En cas de victoire aux régionales, Marine Le Pen cumulera les mandats... comme tout le monde

En cas de victoire aux régionales, Marine Le Pen cumulera les mandats... comme tout le monde

DirectLCI
TROP FACILE – La présidente du Front national réagissait ce mercredi sur LCP à propos de son éventuel cumul des mandats en cas de victoire dans le Nord-Pas-de-Calais. Sa justificiation ? Si les autres le faisaient ou l'avaient fait, pourquoi pas elle ?

Marine Le Pen était mercredi 4 novembre sur le plateau de l'émission "Questions d’Info" sur LCP . Après avoir parlé politique française et internationale, elle a été interrogée sur un éventuel cumul des mandats de sa part, en cas de victoire aux élections régionales. A la question : "Si vous gagnez la présidence de la région Nord-Pas-de-Calais, abandonnerez-vous votre poste au Parlement européen ?", Marine Le Pen a répondu, très étonnée : "Non, pourquoi ferais-je cela ? Je ne suis pas en situation de cumul, car on peut parfaitement être député européen et président d'exécutif." La présidente du Front national a ensuite rajouté : "Si je m'aperçois que je ne peux pas faire les deux, alors j'abandonnerai mon mandat de député européen."

Et en ce qui concerne la possibilité pour elle de rester à la tête de la région tout en menant sa campagne présidentielle, elle a rétorqué : "Je vais aller demander à Ségolène Royal, à François Hollande ou à Nicolas Sarkozy qui étaient tous à la tête d’un exécutif pendant leur campagne."

Un cumul parfaitement légal

Effectivement, Marine Le Pen respecte les règles du cumul des mandats. Et à regarder l'attitude du FN face à cette situation, on se demande pourquoi ils dépensent tant d'énergie à lutter contre un système qui leur sied si bien. David Rachline et Stéphane Ravier, tous les deux maires, sénateurs et conseillers régionaux peuvent en témoigner.

Sauf qu' en 2017, une nouvelle loi entrera en vigueur , stipulant qu'"il sera impossible de cumuler une fonction de député/sénateur et un mandat exécutif local". Une loi qui ne concerne pas Marine Le Pen.

Sauf qu'en 2019, un député européen ne pourra plus cumuler son mandat avec les mandats exécutifs locaux, tels que maire, adjoint au maire, président ou vice-président de conseil départemental ou régional. Mais la présidente du FN a le temps de voir venir.

Non au cumul... mais plus tard

Sur le site du parti, on trouve carrément une page intitulée " Non au cumul des mandats ". Un grand écart entre les paroles et les actes. Mais Marine Le Pen ne voit là aucune incohérence. A propos de Stéphane Ravier et David Rachline, elle disait récemment : "Nous avons clairement dit que nous étions contre le cumul des mandats, mais nous appliquerons le non-cumul quand tous les autres se l’appliqueront aussi". On pourrait également citer Steeve Briois, maire d’Hénin-Beaumont et député européen.

C'est qu'au FN, si on est très prompt à critiquer les abus du système et de la classe dirigeante, on aime bien profiter des petits avantages dont jouissent les autres élus, une fois qu'on arrive au même niveau.

À LIRE AUSSI >> Quand Rachline et Ravier dénonçaient le cumul des mandants

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter