Les Macron remettent le fort de Brégançon au goût du jour

DirectLCI
REPOS - Le chef de l'Etat et son épouse passent leurs vacances d'été au fort de Brégançon, dans le Var. Une deuxième au cours de son mandat, après son court déplacement sur place au mois de mai 2018.

Le président de la République a beau se faire fort de ne dormir que quelques heures par nuit et fatiguer bon nombre de ses collaborateurs tout au long de l'année, il a, lui aussi, besoin de vacances. Surtout après quinze jours pour le moins agités qui l'auront vu traverser, non sans difficulté, quoi qu'il en dise, l'affaire Benalla, dont le volet judiciaire est plus que jamais ouvert. Après avoir profité de la résidence de Brégançon à l'occasion des ponts du mois de mai, le voilà qui prend de nouveau la direction de la résidence varoise, vendredi 3 août. 


Le chef de l’État, son épouse Brigitte - et leur chien Nemo - s'installeront pour une quinzaine de jours dans la résidence présidentielle, située à Bormes-les-Mimosas. Le couple Macron est arrivé ce vendredi vers 17 heures,  où il doit recevoir en fin de journée la Première ministre britannique Theresa May et son mari Philip.

En vidéo

Vacances d'été : Emmanuel Macron vient d'arriver au Fort de Brégançon

Une résidence boudée ces dernières années

C’est la deuxième fois qu’Emmanuel Macron se rend à Brégançon depuis son arrivée à l’Élysée. Il s’inscrit ainsi dans la lignée de ses prédécesseurs, qui ont tous passé quelques vacances dans ce fort acquis par la France au XVe siècle. La décision d’en faire la résidence d’été des présidents de la République a été prise par le général De Gaulle en 1968, qui n'y avait pourtant passé qu'une nuit, exécrable, la faute aux moustiques et à un lit trop petit pour le "grand homme". Tous ses successeurs, sans exception, s’y sont rendus au moins à une reprise. En 1978, Valéry Giscard d’Estaing y a même donné une interview télévisée quelques semaines avant les élections législatives.


Si les présidents viennent avant tout à Brégançon pour se reposer, il n’est pas rare que certains en profitent pour recevoir, dans une ambiance plus conviviale, des personnalités politiques dans le but de tisser un lien qui dépasse le cadre protocolaire d’une rencontre à l’Élysée. C’est ainsi que François Mitterrand y reçut le chancelier allemand Helmut Kohl en août 1985. Ce sera également le cas pour Emmanuel Macron, qui recevra la visite de Theresa May, Première ministre britannique en déshérence et à la recherche d'un soutien dans ses négociations sur le Brexit.


Si Georges Pompidou et Jacques Chirac appréciaient le charme des lieux, le fort de Brégançon a progressivement été boudé ces dernières années. Nicolas Sarkozy préférait se ressourcer dans la maison familiale de Carla Bruni, située au Cap Nègre, également dans le Var. De son côté, François Hollande, après un séjour lors de l’été 2012 durement jugé, et au cours duquel sa compagne Valérie Trierweiler s'y était sentie harcelée par les paparazzis, avait décidé d’ouvrir les portes de Brégançon au public à partir de 2013. La présidence a toutefois conservé la possibilité d'en avoir ponctuellement l'usage. 

Rendez-vous manqué à l'été 2017

Comme l’expliquait Le Figaro en septembre dernier, Emmanuel Macron aurait bien aimé goûter à la tranquillité de cette résidence dès l’été dernier. Mais François Hollande, juste avant de quitter l’Élysée, avait prolongé le statut touristique de Brégançon jusqu’en septembre 2017, rendant donc tout escapade impossible à organiser. 

En vidéo

La saga du Fort de Brégançon

L’envie d’Emmanuel Macron de découvrir les lieux assouvie au mois de mai, avec de nombreuses activités sportives à côté, le chef de l'Etat a donc décidé de prolonger ce plaisir pour cet été, retrouvant une résidence passée cette année sous gestion directe de l'Elysée. Avec une nouveauté, la construction d'une piscine, pour 34.000 euros, qui avait fait tousser l'opinion et l'opposition mais s'était justifié dans le besoin de pouvoir se baigner sans être exposé aux paparazzades non sollicitées.

En vidéo

Brégançon, La Lanterne, etc... : combien coûtent les palais de la République ?

Ces travaux marquent tout de même une volonté présidentielle de réinvestir les lieux, pour en faire une résidence officielle, propre à recevoir des visites diplomatiques, sur le modèle des "présidents américains à Camp David", préside l'Elysée au monde. A commencer par la réception du "first couple" britannique. En l'absence du couple présidentiel, il restera ouvert au public. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter