Emmanuel Macron : "La gauche aujourd’hui ne me satisfait pas"

Emmanuel Macron : "La gauche aujourd’hui ne me satisfait pas"

POLITIQUE - Le ministre de l’Économie Emmanuel Macron a expliqué avoir lancé son propre mouvement politique "En Marche", car "la gauche aujourd'hui" ne le "satisfait pas", lors d'une interview qui sera diffusée ce dimanche sur Arte.

Le ministre de l’Économie a récidivé. Dans une interview accordée à Arte et qui sera diffusée ce dimanche soir, Emmanuel Marcon indique ne pas être "satisfait" par la gauche d'aujourd'hui. L'entretien est essentiellement centré sur l'Europe et a été enregistré le 11 avril dernier, il n'y a donc rien d'étonnant dans ces propos qu'Emmanuel Macron a assumé depuis, mais ils interviennent au terme d'une semaine agitée pour le ministre.

"Moi je ne mens pas aux gens, je dis ce que je pense, je le dis depuis le début. Je suis de gauche, c'est mon histoire. Mais la gauche aujourd'hui ne me satisfait pas", déclare Emmanuel Macron au cours de l'entretien. "A mes yeux, le vrai clivage dans notre pays est entre progressistes et conservateurs, c'est ce clivage que je veux rebâtir maintenant et je ne veux pas attendre 2017", ajoute le locataire de Bercy.

A LIRE AUSSI >>  "Il sait ce qu'il me doit" : au fait, que "doit" vraiment Emmanuel Macron à François Hollande ?

Un ministre n’est pas "l’obligé" de président

Cette sortie intervient au terme d'une intense semaine médiatique pour le ministre de l’Économie, qu'un sondage Vivavoice pour Libération a érigé en candidat de gauche préféré des Français et qui a semblé voler la vedette à François Hollande lors d'une visite d'entreprise jeudi à Chartres. Alors que le chef de l’État l'avait publiquement recadré la semaine précédente ("Il sait ce qu'il me doit", avait-il déclaré sur France 2), Emmanuel Macron a également, dans un entretien publié vendredi par les quotidiens du groupe Ebra, estimé qu'un ministre n'était pas "l'obligé" du président de la République, s'attirant en retour des réactions courroucées à gauche et jusque dans les rangs du gouvernement. 

Vendredi, en déplacement à Varsovie, le ministre de l’Économie avait cependant protesté de sa loyauté à l'égard de François Hollande, demandant à ce "qu'on ne (l)'utilise pas" pour "attaquer" le chef de l’État.

EN SAVOIR + 
>> Emmanuel Macron, le ministre que ses camarades adorent détester  
>>  "Dialogue citoyen" : Hollande a aussi rappelé qui était le patron  
>> "En marche": le nouveau mouvement d'Emmanuel Macron en quatre questions

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Maroc : le parquet antiterroriste ouvre une enquête après "l'assassinat" d'une touriste française

EN DIRECT - Covid-19 : pour "donner de la visibilité", un Conseil de défense sanitaire prévu ce jeudi

Grève des enseignants : à quoi faut-il s'attendre pour la manifestation ce jeudi 20 janvier ?

EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 19 janvier

Disparition de Gaspard Ulliel : qui est sa compagne Gaëlle Pietri, mère de leur fils Orso ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.