées à la peur du virus est semblent en effet susceptibles de pousser certains Français à ne pas aller voter. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - "La démocratie l'a emporté" : Joe Biden officiellement investi président des États-Unis

EN DIRECT - Stations de ski : pas de réouverture des remontées mécaniques le 1er février

En plein couvre-feu, il tombe en panne et se fait arrêter par la BAC

La vitamine D protège-t-elle des formes graves du Covid-19 ?

Non-respect du couvre-feu : les dénonciateurs rémunérés ? Des internautes tombent dans le piège

Lire et commenter