Emmanuel Macron : "Ce n’est pas le rôle du chef d’Etat-major de défendre le budget des armées"

DirectLCI
POLEMIQUE - Le président de la République, présent à l'arrivée de la 17e étape du Tour de France, a réagi à la démission du chef d'Etat-major des armées, Pierre de Villiers.

Comme depuis le début de la crise qui l’a opposé au désormais ex-chef d’état-major des armées Pierre de Villiers, la réponse du Président de la République a été cinglante. Présent à l’arrivée de la 17e étape du Tour de France ce mercredi à Serre-Chevalier, Emmanuel Macron a commenté la sortie de route du Général de Villiers : "Ce n’est pas le rôle du chef d’état-major de défendre le budget des armées, mais celui de la ministre". La première démission d’un chef d’état-major depuis 1958, n’a visiblement pas ému le jeune Président de la République. 

Le général de Villiers a annoncé sa démission ce mercredi matin, à la suite de tensions autour du budget de l’armée. Il avait critiqué les coupes budgétaires décidées par le gouvernement, avant d’être sèchement recadré par le Président. Celui que l’article 15 de la Constitution consacre comme le chef des armées a néanmoins rendu hommage au général démissionnaire, en poste depuis février 2014 : "Je veux rendre hommage au général de Villiers, qui a servi avec responsabilité l’Etat pendant plusieurs années". 


Sur le plateau de l’émission "Vélo Club" sur France 2, le président de la République a également tenu à présenter son successeur, tout en lui rappelant son rôle : "Je pense que les armées peuvent être fières du chef d’Etat-major qui a été nommé, le général Lecointre. Il n’aura pas de budget à défendre, mais il aura des troupes à conduire, des capacités à mener. C’est comme ça que la République fonctionne bien". Une façon habile de mettre en selle son nouveau chef d’état-major. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter