Élections régionales : maintien ou report, organisation... que proposent les partis politiques ?

Élections régionales : maintien ou report, organisation... que proposent les partis politiques ?

ÉLECTIONS - Avant les débats sur le maintien des élections régionales prévus les 13 et 14 avril au Parlement, le Premier ministre a demandé aux partis politiques de formuler des recommandations. Tour d'horizon de leurs propositions.

Faut-il maintenir les élections régionales les 13 et 20 juin prochains ? Des débats avec l'ensemble des formations politiques auront lieu le 13 avril devant l'Assemblée nationale et le 14 devant le Sénat pour en décider. En attendant, le Premier ministre attend les recommandations des différents partis avant ce jeudi 8 avril au soir. Si "à ce stade" le gouvernement privilégie le maintien de ces scrutins aux dates prévues, qu'en est-il de ses opposants et de ses alliés de la majorité ? 

Toute l'info sur

Des élections départementales et régionales 2021 au temps du Covid-19

Parti socialiste, France insoumise, Républicains, écologistes.... La majorité des partis est favorable au maintien du scrutin les 13 et 20 juin 2021. Mais à certaines conditions, notamment le respect de règles sanitaires strictes le jour du vote. Plusieurs, comme LFI, EELV ou le PS, approuvent les recommandations du comité scientifique concernant "l'obligation de vaccination ou de détention d'un test négatif" pour les membres des bureaux de vote et la création d'"une file d'attente spécifique" pour les personnes vulnérables. Les insoumis et les Républicains proposent d'installer des purificateurs d'air dans les lieux de vote. Le Parti socialiste pose, lui, la question des bureaux de vote extérieurs, et demande à examiner la possibilité de procéder aux dépouillements en plein air.

Alors que la campagne sera perturbée par la crise sanitaire et les interdictions de rassemblement, LR prêche pour autoriser les candidats à se déplacer librement pour leur visite de terrain et souhaite autoriser les rassemblements de plus de six personnes en extérieur. Quand le PS estime que "les meetings sont très probablement à déconseiller" et que "les rassemblements extérieurs doivent se conformer aux règles en vigueur encadrant les réunions sur la voie publique", le parti de Jean-Luc Mélenchon est pour "la possibilité d’organiser des rassemblements en plein air dans le respect des règles de distanciation sociale et des gestes barrières"

Plus de professions de foi

LR  propose que "des plages de diffusion plus importantes" soient imposées sur les chaînes de télévision régionales pour que les candidats s'expriment et débattent entre eux, et que des clips d'information soient diffusés à la télévision et sur internet "pour promouvoir la procuration rapide". Le PS veut augmenter la pagination des professions de foi actuellement limitée à un recto verso, "les occasions de rencontres étant réduites, les réunions publiques proscrites, il apparaît nécessaire de permettre à nos concitoyens de disposer d’une information suffisante pour se prononcer". LFI et EELV proposent l'envoi de deux professions de foi. 

Marine Le Pen, qui a elle aussi demandé le maintien des élections régionales, réclame "des grandes campagnes d’information sur les procurations, pour que les gens qui sont fragiles ou inquiets d’aller voter puissent le faire". Le PS pense qu’il est "nécessaire d’assouplir les règles de procuration (procuration entièrement dématérialisée) pour les personnes qui seront positives à la Covid-19 ou cas-contact officiellement recensées à l’ARS le jour du scrutin"

Lire aussi

Du côté des partisans d'un report, figure le MoDem, allié de la majorité. "Mon avis à moi, c'est qu'il n'est pas raisonnable de tenir les élections dans un moment où l'attention des citoyens est portée sur des questions aussi graves que la santé, la maladie", a déclaré François Bayrou ce jeudi 8 avril. Pour les tenir en juin, il faudrait, comme le recommande le Conseil scientifique, vacciner tous les assesseurs, ce qui est selon lui "irréaliste, irresponsable" car il faudrait alors leur donner "la priorité sur les enseignants, sur les personnels d'un certain nombre de services publics vitaux".

Ferrand s'inquiète d'une pénurie d'assesseurs

Dans la majorité, certains sont sur la même ligne, comme le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, qui pense qu'il sera compliqué de trouver des assesseurs et des volontaires pour la tenue du scrutin. Mais auprès de LCI, un parlementaire LaREM estime que "changer le calendrier à un an de la présidentielle ça donnerait l'impression de faire de la bidouille, et ça risquerait de mettre sur orbite certains présidents de régions". Et de souligner, non sans ironie : "Je préfère Xavier Bertrand réélu en juin qu'à l'automne.

La politique vous intéresse ? Découvrez la version podcast de l'Interview Politique de Jean-Michel Aphatie

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée :

Sur APPLE PODCACST

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY 

Chaque matin Jean-Michel Aphatie reçoit des invités politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

"Crétin de fils de ..." : Donald Trump s’en prend violemment au chef des républicains au Sénat

Covid-19 : la Chine remet en cause l'efficacité de ses propres vaccins

L'Iran accuse Israël d'une attaque sur un centre nucléaire et promet de "se venger"

Lire et commenter