VIDÉO - Emmanuel Macron souhaite réduire "d'un tiers" le nombre de parlementaires

DirectLCI
ANNONCE - Lors de son discours devant le Congrès, lundi 3 juillet, Emmanuel Macron a annoncé vouloir améliorer le travail parlementaire en réduisant le nombre des élus du Sénat et de l'Assemblée nationale, mais aussi du Cese, le Conseil économique, social et environnemental.

Lors de son discours devant le Congrès réuni à Versailles, à l'exception d'une trentaine d'élus boycotteurs, Emmanuel Macron a souhaité parler aux sénateurs et aux députés pour leur parler du fonctionnement des institutions. Souhaitant changer le fonctionnement de notre République, il a annoncé ce lundi une mesure qui pourrait faire grincer des dents au Sénat, à l'Assemblée nationale et au Conseil économique, social et environnemental.

Un tiers de parlementaires en moins

Le président de la République a annoncé qu’il souhaitait "la réduction du nombre des parlementaires". Un amoindrissement d'environ un tiers qu'il justifie ainsi : "Un Parlement moins nombreux, mais renforcé dans ses moyens, c’est un Parlement où le travail devient plus fluide, où les parlementaires peuvent s’entourer de collaborateurs mieux formés et plus nombreux", alors que le travail des assistants parlementaires a été à plusieurs reprises remis en question, suite aux affaires touchant François Fillon, mais aussi les collaborateurs du Front national et du MoDem au Parlement européen.

"Cette réforme, qui devra être conduite en veillant à la juste représentation de tous les territoires de la République, n’a pas pour but de nourrir l’antiparlementarisme, au contraire. Elle vise à donner aux élus de la République plus de moyens et plus de poids". En visant une réduction d'un tiers du nombre de parlementaires, Emmanuel Macron s'engage ainsi sur une réforme qui ferait passer le nombre d'élus du Palais Bourgon de 577 à environ 380 et du Palais du Luxembourg, de 343 à moins de 230. Et qui passerait par un intense redécoupage électoral, jamais anodin en matière de représentation politique.

A noter que le chef de l'Etat ne vise pas que l'Assemblée et le Sénat, puisqu'il a évoqué "les trois assemblées constitutionnelles". La troisième n'est autre que le Cese, le Conseil économique, social et environnemental, qui est l'assemblée des partenaires sociaux et associatifs. Doté de 233 conseillers, il verrait alors son nombre baisser de près de 80 membres. Son rôle reste toutefois limité à une consultation, que les pouvoirs exécutif et législatif sont libres de suivre ou non.

Plus d'articles

Sur le même sujet