Emmanuel Macron devant le Congrès : les élus de La France insoumise boycottent à nouveau le discours du "monarque"

Emmanuel Macron devant le Congrès : les élus de La France insoumise boycottent à nouveau le discours du "monarque"

NON MERCI - Pour la deuxième année consécutive, les députés de La France insoumise ont fait savoir qu'ils ne se rendraient pas au Congrès de Versailles, où Emmanuel Macron compte s'exprimer devant les parlementaires le 9 juillet. Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon refuse d'écouter "le monarque présidentiel".

Ils n'iront pas écouter "le monarque" à Versailles. Le député LFI Eric Coquerel a officialisé mardi le refus de son groupe de se rendre lundi prochain au Congrès, où Emmanuel Macron prévoit de s'exprimer devant la représentation nationale. 


"Le monarque Emmanuel Macron recevra de nouveau les représentants du peuple à Versailles. Ils auront le droit d’écouter sa majesté et de lui répondre une fois qu’il sera parti", a écrit l'élu sur son compte Twitter, après la décision des 17 députés du groupe. "Ce nouveau monde a tout de l’ancien régime et rien de la République. Ce sera sans nous."

"Nous n'y étions pas l'année dernière, il n'y a pas vraiment de raisons pour être de nouveau sommés de venir écouter le monarque présidentiel à Versailles", avait prévenu un peu plus tôt la députée Danielle Obono, utilisant le même registre du "monarque" que ses collègues Eric Coquerel et Alexis Corbière. 


L'an dernier, le groupe LFI avait d'ailleurs utilisé le même argumentaire pour ne pas aller écouter le chef de l'Etat. "Nous nous rebellons, nous ne nous soumettons pas et nous n'irons pas", avait lancé Jean-Luc Mélenchon, dénonçant "un franchissement de seuil dans la dimension pharaonique de la monarchie présidentielle". 

En vidéo

Comment se déroule une journée de Congrès à Versailles ?

Les autres groupes répondent présent

En dehors des Insoumis, les autres groupes politiques devraient répondre présent au rendez-vous annuel d'Emmanuel Macron devant les parlementaires. Les communistes, qui avaient boudé le Congrès l'an dernier, ont décidé cette fois de s'y rendre, mais avec un agenda original. Ils se rendront préalablement devant la salle du Jeu de paume, pour y "prêter le serment de défendre une République démocratique" et appeler à un référendum sur les institutions. 


Les autres groupes devraient également jouer le jeu. Ce sera le cas des Républicains, a indiqué mardi le député de l'Oise Eric Woerth sur LCI. "C'est bien que le président de la République puisse venir s’exprimer" devant les parlementaires, a jugé ce dernier.  "Notre place est d'y être." Tout en prévenant : "Il ne faut pas qu'Emmanuel Macron utilise le Congrès à tort et à travers. Nous verrons ce qu’il a à dire, qu’il n’ait pas encore dit dans les médias." 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jean-Luc Mélenchon, l'"insoumis"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter