"Emploi fictif" au Parlement européen : Jean-Marie Le Pen doit rembourser 320.000 euros

"Emploi fictif" au Parlement européen : Jean-Marie Le Pen doit rembourser 320.000 euros
Politique

POLITIQUE - Le Parlement européen a tranché et condamné Jean-Marie Le Pen a rembourser plus de 320 000 euros, qui lui auraient été versés "indûment" pour rémunérer un assistant parlementaire dont il ne peut fournir la preuve du travail. L'avocat du frontiste dénonce une... injustice.

Pas joli, joli. Un an après l’ouverture en mars 2015 d’une enquête relative aux salaires versés sur des fonds européens à une vingtaine d’assistants d’élus FN, le Parlement européen a tranché. Le magazine Challenges révèle que Jean-Marie Le Pen, soupçonné d’avoir employé un assistant parlementaire aux frais de l’Union européenne et dont il ne peut fournir la preuve du travail, devra rembourser 320.026,23 euros qui lui auraient été "indûment" versés pour rémunérer Jean-François Jalkh entre 2009 et 2014.

Le Pen voit ses indemnités d'eurodéputé divisées par deux

Le secrétaire général du Parlement, Klaus Welle a en effet remarqué que ce dernier, aujourd'hui député européen, avait dans le même temps été employé comme "assistant parlementaire local" ou en tant que "prestataire de service" pour "participer au contrôle des comptes de campagne" du FN. En outre, Jean-Marie Le Pen "ne fournit ni explication, ni preuve du travail d'assistance parlementaire réalisé par Jean-François Jalkh".

Pour rembourser, les indemnités d’eurodéputé du papa-FN seront réduites de moitié, ce dernier devrait donc empocher 3100 euros mensuels nets, au lieu de 6200 euros. Il a également été privé de l'enveloppe prévue pour chaque député au titre des frais d'exercices de son mandat. Sans surprise, l’avocat de Jean-Marie Le Pen, Me Frédéric Joachim, qui dit avoir formulé des recours "devant le tribunal de première instance de l'UE", s'est insurgé contre "le caractère illégal et injuste de cette décision".

A noter que le collègue et fidèle allié de Jean-Marie Le Pen au Parlement Bruno Gollnisch suit la même procédure. D'autres députés européens frontistes pourraient aussi voir leur nom éclaboussé par l'affaire.

EN SAVOIR +
>>  Marine Le Pen défie la police et cache son portable dans son soutien-gorge
>>  (VIDEO) Perquisition chez Jean-Marie Le Pen >>  Les sept plaies du FN >>  Le siège du FN en cours de perquisition à Nanterre    >>  La désastreuse visite de Marine Le Pen au Canada

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent