Alstom : "aucune décision ne sera prise" avant la fin des discussions avec l'Etat

Alstom : "aucune décision ne sera prise" avant la fin des discussions avec l'Etat

INDUSTRIE - Alors que le gouvernement multiplie les interventions sur l'avenir de l'usine Alstom de Belfort, la direction du groupe a indiqué, après avoir confirmé l'arrêt de la production, qu'elle ne prendra pas de décision avant la fin des discussions avec l'exécutif

18:15 - On calme le jeu. Aux salariés, la direction d'Alstom a assuré qu'elle ne les pousserait pas à la porte avant 2018, et n'envisageait donc pas de fermer le site avant que les discussions avec l'Etat ne prennent fin. Une communication contraire à ce que le groupe avait indiqué, en début de journée. 

Toute l'info sur

La crise à Alstom Belfort

17:35 -  Mobilisation. La CGT appelle à une mobilisation devant le siège d'Alstom à Saint-Ouen le 27 septembre, jour du prochain Comité central d'entreprise. 

17:05 - "On a été écoutés". Les syndicats se sont montrés plutôt satisfaits de leur recontre mardi avec le secrétaire d'Etat à l'Industrie Christophe Sirugue. Ce dernier leur a ainsi affirmé qu'il se donnait "dix jours" pour leur apporter des réponses sur l'avenir du site de Belfort menacé de fermeture en raison d'une chute du carnet de commande d'Alstom. 

 "Des rencontres vont être organisées avec l'ensemble des acteurs de la filière (ferroviaire) dans les prochains jours", selon le syndicaliste CGT Stéphane Flégeau, qui a cité la SNCF, la RATP et le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif).

16:10 - Les délégués syndicaux reçus à Bercy. Selon la déléguée CFE-CGC Valérie Chardon, interrogée par LCI, le secrétaire d'Etat à l'Industrie Christophe Sirugue a écouté le point de vue des représentants du personnel et a convenu qu'ils seraient à nouveau reçu au ministère dans une dizaine de jours avec, l'espèrent les syndicalistes, des avancées concrètes dans ce dossier.

14:25 - Les pistes du gouvernement pour relancer la production à Belfort : 

- Négociations en cours avec la SNCF sur la production de 12 locomotives pour la ligne Paris-Turin-Milan. 

- Discussions avec la RATP pour fournir du matériel roulant de chantier. 

- Commandes du gouvernement de 30 rames Intercités. Une commande qui n’impacterait qu’indirectement le site de Belfort. 

- Appel d’offre du Stif en cours portant sur 3,5 milliards d’euros. 

- Appel d’offre à venir du gouvernement pour des trains circulant sur les lignes structurantes de la SNCF 

14:00 - A Belfort, la mobilisation s’organise. Une journée " Belfort, ville morte" devrait être organisée le 24 septembre prochain pour dénoncer la fermeture programmée du site Alstom. 

13:10  - Déclarations. Le Premier ministre Manuel Valls a réitéré ses promesses d'action en direction des employés du site de Belfort : "Ils peuvent avoir confiance dans l'action du gouvernement pour pérenniser le site, l'emploi et l'avenir d'Alstom", a-t-il déclaré en fin de matinée, appelant à la patience et demandant à ce qu'"on ne s'emballe pas" sur ce dossier. 

12 :55 - Imbroglio. Selon deux délégués CGT cités par L’Est Républicain, le mail reçu ce matin par les salariés du groupe concernant l’avenir du site de Belfort résulterait d’une "erreur de manipulation". Citant notamment Frédéric Demange, représentant CGT, ce mail aurait dû, selon la direction, être envoyé voici plusieurs jours, au moment de la décision initiale. 

12:00 - Réaction. Le maire de Belfort a réagi sur LCI à la nouvelle annonce ce mardi matin de la fermeture du site ALSTOM dans sa ville. Damien Meslot (LR) urge le gouvernement d'agir. Faute de quoi, "nous ne manquerons pas de rappeler à l'Etat qu'il a menti à chaque instant de la campagne présidentielle" a ajouté l'élu.

En vidéo

Alstom : le maire de Belfort urge le gouvernement d'agir

11:08 -  Vidéo. François Hollande : Alstom: "tout sera fait pour que le site de Belfort soit pérennisé" pour 

"plusieurs années", a déclaré mardi le président de la République en visite en Roumanie. 

En vidéo

Hollande : "Tout sera fait pour que le site de Belfort soit pérennisé pour de nombreuses années"

11:05 - Document. Une communication interne de la direction d'Alstom, adressée mardi aux salariés du groupe et que LCI s'est procurée, confirme l'arrêt programmé de la production sur le site de Belfort. 

MARDI 11:05 - La fin de l'activité de production sur le site de Belfort confirmée.  "Il apparaît aujourd’hui impossible d’assurer un avenir pérenne pour les activités du site de Belfort",  déclare mardi la direction du groupe Alstom dans une communication interne adressée aux salariés. Une information confirmée par le maire LR de Belfort Damien Mesolt sur notre antenne. 

Vidéo - La mobilisation était importante lundi devant la mairie de Belfort pour dénoncer la fermeture possible du site Alstom de la ville qui concernerait plus de 400 personnes. 

En vidéo

EST CE QUE BELFORT Y CROIT?

18:33 -  Les déclarations d'Alain Vidalies. L'usine de Belfort, où Alstom projette d'arrêter la fabrication de trains d'ici à 2018, restera un site de production "dans les mêmes proportions qui existent aujourd'hui", a assuré lundi soir Alain Vidalies, le secrétaire d'État chargé des Transports. La décision d'Alstom est "d'autant plus incompréhensible aujourd'hui que nous sommes dans l'attente de décisions" concernant des appels d'offres, a déclaré M. Vidalies à l'antenne de la radio RTL.

18:00 - Les élus locaux à Bercy. Les élus de Bourgogne et de Franche-Comté, concernés par le dossier Alstom, ont été reçus lundi à Bercy. A leur sortie, la déception semblait de mise, selon notre reporter sur place Vincent Perrault. Ces derniers ont demandé des assurances sur la continuité de l'activité du site au gouvernement qui a assuré qu'il allait relancer la commande publique pour garnir le carnet du groupe industriel. Mais les élus attendent des actes concrets. 

17:00 - Vidéo.  François Hollande : "Il y  a des grandes filières qui doivent être soutenues. Nous devons nous mobiliser pour qu’il y ait plus de commandes" qui soient enregistrées par Alstom, a déclaré lundi le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse sur l'emploi et la formation.  

En vidéo

Alstom : "Nous devons nous mobiliser pour qu'il y ait plus de commandes", dit Hollande

14:50 - Macron répond. En visite au Salon international de la Coiffure, porte de Versailles à Paris, Emmanuel Macron a défendu son action sur le dossier alors que les critiques fusent sur sa gestion, notamment du côté de l’Elysée .

 Plus tôt, Le Monde publiait les déclarations  de l'ex-ministre de l'Economie qui a affirmé ne pas être au courant des projets de la direction du groupe.   "La décision annoncée il y a quelques jours n’était ni attendue ni prévue. Le PDG d’Alstom ne l’a jamais évoquée dans nos échanges. Je ne peux m’empêcher d’y voir une décision opportuniste, prise à la faveur de mon départ du gouvernement", a assuré Emmanuel Macron au quotidien.   "Les inquiétudes portaient plutôt sur le site Alstom de Reichshoffen", a-t-il ajouté au Salon de la Coiffure.  Il a également  affirmé ne pas avoir vocation à être le "bouc émissaire de toutes les situations difficiles". 

VIDEO. Macron répond aux critiques

En vidéo

Macron sur Alstom : "Je n'ai pas vocation à être le bouc émissaire de toutes les situations difficiles"

Vidéo  - Maintien de l'activité à Alstom : "Nous jugerons sur les actes" avertit le maire LR de Belfort, Damien Meslot, invité de LCI ce midi. 

En vidéo

Maintien de l'activité à Alstom - "Nous jugerons sur les actes" avertit le maire LR de Belfort

14:30 - Alstom : à qui la faute ?  "L’affaire Alstom est la preuve que Macron avait encore du travail à faire à Bercy, accuse-t-on à l'Elysée, selon une source citée par Le Monde. C’est ce que le président lui a dit lors de leur entrevue avant sa démission. Mais il n’a rien voulu entendre", précise-t-on encore. De son côté, rapporte le quotidien, MIchel Sapin, qui a repris le portefeuille du jeune ministre démissionnaire, affirme que ce dernier "avait levé le pied depuis un an" sur ce dossier. 

11:23 - Le secrétaire général Les Républicains Eric Woerth a salué "les efforts du gouvernement pour essayer de sauver un site industriel" mais selon lui, il "n'a probablement pas joué son rôle jusque-là. Le PDG d'Alstom a plusieurs fois tiré la sonnette d'alarme et n'a pas été entendu", a déclaré l'ancien ministre du budget du Franceinfo.

11:08 -"Le président de la République nous a fixé un objectif".  François Hollande a fixé lundi matin comme "objectif" le maintien des activités ferroviaires d'Alstom à Belfort, lors d'une réunion de crise à l'Elysée sur l'avenir du groupe, dont l'Etat est actionnaire minoritaire, a déclaré le ministre de l'Economie Michel Sapin. 

"Le président de la République nous a fixé un objectif, celui de faire en sorte qu'à Belfort les activités ferroviaires d'Alstom soient maintenues", a déclaré Michel Sapin sur le perron du palais présidentiel à l'issue de cette réunion. 

"C'est à cet objectif-là que nous allons travailler avec les élus, les organisations syndicales, la direction d'Alstom et l'ensemble de ceux qui, en capacité de passer un certain nombre de commandes en France, peuvent permettre d'assurer le plan de charge qui permettra de sauver les activités ferroviaires d'Alstom à Belfort", a-t-il enchaîné.

Toujours selon le ministre de l'Economie, ce "début de semaine sera décisif en termes de rencontres, de concertations, de décisions pour l'avenir du site de Belfort d'Alstom".

Michel Sapin a de nouveau condamné la façon "inadmissible" avec laquelle la direction d'Alstom a annoncé la fermeture de son site de Belfort, berceau historique du groupe.

Lire aussi

    En vidéo

    Alstom : la part de responsabilité du gouvernement expliquée

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

    EN DIRECT - Covid-19 : l'Occitanie déclenche le plan blanc dans tous les hôpitaux de la région

    Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

    EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Montebourg prêt à offrir sa "candidature à un projet commun et à un candidat commun"

    VIDÉO - "Plus jamais ça" : l'alerte des parents de l'ado électrocutée par son téléphone en prenant un bain

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.