Emmanuel Macron, un surdoué ambitieux

DirectLCI
PORTRAIT - Elle était annoncée depuis plusieurs semaines : Emmanuel Macron a donné sa démission ce mardi après-midi. Celui qui a créé son propre parti politique, En Marche, est désormais libre de voler vers ses ambitions présidentielles. Retour sur le parcours d’un homme qui, à 38 ans, a déjà été banquier chez Rothschild, secrétaire général adjoint de l’Elysée et ministre de l’Economie.

Brillant et mondain. A 38 ans, le désormais ex-ministre de l’Economie a déjà gravi beaucoup d’échelons, et eu plusieurs vies professionnelles. Après sa démission de son poste de ministre de l’Economie, qu’il occupait depuis août 2014, Emmanuel  Macron est aujourd’hui libre d’en écrire une nouvelle. 


LIRE AUSSI >> Démission d'Emmanuel Macron : suivez en direct avec nous les évènements 

Emmanuel Macron a toujours attisé la curiosité et étonné, par son intelligence et sa capacité d’adaptation. Fils de médecins, celui qui a été surnommé le "Mozart de l’Elysée" a grandi à Amiens. Après son bac S, admis en classe préparatoire du prestigieux lycée Henri-IV, il quitte sa ville pour la capitale. Le début d’un brillant parcours universitaire : s’il rate le concours de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, il intègre Sciences-Po Paris puis l’ENA, en 2002. 


EN IMAGES >> Emmanuel Macron et... ses phrases pas vraiment de gauche ! 

Successeur de Montebourg à l'Economie

A l’issue de ses études, en 2004, Macron devient Inspecteur général des finances. En 2008, il quitte la fonction publique pour rejoindre le privé et devient banquier d’affaire chez Rothschild, notamment sur recommandation de Jacques Attali. En 2012, après avoir gravi les échelons au sein de la célèbre banque, il dirige le rachat par Nestlé d’une filiale Pfizer, une transaction évaluée à plus de 9 milliards d’euros. Macron profite de cette expérience pour parfaire son réseau, et augmenter son patrimoine. En 18 mois chez Rothschild, il aurait gagné près de 2,5 millions d'euros. 

En mai 2012, le disciple et ami de Michel Rocard retrouve la fonction publique et devient secrétaire général de l’Elysée en charge de l’économie. Un peu plus de deux ans plus tard, il entre dans le gouvernement Valls 2 en remplacement d’Arnaud Montebourg au ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique. Il y mettra en place la "loi Macron", qui revient sur la règlementation du travail le dimanche, des professions réglementées ou encore des transports.


LIRE AUSSI >> Mais que doit vraiment Emmanuel Macron à François Hollande ?

Vie privée exposée

Au-delà de la politique, l’ancien assistant du philosophe Paul Ricoeur détonne également par sa vie privée, régulièrement exposée en Une des magazines.  Il est marié depuis 2007 à Brigitte Trogneux, son ancienne professeure de français au lycée privé La Providence à Amiens. Avec elle, il écume les dîners parisiens.

En avril 2016, celui qui n’hésite pas à prendre ses distances avec les positions gouvernementales et qui a récemment admis ne pas être socialiste, fonde son propre mouvement, En marche. Ce parti que Macron ne veut ni à droite ni à gauche, étaye la thèse d’une candidature Macron à la présidentielle 2017. Une thèse renforcée ce mardi par sa démission du gouvernement.


LIRE AUSSI >> Il regarde vers 2017 : quel est le bilan de Macron au ministère de l'Economie ? 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter