Paris 2020 : la police municipale s'invite comme thème fort de la campagne

Politique

SÉCURITÉ - Gaspard Gantzer, Benjamin Griveaux, Cédric Villani, Rachida Dati... La plupart des candidats à la mairie de Paris se sont prononcés pour la création d'une police municipale en 2020. Après avoir été contre, Anne Hidalgo a finalement prévu de la constituer pour l'année prochaine. Pas de quoi empêcher le sujet de rester l'un des thèmes forts de ce début de campagne pour les municipales.

Paris n'a pas (encore) de police municipale, mais le sujet s'est invité dans la campagne cette semaine. Actuellement, il n'existe qu'un service de sécurité de la Ville de Paris. Mais en 2020, celui-ci devrait être remplacé par une police municipale en bonne et due forme, comme l'a annoncé Anne Hidalgo au début de l'année 2019. Un bon moyen pour l'édile de couper l'herbe sous le pied à ses adversaires, qui se sont presque tous déclarés pour depuis, à l'exception du candidat EELV David Belliard. 

Lire aussi

Anne Hidalgo a longtemps été contre la création d'une police municipale. Mais en janvier 2019, elle déclarait au Parisien : "Nous avons eu les attentats en janvier et novembre 2015. Depuis, la police nationale est plus mobilisée sur ces sujets et il y a un champ entier qui n’est pas assez traité : les questions de la tranquillité publique, du quotidien et de la façon dont on peut faire respecter les règles collectives. Il y a donc besoin de faire évoluer cette situation". Depuis plusieurs mois, ses services travaillent donc en relation avec le ministère de l'Intérieur pour mettre en place cette police de 3400 membres, que la maire souhaite "non armée". 

"De notre côté tout est prêt. Nos agents sont déjà assermentés. Ils ont déjà été formés. Il n’y a plus que le verrou juridique à faire sauter", a indiqué au Parisien Colombe Brossel, l'adjointe socialiste chargée de la sécurité. Mais pour se transformer en police municipale, la Ville de Paris doit obtenir le statut et les droits, qui doivent être votés par les parlementaires. Problème : l’amendement de la loi engagement et proximité visant à inscrire la police municipale de Paris dans le code de sécurité intérieure a été rejeté en octobre au Sénat.

Gantzer veut une "une école de police parisienne"

Passons pour les "détails techniques". Ce qui est à noter est qu'après avoir été clivante, la question d'une police municipale parisienne fait désormais l'unanimité (ou presque). Ce vendredi, dans une note publiée sur Terra Nova, l'ancien conseiller communication de François Hollande Gaspard Gantzer déclare même vouloir créer une "une école de police parisienne" pour former une police municipale qui sera "armée". Elle pourra prendre en charge "incivilités, circulation (y compris sécurité routière), encadrer des événements se déroulant dans l’espace public (courses à pied, festivals, brocantes…), petite délinquance (en étroite collaboration avec la police nationale)" explique-t-il. 

Dans la semaine, le candidat investi par La République en marche Benjamin Griveaux s’est, lui, prononcé pour la mise en place de 5000 policiers municipaux, "formés", "armés d’arme de poing" et "dotés de caméras piétons". Son objectif serait de "remettre de l’ordre dans l’espace public parisien", avec des policiers "de quartier en ‘hyperproximité’, en relation avec les habitants, les commerçants, les associations…". A la fin de son mandat, l'ancien porte-parole du gouvernement souhaite que ces 5000 policiers municipaux aient été formés. 

Cédric Villani a lui aussi déclaré qu'il créerait une "police municipale unifiée", en recrutant 1000 agents supplémentaires. Il n'a en revanche pas tranché la question de l'armement, estimant que la "formation" était la question primordiale.  

En vidéo

Honfleur : des trottinettes électriques pour la police municipale

Le candidat de centre droit Pierre-Yves Bournazel partage cette ambition de créer une police municipale dans la capitale, "sous l’autorité du maire de Paris et joignable 24/24h 7/7j via un numéro unique 7515", avec "des antennes locales dans chaque arrondissement". La candidate des Républicains Rachida Dati propose elle aussi d’instituer une "police municipale armée affectée en priorité à la lutte contre la délinquance du quotidien". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter