Rachida Dati dit non aux européennes mais oui aux municipales à Paris

Politique
DirectLCI
EUROPÉENNES - L'ancienne ministre Rachida Dati a annoncé son intention de se retirer du jeu des élections européennes, au profit d'une candidature à la mairie de Paris.

Et pourquoi pas Paris, à défaut de Strasbourg ou Bruxelles ? Ce mardi 5 mars, Rachida Dati a annoncé mardi qu'elle renonçait à un nouveau mandat au Parlement européen, expliquant réfléchir "très sérieusement" à une candidature aux municipales dans la capitale. Une ambition de longue date pour cette ex-ministre.


"J'ai décidé de renoncer à briguer un nouveau mandat de députée européenne. Car la politique, ce sont des choix parmi ses combats. Et aujourd'hui mon choix, c'est Paris", explique dans un entretien au Figaro l'ancienne Garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy. 

Celle qui est actuellement édile du très chic 8e arrondissement assure : "A Paris, il est urgent de changer de politique et je proposerai de le faire. Je m'y engagerai sans hésitation. (...) Je réfléchis très sérieusement à cette candidature". Et Rachida Dati d'ajouter, à propos d'une ville acquise à la gauche depuis 20 ans : "Paris a toujours été la ville de toutes les promesses, celle de l'émancipation où se réalisent les rêves et les ambitions. Paris répond-elle toujours à cette promesse ? Je ne le crois pas. Je veux redonner à Paris cette ambition".

Une annonce qui rebat les cartes

L'ancienne ministre se dit d'ailleurs "convaincue" que la droite peut gagner les municipales dans la capitale. Mais l'équation est plus compliquée qu'elle ne paraît depuis 2017 et le triomphe des candidats En Marche aux législatives qui ont ravi la majorité des circonscriptions parisiennes, y compris dans des bastions de droite.


Toujours est-il que chez LR, cette annonce constitue un premier rebondissement alors que la Commission d'investiture doit débattre mercredi des élections européennes. Après le trio de tête déjà désigné, composé de François-Xavier Bellamy, Agnès Evren et Arnaud Danjean, une trentaine de noms doivent être mis sur la table, mais pas leur ordre sur la liste, selon l'entourage de Laurent Wauquiez. Selon l'AFP, parmi les possibles entrants, circulent les noms des porte-parole du parti Lydia Guirous et Laurence Sailliet, de l'ex-députée Laurence Arribagé, ou encore de Cristina Storoni, directrice adjointe du cabinet du président du groupe LR à l'Assemblée Christian Jacob. Les jeux sont désormais ouverts. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter