Emmanuel Macron reprend son tour de France dans les Pyrénées, une terre qui lui est chère

Emmanuel Macron,  le 1er juin 2021 à l'Élysée.

EN CAMPAGNE - Étape du Tour de France, visite d'une usine à Bagnères-de-Bigorre, rencontre des professionnels du tourisme à Lourdes... : le Président reprend son périple ce jeudi, sur des terres qui lui sont chères et pour lesquelles il clame régulièrement son amour.

Emmanuel Macron reprend son tour de France. Le chef de l’Etat a choisi pour ces deux jours de réunions et rencontres une région qu’il connaît bien et qu’il aime particulièrement : les Pyrénées. Ce jeudi, il suivra une étape de montagne du Tour de France, entre Pau (ville dont est maire son allié et Haut-commissaire au plan François Bayrou) et Luz-Ardiden. Vendredi, il rencontrera des professionnels du tourisme à Lourdes.

La nouvelle étape du tour de France d’Emmanuel Macron débutera ce jeudi à Sainte-Marie-de-Campan, "un village emblématique de cette terre du Tour de France", avait indiqué l’Elysée lundi dernier. Il rencontrera des habitants, des spectateurs et les élus locaux. Puis il prendra place dans la voiture du directeur de la course cycliste pour suivre l’étape du jour, dont le climax sera l’ascension du col du Tourmalet avant l’arrivée à Luz-Ardiden. Le Président avait déjà assisté à l’étape de l’ascension du col mythique en 2019.

Vendredi, le président de la République rencontrera des salariés du site du constructeur espagnol de matériels roulants CAF à Bagnères-de-Bigorre, une entreprise soutenue par France Relance pour son projet d’investissement de 25 millions d’euros, qui permettra la création de 200 à 250 emplois sur le site. Se rendre à Bagnères-de-Bigorre n’est pas anodin pour Emmanuel Macron. Il s’agit d’une ville où il a passé de nombreuses vacances pendant son enfance, et dont il a souvent parlé, notamment en évoquant sa grand-mère.

Lire aussi

"Un lieu synonyme de bonheur absolu"

Dans un récent entretien à Zadig, il avait d’ailleurs clamé son amour pour cette ville et pour les Hautes-Pyrénées. "Mon autre centre de gravité, c’étaient les Hautes-Pyrénées, Bagnères-de-Bigorre. Un vert paradis où je continue d’aller, le lieu d’origine de mes grands-parents, celui où je me réfugiais chaque été. J’y passais beaucoup de temps. J’étais l’enfant-roi dans ce lieu modeste, près de la nationale. Un lieu synonyme de bonheur absolu, avec des repères très stables, que je retrouve encore aujourd’hui", déclarait-il.

A Lourdes, il s’entretiendra avec des élus et des professionnels du tourisme, avant de visiter le site du sanctuaire. La ville dépend à 90% du tourisme, et faute de touristes étrangers en raison de la crise sanitaire, elle prévoit d’accueillir autour d’un million de visiteurs cette année au lieu de 3,5 millions. Entre références familiales, soutien au tourisme et mise en avant de son bilan, ces deux jours auront des airs de campagne pour le chef de l’Etat.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : quelles sont les trois contre-indications à la vaccination ?

"Nous sommes passés de Socrate à Francis Lalanne" : le discours cinglant d'un sénateur contre les anti-vaccins

VIDÉO - Belgique : nouvelles inondations massives après un orage diluvien

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 25.000 nouveaux cas en 24h, 22 décès enregistrés

Catalogne, Pays-Bas, Royaume-Uni... Comment expliquer la baisse de l'épidémie chez nos voisins ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.