A Poitiers, Fillon poursuit son opération reconquête sur le terrain (miné)

RELANCE - François Fillon continue sa campagne vaille que vaille. Dans la foulée d'une conférence de presse organisée par ses avocats jeudi après-midi, le candidat de la droite à la présidentielle a tenu un meeting à Poitiers, où il a renoué avec son projet.

Encore une rude journée pour François Fillon. Le candidat  à la présidentielle ne pensait sans doute pas que ses "excuses aux Français", et sa conférence de presse en forme de contre-offensive, suffiraient à faire basculer l'opinion publique et remettre sa campagne sur de bons rails.  Cependant, il ne pensait sans doute pas que ce serait aussi difficile. 

Ses enfants entendus pendant 7 heures

Deux des enfants de François Fillon, Charles et Marie, ont été entendus ce jeudi par les policiers à Nanterre dans le cadre de l’enquête sur les soupçons d’emplois fictifs. Les auditions des deux enfants se sont achevées aux alentours de 19h15, après plus de sept heures passées dans les locaux de l’Office central de lutte contre la corruption à Nanterre.


Pour mémoire : François Fillon, alors sénateur de la Sarthe, avait recruté à tour de rôle ses enfants comme assistants : d’octobre 2005 à décembre 2006 pour la fille aînée du couple, Marie, qui recevait 3800 euros brut par mois, et de janvier à juin 2007 pour Charles, qui touchait 4846 euros brut par mois.

Pour les avocats du couple, l’enquête est "illégale"

Lors d’une conférence de presse, les avocats de François Fillon ont demandé ce jeudi au parquet financier de se dessaisir de l’enquête, et ont annoncé porter plainte pour "violation du secret de l'enquête", en raison des fuites dans la presse. Selon eux, l’infraction de détournement de fonds publics ne peut être reprochée à François Fillon, car ce délit n’est pas applicable à un parlementaire.


Pour rappel, le parquet national financier (PNF) s’était saisi de l’enquête, ouverte pour détournement de fonds publics et abus de biens sociaux, dès la parution du premier article du Canard enchaîné. Le 25 janvier dernier, l’hebdomadaire satirique révélait que Mme Fillon avait occupé pendant des années un poste d’assistante parlementaire auprès de son mari quand il était député, puis du suppléant de celui-ci.

A Poitiers, le candidat joue la carte antisystème

En déplacement ce jeudi à Poitiers, dans la Vienne, le candidat à la présidentielle entendait reprendre sa campagne en main. Chahuté lors de ses derniers déplacements, l’ancien premier ministre s’est épargné les visites de terrain initialement prévues. Il n’est apparu au Palais des Congrès du Futuroscope que dans la soirée. Malgré ces précautions, un comité d’accueil d’une cinquantaine de personnes l’attendait aux cris de "Remboursez les millions !".


Le candidat de la droite a une nouvelle fois joué la carte antisystème. "Votre présence m’aide à résister au choc. Je suis aujourd’hui la cible d’une attaque partiale", a-t-il lancé à ses soutiens. On scrute ma vie au laser, cherchant la moindre erreur, la moindre faille, le moindre scoop… Si la violence est si rude, c’est que je suis porteur d’un projet qui bouscule le système."

Fillon toujours éliminé, Le Pen battue au second tour

Reste que les sondages le placent désormais à un étiage de 17-20%, contre 20-23% pour M. Macron et 24-26% pour Mme Le Pen, une autre nouvelle pourrait perturber la campagne du député de Paris: François Bayrou, le président du MoDem, pourrait se déclarer candidat à la présidentielle prochainement.

François Fillon ne pensait sans doute pas que ses "excuses aux Français" et sa conférence de presse en forme de contre-offensive suffiraient à faire basculer l'opinion publique et remettre sa campagne sur de bons rails, mais il ne pensait sans doute pas que ce serait aussi difficile. 


Après plus de deux semaines de révélations sur les emplois présumés fictifs de sa femme et de ses enfants Marie et Charles ainsi qu'une chute nette dans les sondages, M. Fillon a une nouvelle fois affirmé que "tous les faits sont légaux", demandant la même démarche de "transparence" que la sienne à ses rivaux. 


Reste que les sondages le placent désormais à un étiage de 17-20%, contre 20-23% pour M. Macron et 24-26% pour Mme Le Pen, une autre nouvelle pourrait perturber la campagne du député de Paris: François Bayrou, le président du MoDem, pourrait se déclarer candidat à la présidentielle prochainement.

Une campagne dans l'ombre des affaires

En vidéo

A Athis-Mons, des partisans de Mélenchon accueillent François Fillon avec des casseroles

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter