EN DIRECT - Annonces de Macron : Le Maire veut que 15 millions de foyers fiscaux bénéficient des baisses d'impôt

Politique
LIVE - Plus de cinq mois après le début de la crise des Gilets jaunes, Emmanuel Macron a pris la parole jeudi soir pour défendre les mesures avec lesquelles il espère lancer "l'acte II" de son quinquennat. Réactions, décryptage... On débriefe les annonces du chef de l'Etat en direct sur LCI (canal 26).
Live

REPLAY


Le récap' des grandes mesures annoncées par Emmanuel Macron.

CE QU’IL FAUT RETENIR DES ANNONCES D’EMMANUEL MACRON


DÉMOCRATIE 

- Conforter le rôle des maires par un statut "digne de ce nom",  réduction du nombre de parlementaires de 25% à 30% . En revanche, le président de la République s’est dit hostile à la mise en place du vote obligatoire ou du vote blanc.

- Proportionnelle: Emmanuel Macron a évoqué la mise en place de 20% de proportionnelle à l'Assemblée.

- Création d’un conseil de la représentation citoyenne à la place du Cese (conseil économique, social et environnemental). 150 citoyens tirés au sort dès juin.

- Referendum : Emmanuel Macron écarte l’idée d’un RIC, souhaité par les Gilets jaunes. En revanche, il souhaite l’abaissement à 1 million de signataires du seuil pour le Referendum à l’intiative du peuple (RIP) et au niveau local, il veut renforcer le droit de pétition. "Au dela d’un certain seuil à définir."


UN NOUVEL ACTE DE DÉCENTRALISATION / SERVICES PUBLICS

- Une profonde réorganisation de l’administration sera présentée en mai par le gouvernement.

- Plus de fermetures d’hôpitaux ou d’école sans l’accord du maire d’ici la fin du quinquennat. 

- Création de "Maisons ‘France service’" dans chaque canton qui regrouperont l’accueil des services de l’Etat mais aussi des collectivités locales (CAF, Pôle emploi, mairie, mission locale… )   


HAUTE FONCTION PUBLIQUE

- "Je pense qu'il faut supprimer l'ENA" , a indiqué le chef de l'Etat tout en plaidant pour une réforme plus globale du recrutement des fonctionnaires et de leur carrière. IL a plaidé pour la suppression des "grands corps" de la fonction publique.   Une mission sera confiée à Frédéric Thiriez


BAISSE D'IMPÔTS / NICHES FISCALES /POUVOIR D’ACHAT

- Baisser "significativement" l’impôt sur le revenu . Emmanuel Macron a évoqué "5 milliards" de baisses supplémentaires.

- Évaluation de la réforme de l’ISF pour 2020

- Reconduction de la prime exceptionnelle défiscalisée versé par les entreprises en fin d’année

- Suppression de "certaines niches fiscales" des entreprises.


EDUCATION

- Des classes de 24 élèves maximum de la grande section de maternelle au CE1


RETRAITES

- Réindexation des petites retraites de moins de 2000 euros sur l’inflation au 1er / 01/ 2020 et pour toutes les retraites à partir de 2021. 

- Bâtir un système de retraite juste "par points" présentée à l’été

- Pas de retraite de moins de 1000 euros pour tout salarié qui aurait eu une carrière complète.

- Pas de relèvement de l'âge légal. En revanche, le président évoque un allongement de la durée de cotisation. 


TEMPS DE TRAVAIL / JOURS FERIES

- Macron demande de "travailler davantage" pour financer la baisse d'impôts 

- Il est hostile en revanche à la suppression d'un jour férié.


CLIMAT

- Mise en place d’un "conseil de défense écologique" qui  réunira "le Premier ministre et les principaux ministres chargés de cette  transition (...) pour  "prendre les choix stratégiques et mettre au coeur de toutes nos politiques cette  urgence climatique"


PENSIONS ALIMENTAIRES

- Donner aux CAF le pouvoir de prélever directement les pensions alimentaires en cas de non versement.

LE MAIRE


Suppression de 120.000 postes de fonctionnaires : "Nous verrons avec Gérald Darmanin quels seront les emplois publics que nous réduiront moins" a expliqué Bruno Le Maire.  Le désir de service public des Français, et la nécessité de déployer plus de fonctionnaires sur le territoire, "nous amènera à moins réduire le nombre de fonctionnaires que ce que nous avions prévu" ajoute-t-il.

LE MAIRE


Le ministre s'explique sur les niches fiscales. "On ne touche pas aux niches fiscales pour les emplois à domicile" réaffirme-t-il. "Je recevrai dès la semaine prochaine les représentants des organisations patronales pour regarder ce qui répond à l'intérêt général et ce qui pourrait être réduit car c'est de l'argent public qui est mal utilisé. (...) Ce qui ne répond pas aux politiques publiques, nous le réduiront."

BELLAMY


François-Xavier Bellamy, tête de liste LR aux européennes, est l'invité de LCI. 

"Tout ça pour ça. Il aura fallu des semaines pour qu'on en arrive à la redécouverte de ces évidences" déclare-t-il à propos de la conférence de presse d'Emmanuel Macron hier.

LE MAIRE


Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire annonce sur LCI qu'il fera au président de la République une proposition pour que "15 millions de foyers fiscaux" payent moins d'impôts. Il souhaite s'attaquer à la première tranche d'impôts, mais aussi à la seconde, la tranche à 30%.

RN


Dans un communiqué envoyé très tôt ce vendredi matin, le Rassemblement national a fustigé l'attitude du président de la République lors de son conférence de presse. "Les Français doivent savoir qu’après cinq mois de contestation sociale parfois violente, qu’après des semaines d’un prétendu débat,  le Président de la République est animé par la même conviction : si vous n’êtes pas d’accord c’est que 'je n’ai pas réussi à me faire comprendre' (sic). (...) Plus que jamais, à l’issue de cet exercice confus et sans haute vision de l’Etat et de la France, les Français doivent savoir qu’il n’y a que la sanction électorale du 26 mai qui mettra fin à la course sans fin d’un président somnambule, sans empathie, qui n’a rien compris et rien appris."

RÉACTIONS 


Comme il fallait s'y attendre, la conférence de presse du président de la République n'a pas laissé insensibles les membres de l'opposition. Florilège.

"Aucune piste sérieuse", "pas de nouveau cap", "petites réponses"… Les réactions politiques aux annonces de Macron

"Aucune piste sérieuse", "pas de nouveau cap", "petites réponses"… Les réactions politiques aux annonces de Macron

RÉACTION


Les Gilets jaunes n'ont pas manqué de faire part de leur déception, face aux annonces du président Macron. Notamment parce que celui-ci n'a pas retenu l’une de leurs principales revendications, le référendum d’initiative citoyenne.

Conférence de presse d’Emmanuel Macron : les Gilets jaunes déçus par les annonces du président

Conférence de presse d’Emmanuel Macron : les Gilets jaunes déçus par les annonces du président

PHILIPPOT (LES PATRIOTES)

MOURAUD (LES ÉMERGENTS)


"Je salue le travail réalisé, c'est un fait : ils ont planché sur le sujet ! (...) Mais les grands oubliés de la Nation sont les travailleurs pauvres, les agriculteurs, les temps partiels, les précaires, tous les ubérisés de la société." 

FAURE (PS)

LE GENDRE (LaREM)


"Le Président était très attendu et il a réussi l'exercice en fixant un cap et en apportant des réponses concrètes aux problèmes exprimés par les Français lors du grand débat national : impôt sur le revenu, retraites, école, grande dépendance. Il décide d'aller plus loin et plus vite pour réussir les grandes transitions de notre société : écologie, numérique, vieillissement, temps de travail", a-t-il déclaré à l'AFP.

BAY (RN)

CPME


La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) a regretté jeudi qu'Emmanuel Macron n'ait pas entendu "le ras-le-bol fiscal des artisans" et des petites entreprises en annonçant la suppression de niches fiscales pour les sociétés afin de financer la baisse de l'impôt sur le revenu.  


"Peu de mesures concernent directement les entreprises sauf l'augmentation d'impôt dissimulée sous le terme ambigu de suppression des niches fiscales des entreprises", a réagi la CPME au terme de la conférence de presse du président de la République. "A croire que le ras-le-bol fiscal des artisans, TPE et PME n'a pas été entendu !", s'est-elle insurgée, s'interrogeant notamment sur le financement des mesures annoncées par Macron, dont une baisse de l'impôt sur le revenu d'environ 5 milliards d'euros. 

LUDOSKY (GILETS JAUNES)

BENALLA


Relancé sur son ex-chargé de mission, Emmanuel Macron n'a pas voulu admettre de regrets pour son embauche. Tout en admettant ses "fautes très graves" et en exonérant l'exécutif de la moindre responsabilité dans cette affaire.

VIDÉO - Macron ne "regrette pas" d'avoir embauché Benalla mais concède qu'"il a fait des choses très graves"

VIDÉO - Macron ne "regrette pas" d'avoir embauché Benalla mais concède qu'"il a fait des choses très graves"

HAMON (GÉNÉRATION.S)

TEMPS DE TRAVAIL


Interrogé sur sa méthode pour augmenter la présence des Français au travail, Emmanuel Macron a écarté plusieurs hypothèses rebattues par ses proches ces dernières semaines pour, finalement, appuyer la réforme des retraites qui doit arriver au Parlement cet été.

Jours fériés, 35 heures, départ à la retraite : Emmanuel Macron précise le "travailler plus"

Jours fériés, 35 heures, départ à la retraite : Emmanuel Macron précise le "travailler plus"

ENA


La sanction est tombée pour l'ENA, dont les rumeurs de fermeture couraient depuis plusieurs semaines. Lors de sa conférence de presse, Emmanuel Macron a confirmé vouloir supprimer l'École nationale d'administration, dont il a lui-même été élève.

Conférence de presse : Emmanuel Macron confirme vouloir supprimer l’ENA

Conférence de presse : Emmanuel Macron confirme vouloir supprimer l’ENA

LARROUTUROU (PS - PLACE PUBLIQUE - NOUVELLE DONNE)

REPLAY


Avant de conclure sa toute première conférence de presse, le président Macron a répondu à une question portant sur Alexandre Benalla.

FINANCEMENT


Combien pourraient coûter les mesures annoncées par le président Macron ? François Lenglet, éditorialiste économique, fait les comptes.

CHENU (RN)

LACAPELLE (RN)

KANNER (PS)

WOERTH (LR)

CIOTTI (LR)

MÉLENCHON (LFI)

DE HAAS (NOUS TOUTES)

RÉCAP'


Retraite, fiscalité, temps de travail... la longue liste des annonces d'Emmanuel Macron pour conclure le Grand débat national.

Grand débat national : quelles sont les nouvelles mesures annoncées par Emmanuel Macron ?

Grand débat national : quelles sont les nouvelles mesures annoncées par Emmanuel Macron ?

MACRON


Fin de la toute première conférence de presse d'Emmanuel Macron, avec un propos liminaire et un jeu de questions-réponses avec les plus de 300 journalistes accrédités aura duré près de 2h30. 

MACRON


Le président de la République annonce d'autres conférences de presse à venir. "Elles n'attendront pas deux ans", indique-t-il.

BENALLA


"C'est trop facile de regretter", avoue le président Macron, après avoir pris quelques secondes pour répondre. "Je pense que c'était extrêmement cohérent avec les valeurs que je porte. C'est sans doute pour ça que je lui en veux encore plus. Il a fait des fautes très graves. Il a le droit à la présomption d'innocence. (...) Il n'a pas donné une bonne image. Il n'a pas été protégé face à la justice et aux médias. Je ne regrette pas les choix faits à certains moments parce que je ne savais pas tout. C'est ma part de responsabilité. (...) On en a sans doute beaucoup fait sur cette affaire. Peut-être trop."

REPLAY 


La prime annuelle exonérée d'impôt et versée par les entreprises aux salariés sera reconduite. Elle avait été annoncée par Emmanuel Macron au plus fort de la crise des Gilets jaunes le 10 décembre dernier.

MACRON


"Il y a des phrases que je regrette ou qui ont été totalement sorties de leur contexte."

REPLAY


Le récap' des grandes mesures annoncées par Emmanuel Macron.

EUROPE


Interrogé sur le couple franco-allemand, le président de la République reconnaît des désaccords avec l'Allemagne. "Les divergence entre la zone euro ont beaucoup profité à l'Allemagne. C'est le contraire du projet social que je porte. C'est normal que les cycles politiques et économiques ne font pas toujours de nous des parfaits alliés", affirme-t-il, évoquant notamment le Brexit.

REPLAY


Le chef de l'État a appelé à un renforcement de la loi de 1905 sur la laïcité en demandant "au gouvernement d'être intraitable avec l'islamisme politique notamment avec la police de proximité."

REPLAY


Lors de son propos liminaire, le président Macron a annoncé la création d'un "conseil de défense écologique", porté à l'époque par l'ancien ministre Nicolas Hulot. "Il faut engager des transitions, et la première concerne le climat qui doit être au cœur du projet national et européen."

PRÉSIDENTIELLE 2022


"Ce serait le meilleur moyen d'échouer. Ce serait indécent d'en parler. Je me fiche de la prochaine élection", assure Emmanuel Macron sur une candidature à l'élection de 2022. "Je veux réussir ce mandat. (...) "Ce n'est pas aujourd'hui du tout mon sujet. Mais il y a cinq ans c'était pas du tout mon sujet non plus, si je veux vous rassurer."

CORBIÈRE (LFI)

GLUCKSMANN (PS - PLACE PUBLIQUE)

CHÔMAGE


"Je ne remets pas en cause l'objectif des 7%" de chômage pour 2022 qu'il avait lui-même fixé au début de son quinquennat. "Quand il s'agit de rebâtir une cathédrale (en référence à Notre-Dame de Paris, ndlr), on sait se fixer un objectif. Je pense qu'il faut le faire pour tout, c'est un élément de mobilisation collective".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Grand débat national : l'heure des annonces

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter