Elisabeth Guigou présidera une commission sur l'inceste et les violences sexuelles faites aux enfants

Elisabeth Guigou

ENFANCE - L'ancienne ministre socialiste de la Justice a été nommée jeudi 10 décembre présidente d'une commission indépendante sur l'inceste et les violences sexuelles faites aux enfants.

La commission indépendante sur l'inceste et les violences sexuelles faites aux enfants a été installée jeudi 10 décembre pour une durée de deux ans. Et le secrétaire d'État à l'Enfance et aux Familles Adrien Taquet a indiqué que sa présidente serait l'ancienne ministre socialiste Elisabeth Guigou. Ministre de la Justice de 1997 à 2000 puis du Travail de 2000 à 2002, Élisabeth Guigou a ensuite été députée, avant de quitter la politique en 2017 après sa défaite en Seine-Saint-Denis lors des législatives.

"Élisabeth Guigou est une figure d'autorité, elle a une expérience politique solide et connaît bien les institutions", a-t-il déclaré, saluant une personnalité qui "s'est engagé du côté des victimes, notamment lorsqu'elle était garde des Sceaux, et saura appréhender ce sujet grave et profond". Adrien Taquet et Elisabeth Guigou se sont rendus dans l'après-midi à la Maison Jean Bru, la seule institution d'accompagnement et de prise en charge d'enfants victimes d'inceste, située à Agen (Lot-et-Garonne).

Un budget de 4 millions d'euros

Calquée sur le modèle de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Église (CIASE), cette instance sera centrée sur l'inceste mais aussi sur toutes les autres formes de violences sexuelles faites aux enfants, notamment dans les institutions (fédérations sportives, écoles, centres de loisirs, au sein de l'Aide sociale à l'Enfance...). Composée d'une vingtaine de membres (sociologues, médecins, magistrats, psychologues), elle sera dotée d'un budget de quatre millions d'euros pour deux ans.

Lire aussi

Son objectif est de "faire éclater le dernier tabou des violences sexuelles intrafamiliales", qui restent "très difficile à appréhender", a ajouté le secrétaire d'État. "Il nous faut aussi mieux appréhender l'ampleur du phénomène et comprendre les mécanismes à l'œuvre." 

Un appel à témoignages sera lancé au premier trimestre 2021 pour recueillir la parole des victimes via une plateforme téléphonique dédiée. Un bilan d'étape de la Commission est attendu dans un an. On estime que près de 6,7 millions de Français auraient été victimes d'inceste, soit près de 10% de la population, selon une récente étude menée par l'association Face à l'inceste.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : Véran confirme "des mesures supplémentaires" si le virus continue sa progression

Cluster en Haute-Savoie : que faisait le groupe d'étudiants britanniques dans cette station de ski ?

En cas de reconfinement, Blanquer aspire à garder les écoles ouvertes

EN DIRECT - Reconfinement : "Nous considérons qu'on ne peut pas attendre", plaide Karine Lacombe

Covid-19 : l'Espagne n'a plus les moyens de reconfiner

Lire et commenter