Pour se conformer au futur régime universel, Emmanuel Macron renonce à sa retraite de président

Emmanuel Macron renonce à sa retraite de président
Politique

DÉCISION - Ce samedi, l'Elysée a confirmé à LCI l'information du "Parisien" selon laquelle Emmanuel Macron renonçait à sa retraite de président, qu'il aurait pu toucher dès 2022 ou 2027. Toujours selon l'Elysée, le chef de l'Etat sera soumis intégralement au futur régime de retraites par points.

Emmanuel Macron n'entend pas échapper à la règle. Alors que la réforme des retraites suscite une forte mobilisation sociale, l'Elysée a fait savoir au Parisien et a confirmé à LCI que le chef de l'Etat ne percevrait pas sa retraite de président, qui lui aurait normalement été attribuée dès 2022, en vertu d'une loi de 1955. Le futur régime universel de retraites par points s'appliquera intégralement au président français.

Ainsi, comme l'explique le quotidien français, l'homme politique de tout juste 42 ans ne touchera pas cette retraite, ni au terme de son mandat actuel ou de l'éventuel prochain, ni au moment où il "liquidera ses droits". Cette information fait notamment suite aux propos tenus par le Premier ministre, Edouard Philippe, le 11 décembre dernier  : "Nos concitoyens restent persuadés que leurs élus bénéficient de privilèges. Dans le système universel, les élus et les ministres seront traités exactement comme tous les Français, c'est normal et c'est très bien ainsi."

Toute l'info sur

La réforme des retraites d'Emmanuel Macron

Lire aussi

Ses successeurs également concernés

Cette retraite, que les anciens chefs d'Etat se voient verser à vie dès leur départ de l'Elysée, est équivalente à 6220 euros bruts par mois, soit 5200 euros nets. Une dotation qui peut être cumulée à d'autres pensions de retraites ou autres revenus et dont la moitié est également réversible à la veuve de l'ancien chef d'Etat en cas de décès de ce dernier. Toujours selon les informations du Parisien, si Emmanuel Macron renonce à cette retraite de président, un nouveau système devrait être mis en place "afin de le mettre en conformité avec le régime universel par points".

En actant cette suppression, Emmanuel Macron le fait également pour ses successeurs, à moins que l'un ou l'une d'entre eux ne décide de rétablir ce régime spécifique. L'Elysée a également fait savoir au Parisien qu'Emmanuel Macron renoncerait aux 13500 euros versés aux anciens chefs de l'Etat siégeant au Conseil constitutionnel, de même que Nicolas Sarkozy et François Hollande avant lui.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent