Darmanin, Dupond-Moretti : après Paca, la majorité prépare l'offensive dans les Hauts-de-France

Darmanin, Dupond-Moretti : après Paca, la majorité prépare l'offensive dans les Hauts-de-France

CONTRE-ATTAQUE - Gérald Darmanin candidat aux départementales dans le Nord, c'est maintenant Eric Dupond-Moretti qui pourrait s'investir dans les régionales dans les Hauts-de-France. Des signes qui montrent l'intérêt de la majorité pour la région de Xavier Bertrand, également convoitée par le RN.

En termes militaires, on appellerait cela un redéploiement. Après l'accord passé en région Paca avec le président LR sortant Renaud Muselier qui a provoqué le désordre à droite, la majorité présidentielle semble avoir les yeux rivés vers le nord. En témoignent les récents rebonds dans la campagne, venus de deux ministres régaliens du gouvernement Castex : Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti. 

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, réélu aux municipales dans son fief Tourcoing en mai 2020, a annoncé mardi 4 mai qu'il serait candidat aux élections départementales de juin 2021, dans le canton de Tourcoing 2, en binôme avec Doriane Bécue, vice-présidente du conseil départemental, qui lui a succédé à la mairie. "Il doit y avoir face au RN l'union des républicains au sens large, comme en Paca", a-t-il expliqué à La Voix du Nord, faisant référence au désistement de la liste LaREM au profit de Renaud Muselier, au grand dam du parti LR. "La nomination, c'est bien, l'élection, c'est mieux. C'est comme ça qu'on tire sa légitimité", a-t-il ajouté. "Si je peux apporter un peu de légitimité et un peu d'humus local à Paris, ça fait partie de ce que souhaite le président de la République."

Toute l'info sur

Les élections régionales et départementales 2021

Lire aussi

Dupond-Moretti pour déstabiliser Bertrand ?

Eric Dupond-Moretti, de son côté, n'a fait aucune déclaration à ce jour. Mais selon plusieurs sources, dont l'une confirmait l'hypothèse à LCI ce mercredi matin, le ministre de la Justice pourrait bien faire irruption dans la campagne des élections régionales dans les Hauts-de-France. Des annonces pourraient être faites dans les heures qui viennent. On ignore pour l'heure si, le cas échéant, le garde des Sceaux serait simplement candidat ou s'il conduirait la liste LaREM, actuellement dirigée par le secrétaire d'État Laurent Pietraszewski, qui plafonne à la 4e place dans les sondages, autour de 10%, loin derrière Xavier Bertrand, Sébastien Chenu (RN) et Karima Delli (EELV et gauche unie). 

Si l'hypothèse Dupond-Moretti venait à se confirmer, elle marquerait une rupture dans ce début de campagne pour les régionales. La candidature du poids lourd du gouvernement pourrait avoir pour effet de déstabiliser Xavier Bertrand, potentiel candidat face à Emmanuel Macron à la présidentielle de 2022, talonné dans les sondages par le RN, et qui a fait de sa réussite à ce scrutin rien moins que la condition de la poursuite de sa carrière politique. "À défaut de pouvoir gagner la région, ils veulent vraiment tout faire pour le faire perdre", commentait ainsi un proche de Xavier Bertrand auprès de RTL.

Affronter le RN sur le terrain

L'autre enjeu serait d'aller affronter, sur le terrain, le parti de Marine Le Pen, perçue comme l'adversaire prioritaire pour la majorité présidentielle, et qui rêve, elle aussi, de faire de cette région un tremplin pour son parti en 2022. À ce titre, l'actuel garde des Sceaux s'est illustré à de multiples reprises dans cette confrontation avec le RN

Ce qui n'a d'ailleurs pas échappé à la tête de liste RN dans la région. "Visiblement, LaREM a décidé de sortir l'artillerie lourde pour nous contrer", a réagi Sébastien Chenu auprès de LCI. "Nous démontrerons à M. Dupond-Moretti que notre région n'a que faire de l'avocat de Mohamed Merah et de la racaille", a-t-il ajouté, faisant référence aux affaires plaidées par cette figure du barreau. "Une région qui protège, ce n'est pas une région qui élira ce ministre aussi laxiste que sectaire à sa tête." 

Symbole de cet affrontement à venir, Marine Le Pen a d'ailleurs annoncé, peu de temps après, qu'elle se présenterait aux élections départementales dans le Nord, dans le canton de Hénin-Beaumont, aux côtés du maire de ce fief RN, Steeve Briois. 

Enfin, la présence dans cette région d'Eric Dupond-Moretti - considéré comme une figure progressiste du gouvernement - pourrait constituer un signal adressé aux électeurs de gauche et une manière d'engager un rapport de force avec la liste d'union de la gauche conduite par l'écologiste Karima Delli. Les Hauts-de-France, laboratoire de la prochaine élection présidentielle ? L'affaire est bien évidemment à suivre. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : l'ex-Miss France Vaimalama Chaves éliminée, Bilal Hassani au sommet

EuroMillions : un Français remporte la cagnotte de 220 millions d'euros, un record en Europe

Covid-19 : quand thés dansants et parties de belote virent aux clusters en Loire-Atlantique

Femme décapitée à Agde : ex-boxeur et ancien candidat FN, le profil du suspect se dessine

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.