Emmanuel Macron sur le plateau de Glières : Sarkozy, hommage aux maquisards… ce qu'il faut savoir sur cette visite symbolique

Politique
HISTOIRE – Emmanuel Macron se rend dimanche à 10h30, avec Nicolas Sarkozy, en Haute-Savoie, au plateau de Glières. Un haut lieu de la Résistance à l'occupation allemande.

C'est dans le massif des Bornes, à 1.450 mètres d'altitude, qu'Emmanuel Macron a rendez-vous ce dimanche. Plus exactement sur le plateau des Glières, un lieu chargé d'Histoire : c'est là qu'une centaine de maquisards furent tués en 1944 par des soldats allemands et des miliciens français. LCI vous dévoile les contours et les enjeux de ce déplacement mémoriel.

Quel est le programme de la visite présidentielle ?

Le chef de l'Etat  doit participer à la cérémonie d'hommage qui se tiendra dans la matinée à la nécropole nationale de Morette. Après une allocution, il se rendra sur le plateau où a été érigé en 1973 un monument national à la Résistance, avant de déjeuner avec des élus.

Pourquoi ce lieu est-il un symbole de la Résistance ?

Ce haut plateau calcaire est un haut lieu symbolique de la Résistance, malgré une récente remise en cause de l'ampleur de la bataille qui s'y est jouée. Lieu difficile d'accès, les Glières étaient pour la Résistance locale le lieu idéal pour recevoir des parachutages d'armes des alliés. Mais le 31 janvier 1944, le gouvernement de Vichy, sur l'injonction des autorités allemandes, décide d'en finir avec la Résistance et met le département en état de siège. 


Le 26 mars 1944, une attaque mobilise soldats allemands et miliciens français avec des moyens disproportionnés face aux 465 maquisards présents sur le Plateau. Ces derniers reçoivent l'ordre de "décrocher" du plateau dans la soirée. Mais 129 maquisards et 20 résistants des vallées ne peuvent échapper à l'encerclement : 124 sont tués lors du combat ou fusillés, 9 disparaissent et 16 mourront en déportation. A partir de ce moment, la bataille des Glières devient, grâce à la radio de Londres, le symbole de la Résistance française.


Cette version est contestée par certains historiens. Selon Claude Barbier qui a eu accès à des archives inexploitées et écrit une thèse en 2011 sur le sujet, "il n'y a pas eu de bataille à Glières", mais une répression féroce de la part des soldats allemands et des forces de Vichy sur des maquisards en repli, affamés et exténués.

Pourquoi Nicolas Sarkozy sera-t-il présent ?

Le plateau de Glières a déjà été foulé par des présidents de la République. François Mitterrand s'est rendu sur le plateau en avril 1994 pour le 50e anniversaire des combats. Nicolas Sarkozy, lui, est venu plusieurs fois : il y fit une halte en 2007 à la veille de l'élection présidentielle puis s'y est rendu tous les ans durant son quinquennat. Nicolas Sarkozy "a contribué à ancrer les commémorations dans la mémoire collective", indique-t-on à la présidence.

Des Gilets jaunes vont-ils perturber la cérémonie ?

Les Gilets jaunes de l'Isère devraient profiter de la présence du chef de l'Etat pour se faire entendre. C'est en tout cas ce qu'annonce France Bleu Haute-Savoie : "L'action ne sera  effectuée que pendant la prise de parole du Président, on ne fera rien pendant la commémoration", a expliqué l'un d'entre eux à la radio. Et de préciser : "Ce sera quelque chose de pacifique. Nous n'aurons pas de banderole, pas de pancarte. C'est avant tout pour montrer au Président que le peuple est encore en colère".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter