Régionales 2021 : Carole Delga, la voie médiane pour l'union de la gauche ?

Régionales 2021 : Carole Delga, la voie médiane pour l'union de la gauche ?

QUELLE GAUCHE EN 2022 ? - Largement réélue dimanche en Occitanie avec plus de 57% des suffrages à la tête d'une alliance PS-PRG-PCF, la socialiste Carole Delga, qui vante "la proximité et le bon sens", incarne pour certains une forme de résurrection du leadership du PS face aux échecs des alliances menées par des écologistes.

Elle est l'une des responsables politiques les mieux réélues de France, et elle est socialiste. Reconduite dimanche soir avec 57,77% des suffrages à la tête d'une alliance PS-PRG-PCF, la présidente d'Occitanie Carole Delga, 49 ans, incarne d'ores et déjà, aux yeux de son mouvement, la possible relève d'une gauche incapable, jusqu'ici, de renaître et de trouver un leadership.

Le succès écrasant de l'ancienne maire de Martres-Tolosane (commune de 2300 habitants à 70 km de Toulouse), députée puis secrétaire d'État au Commerce de François Hollande, est en effet célébré par ses camarades socialistes, qui l'évaluent à l'aune des échecs enregistrés dimanche par les listes de gauche menées par des écologistes, comme en Ile-de-France, dans les Pays de la Loire ou encore dans les Hauts-de-France. 

Toute l'info sur

Les élections régionales et départementales 2021

"La réalité est que quand l'accord se réalise [entre écologistes et socialistes, NDLR], il y a un plafond de verre, ou même un plafond vert, ce qui fait que les socialistes sont aujourd'hui les plus crédibles pour conduire ces rassemblements", a synthétisé lundi le patron du PS Olivier Faure, résumant l'état d'esprit de son mouvement. "Aujourd'hui ils n'ont pas atteint la crédibilité qui est nécessaire pour pouvoir concourir de manière victorieuse à une échéance de cette nature [...] Il y a aujourd'hui une force motrice qui est la force socialiste", a-t-il considéré.

Gauche "du bon sens"

Sans fustiger explicitement les alliances avec les écologistes, ou avec la gauche radicale, comme cela était le cas en Île-de-France, plusieurs ténors socialistes ou issus du PS ont fait valoir que Carole Delga incarnait "la gauche des solutions concrètes et qui marchent", pour reprendre la formule d'Anne Hidalgo, potentielle candidate en 2022 qui rêvait, dimanche soir, de bâtir "une équipe de France des maires et des élus locaux qui portent les valeurs de la République" dans cette perspective. 

Carole Delga, "une battante, très déterminée", avec "une ligne claire dont elle ne dévie pas", a loué également l'ancien Premier ministre Manuel Valls, incarnation de l'aile droite socialiste avant son départ du PS. Une tête de liste dont "la clarté sur la laïcité, l'éducation, la sécurité, l'écologie" a permis une victoire nette au second tour, a aussi vanté le maire socialiste de Montpellier, Michaël Delafosse, qui avait été élu en 2020 à la tête d'une alliance semblable. 

"Courage, proximité et bon sens, guident notre action", a déclaré pour sa part Carole Delga, dimanche soir, invoquant une gauche "plurielle, écologiste et citoyenne". "Ce résultat m'honore et m'oblige. J'en mesure la portée et la puissance." "Je suis la présidente de région qui rassemble et qui réconcilie", clamait-elle aussi. 

"Mon avenir, c'est la région"

Certes, le PS n'est pas vraiment en terre de conquête dans cette région d'Occitanie où la gauche, très bien installée, gère 7 départements sur 13 depuis 1945. Il n'empêche qu'aux yeux des socialistes, la présidente réélue est celle qui a déjoué tous les pronostics, quand les sondages la voyaient mise en difficulté, au premier tour, par le candidat RN Jean-Paul Garraud et par le candidat LR Aurélie Pradié. 

Faute d'accord plus large, elle a maintenu à distance ses concurrents EELV (9%) et LFI (5%) au premier tour, forçant les écologistes à fusionner avec elle entre les deux tours - comme en 2015 -, avant de battre largement le RN au second tour, à la tête d'une liste ouverte à des personnalités de la société civile - de l'urgentiste Vincent Bounes à l'ancien international de rugby Yannick Jauzion, en passant par l'ancien eurodéputé José Bové. 

Lire aussi

Issue de milieu modeste, fonctionnaire territoriale de formation, Carole Delga avait privilégié sa région à sa carrière gouvernementale en 2015. "Un président de région a plus de pouvoir qu'un ministre, on a le pouvoir de transformer la vie des gens, de l'améliorer", expliquait-elle ainsi récemment à l'AFP. 

À ceux qui la verraient bien profiter de cette dynamique pour faire naître une ambition nationale, cette proche d'Anne Hidalgo a répondu lundi matin. "J'ai des ambitions pour mon pays", a-t-elle expliqué sur France Bleu. "Participer, dans un collectif, au redressement de ce pays, oui, mais il n'y a pas d'ambition personnelle [...] Carole Delga, son avenir, c'est la région Occitanie." Quant à Anne Hidalgo, possible candidate de la gauche, "elle a des qualités, mais nous n'en sommes pas là", a précisé la socialiste, vantant à nouveau "la gauche du réel" qu'elle entend incarner. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Femme décapitée à Agde : un homme de 51 ans interpellé et placé en garde à vue

À cause de l'épidémie de Covid, les cas de tuberculose explosent

VIDÉO - Fourgonnette "garée" sur un Abribus en Bretagne : voici la clé du mystère

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

EN DIRECT - Covid-19 : nouvelle baisse du nombre de patients hospitalisés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.