Emmanuel Macron au repos : "Pas de coup de fatigue mais il gère l'effort", assure l'Elysée

Politique
PAUSE DETENTE - Alors que l'opposition ironise sur l'agenda allégé du chef de l'Etat cette semaine, l'Elysée relativise le "coup de pompe" prêté à Emmanuel Macron. Ce dernier va se reposer de mercredi à samedi à Honfleur avec Brigitte Macron, pour se préparer à une semaine chargée dans le cadre des commémorations de la Grande Guerre.

Emmanuel Macron se met au vert, mais pour mieux se relancer. Alors que certaines voix, dans l'opposition, ironisent sur l'agenda clairsemé du chef de l'Etat cette semaine, l'Elysée tente de tordre le cou à la rumeur selon laquelle ce dernier accuserait un gros coup de mou. 


Le président de la République, qui a avancé le conseil des ministres à mardi, devait arbitrer quelques réunions de travail avant de partir se reposer à partir de mercredi, pour un retour à Paris prévu samedi. Selon nos informations, le couple présidentiel devrait séjourner dans un hôtel à Honfleur, un lieu où il se rend régulièrement "depuis vingt ans", autour du 1er novembre. 


"Il prend deux jours... Ce n'est pas une décision subite", a assuré l'Elysée mardi à LCI. "Il n'y a pas de coup de fatigue, mais oui, il gère l'effort", explique-t-on encore. "Comme des millions de Français, il peut arriver au président de la République de prendre quelques jours", a abondé le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, à l'issue du conseil des ministres. 

Au ralenti

Cette pause, même courte, constitue malgré tout une nouveauté pour un chef de l'Etat qui affiche régulièrement son hyperactivité et n'hésite pas à surcharger son agenda. Peut-être aura-t-il entendu le message prêté à François Bayrou à son intention par le Canard enchaîné fin septembre : "Je pense qu'un mec qui ne dort pas ne peut pas tenir longtemps", aurait alors confié ce dernier au Premier ministre Edouard Philippe. 


Le changement de rythme n'aura pas échappé à l'opposition, dont plusieurs responsables ont ironisé, à commencer par la patronne du Rassemblement national Marine Le Pen, d'ores et déjà en campagne pour les élections européennes. 

Préparer les commémorations

"Il n'a pas vidé son agenda, cela fait un moins que c'est prévu", a toutefois insisté l'Elysée à propos du conseil des ministres avancé. Un aménagement qui serait lié aux commémorations du centenaire de la fin de la Grande Guerre, qui va se traduire pour Emmanuel Macron par un déplacement inédit de six jours dans l'est de la France. 


Cette "itinérance mémorielle" pour la fin de la Première Guerre mondiale, selon les termes choisis par le chef de l'Etat, se traduira la semaine prochaine par des déplacements tous azimuts dans onze départements et dix-sept villes, dont des lieux où aucun chef de l'Etat ne s'était rendu jusqu'ici, vante l'Elysée. Avant le discours prévu le 11 novembre sous l'arc de Triomphe, en présence d'une centaine de chefs d'Etats et de gouvernements. De quoi justifier, donc, cette mise au vert préalable...

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter