Macron réunit le Congrès à Versailles : combien coûte un tel événement ?

DirectLCI
CHIFFRAGE - Pour le troisième discours présidentiel devant le Congrès, dans l'hémicycle du château de Versailles, le controversé déplacement des parlementaires a révélé une facture avoisinant les 300.000 euros. Mais où se situe-t-il par rapport à ses prédécesseurs ?

Ils sont trois à s'être prêté à l'exercice. Nicolas Sarkozy en 2009, François Hollande en 2015 et Emmanuel Macron en 2017, juste après son élection. Mais la convocation et le discours présidentiel devant les parlementaires, permis par la réforme constitutionnelle de 2008, a des coûts évolutifs. Outre l'aménagement des lieux, la sécurisation du site, l'acheminement et l'accueil de centaines de parlementaires sont autant d'exemples qui font grimper la facture qui, à l'occasion de la venue d'Emmanuel Macron, s'est élevée à plus de 292.000 euros 

Sarkzoy : 600.000 euros selon l'opposition en 2009

Lorsque Nicolas Sarkozy, à l'origine de la réforme de la Constitution permettant au président de la République de se rendre au Congrès, s'était exprimé en juin 2009, la facture importante avait déclenché la polémique. 


Si le président du Sénat avouait volontiers ignorer son montant, son homologue à l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, l'avait estimé "approximativement" à "400.000 euros". Les socialistes, alors dans l’opposition, misaient quant à eux plutôt sur 600.000 euros. 


"Si le discours de Nicolas Sarkozy dure cinquante minutes", cela "coûtera près de 5000 euros la minute. Certainement l'éloquence la plus chère que je connaisse", avait ironisé en amont l'ancien ministre PS Robert Badinter, sur France inter.

En vidéo

Gérard Larcher annonce qu'Emmanuel Macron s'exprimera devant le Congrès le lundi 3 juillet

Hollande : 200.000 euros en 2015

Six ans plus tard, c'est juste après les attentats de Paris, le 16 novembre 2015, que François Hollande s'était à son tour livré à l'exercice. Avec un budget "resserré" oscillant entre 170.000 et 210.000 euros selon les estimations de l'époque du Parisien/Aujourd'hui en France, on évoquait alors un congrès "low cost". 


Claude Bartolone, qui présidait la réunion des deux assemblées parlementaires, aurait à l'époque encouragé ses équipes à ne pas faire de "dépense superflue ni faste". Pour l'anecdote, certains parlementaires se seraient d'ailleurs plaints ne pas avoir eu droit à la moindre collation, mais simplement à une bouteille d'eau.

230.000 euros en 2008

En juillet 2008, la réunion des députés et sénateurs à Versailles, qui visait à adopter la révision de la Constitution et s'était donc déroulée en l'absence du chef de l'Etat, avait coûté 231.571 euros. Mais elle n'avait duré qu'un après-midi, contrairement à celle de 2009.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter