En annonçant sa candidature à la présidentielle, Arnaud Montebourg signe un nouveau retour en politique

En annonçant sa candidature à la présidentielle, Arnaud Montebourg signe un nouveau retour en politique

PRÉSIDENTIELLE 2022 - L'ancien ministre de l'Économie, qui s'est déjà mis plusieurs fois en retrait de la vie politique, effectue un nouveau retour ce samedi. Depuis Clamecy dans la Nièvre, il a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle de 2022, avec l'ambition d'amorcer "la remontada de la France".

Retraits, pauses, parenthèses... Arnaud Montebourg en a déjà fait plusieurs dans sa vie politique. Ce samedi 4 septembre 2021, en annonçant sa candidature à la prochaine élection présidentielle sans passer par une primaire, l'ancien ministre de l'Économie de François Hollande signe un nouveau retour, avec un leitmotiv : "Je suis venu proposer à nos compatriotes un projet à partager ensemble : la remontada de la France", "un projet de grande envergure et sérieux" pour "remonter" le pays, a-t-il expliqué. Il entend ainsi faire entendre sa voix à gauche, entre Jean-Luc Mélenchon et le ou la futur(e) candidat(e) socialiste. 

Toute l'info sur

L'élection présidentielle 2022

Lire aussi

Pourtant en 2014, après sa démission du gouvernement, le chef de file des frondeurs avait expliqué dans ses vœux de fin d'année à l'attention de ses administrés de Saône-et-Loire qu'il mettait un terme à sa carrière publique. "Après dix-sept années de mandat local et national, le moment est venu pour moi de me retirer de la vie publique professionnelle", assurait-il, indiquant retourner sur les bancs de l'école pour étudier le commerce. 

"Pour autant, quitter des fonctions de représentation politique, reprendre un métier comme tout un chacun, refuser de vivre de la politique, recouvrer sa liberté, ne signifie pas l’abandon de tout engagement dans la vie publique", ajoutait l'ex-avocat, qui en 2013 déclarait au Monde que s'il en avait "marre des élections" et ne se "représenterai(t) pas" pour des mandats locaux, la présidentielle était "la seule élection" à laquelle il "envisage(ait) de (se) représenter un jour".

Entrepreneur "made in France"

Presque sans surprise donc, l'ex-avocat fut candidat à la primaire socialiste en 2017, où il arriva en troisième position derrière Manuel Valls et Benoît Hamon. Mais sa défaite à ce scrutin ainsi que celle de Benoît Hamon au premier tour de l'élection présidentielle lui firent prendre de nouveau du recul. Fini la politique, Arnaud Montebourg devient entrepreneur et lance plusieurs sociétés, notamment des marques de miel et de glaces. 

Lire aussi

En 2019, questionné sur un éventuel retour en politique, il indique : "Je n'en ai pas l'intention, j'ai donné 18 ans de ma vie à la France, j'ai fait ce que j'ai pu, défendu des convictions, qui ne m'ont pas quitté puisque je reste un citoyen engagé, mais je n'ai plus de parti politique". Toutefois, l'ancien ministre se rappelle souvent au bon souvenir des médias, n'hésite pas à donner son avis sur la politique d'Emmanuel Macron et à avancer ses idées. En novembre 2020 il publie "L'engagement", livre dans lequel il raconte ses années passées à Bercy mais alimente également les spéculation sur un nouveau retour.  

Tout s'accélère alors. Début 2021, alors que "L'engagement" est devenu un parti, Arnaud Montebourg estime "évident que la question de (s)on engagement" pour 2022 soit posée. "Une cinquantaine" de personnes travaillent à la mise en place du parti qui a pour objectif "de soutenir la candidature de M. Montebourg" et s'adresser à tous les Français "au-delà de la gauche", explique alors à l'AFP le président de "L'engagement". La première étape a eu lieu ce samedi à Clamecy (Nièvre), village natal d'Arnaud Montebourg. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

EN DIRECT - Covid-19 : risque "élevé à très élevé" que le nouveau variant "Omicron" se répande en Europe

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Covid-19 : bars, trains, métro... les principaux lieux de contamination identifiés par une nouvelle étude

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.