Municipales 2020 : une majorité de Français souhaite voir leur maire se représenter

Politique
STABILITÉ- Un récent sondage montre que les Français accordent encore une large confiance dans leur maire. 6 Français sur 10 souhaitent que leur maire actuel soit candidat pour les élections municipales de mars 2020.

Un signe de confiance ? Selon une enquête de l'Observatoire de la démocratie locale, six Français sur dix souhaitent que leur maire actuel soit candidat pour le scrutin municipal qui se tiendra en mars 2020. L'étude conduite en partenariat avec le Cevipof (le centre d'étude politique de sciences-po) et l’Association des maires de France (AMF), publiée par Franceinfo et Le Parisien montre que la vie politique locale résiste encore à la confiance des Français. 

Ainsi 75% des sondés jugent positivement (63%) voire très positivement (12%) le bilan de l'équipe municipale depuis 2014, et une grande majorité (71%) dit faire avant tout confiance à leur maire, devant l'ensemble des autres élus, locaux ou nationaux (conseiller départemental, conseiller régional, député et sénateur). 

L’environnement et les services de proximité comme priorités

Les qualités recherchées sont avant tout l’honnêteté, pour 40% des personnes interrogées, mais aussi le respect des promesses pour 19%, la proximité (18%) et la compétence (14%). Dans les communes de moins de 10.000 habitants c'est d'abord le maintien des services de proximité (20,4%) qui  est une priorité pour les personnes sondées, et puis ensuite une politique environnementale sur la commune (19,4%) et la baisse d'impôt (12%). 


L'ordre des priorités s'inverse au-delà des 10.000 habitants, ou la priorité devant la préservation de l’environnement à 28% puis la sécurité publique à 24%, les services de proximité arrivant troisième, avec 22% . 

En vidéo

Lot : les maires se battent au quotidien pour leur commune

Un défi pour les partis en quête de municipalités

"Au regard de notre étude, c'est plutôt la stabilité qu'un grand tremblement de terre qui se profile" analyse Martial Foucault, le directeur du Cevipof dans Le Parisien.  Une situation qui risque de compliquer la tâche des partis en quête de municipalités. Martial Foucault note ainsi que le Rassemblement national pourrait tenter de remporter des victoires, au delà des 13 communes dont il dispose déjà. "Le RN peut désormais conquérir de nouveaux territoires en Occitanie et en Bourgogne Franche-Comté où il a pu arriver en tête au premier tour de la présidentielle ou des européennes" estime-t-il dans le Parisien. 


Quant à La République en Marche, le parti de la majorité pourrait espérer conquérir des grandes villes. "Mais attention, met en garde le directeur du centre d'étude politique : Tout dépendra de la cote de popularité d'Emmanuel Macron et de l'exécutif au moment des élections." 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter