EN DIRECT - Régionales : dernier jour de campagne, dans la crainte d'une abstention massive

EN DIRECT - Régionales : dernier jour de campagne, dans la crainte d'une abstention massive

ÉLECTIONS 2021 - À trois jours du premier tour, la campagne des élections régionales entre dans sa dernière ligne droite. Suivez les dernières infos en direct.

Live

TOUT SAVOIR SUR LES RÉGIONALES 2021


Pour mieux comprendre les enjeux et connaître les candidats, voici notre état des lieux, région par région, dans la dernière ligne droite avant le premier tour : 


- Ile-de-France

- Bretagne

- Occitanie

- Grand Est

- Pays de la Loire

- Nouvelle Aquitaine

- Normandie

- Auvergne-Rhône-Alpes

- Centre-Val de Loire

- Bourgogne-Franche-Comté

- Hauts-de-France

- Provence-Alpes-Côte d'Azur

VILLANI SOUTIENT BAYOU

L'ancien député LaREM a définitivement coupé les ponts avec la Macronie. Candidat dissident malheureux aux municipales, il annonce aujourd'hui son soutien à la liste écologiste aux régionales, les dimanches 20 et 27 juin.

LE PEN MOBILISE EN IDF


"J'appelle à la mobilisation générale : ce dimanche, pas une voix ne doit manquer", a lancé sur Twitter Marine Le Pen, en déplacement en Seine-et-Marne pour soutenir Jordan Bardella, la tête de liste du RN en Ile-de-France.

JADOT OPTIMISTE POUR EELV


L'eurodéputé Yannick Jadot, possible candidat à la présidentielle, s'attend à "de belles surprises" pour les écologistes dimanche au premier tour des régionales. 


"On va avoir de belles surprises dimanche, car on est régulièrement sous-estimé par les sondages et parce que les électrices et les électeurs vont s'intéresser aux candidats qui s'intéressent à eux", a-t-il expliqué lors d'une visite de soutien Fabienne Grébert, la candidate écologiste en Auvergne-Rhône-Alpes.

DÉROULEMENT DU SCRUTIN


Un certain nombre de candidats, dans plusieurs régions, dénoncent des dysfonctionnements dans l'acheminement de la propagande électorale, cruciale pour le bon déroulement du scrutin dimanche. Qu'en est-il ? On fait le point. 

Régionales : la distribution de la propagande électorale est-elle entachée de "graves défaillances" ?

IDF : KEN LOACH SOUTIENT CLÉMENTINE AUTAIN


À deux jours du scrutin des élections régionales, la candidate LFI en Ile-de-France, Clémentine Autain, fait appel au monde du cinéma. Le cinéaste anglais Ken Loach et les acteurs français Jacques Weber et Jean-Pierre Darroussin apportent leur soutien à la tête de liste dans des messages publiés sur Twitter. 


"J'ai lu que Clémentine porte un programme de changement radical qui fait des droits et des besoins de la population sa priorité. En tant qu'ami et que socialiste, je lui apporte mon soutien", écrit ainsi Ken Loach.


Les actrices Ariane Ascaride et Romane Bohringer avaient déjà formulé leur soutien à la députée insoumise.

DOUBLE SCRUTIN, MODE D'EMPLOI


Entre régionales et départementales, pas facile de s'y retrouver. Pour vous rafraîchir la mémoire, voici un rappel des deux modes de scrutin qui vont coexister dimanche. À savoir : les élections départementales ne sont pas organisées partout. À Paris, à la fois ville et département, vous ne voterez que pour les élections régionales. 

Élections régionales et départementales 2021, (double) mode d'emploi

PROCURATIONS : C'EST MAINTENANT


Il est encore possible de faire une procuration si vous ne pouvez pas vous rendre au bureau de vote dimanche. Cela dit, n'attendez pas trop. On vous rappelle ici les démarches à suivre. 

Élections régionales et départementales des 20 et 27 juin : vous pouvez encore faire une procuration

SONDAGE


Selon un sondage Ifop-Fiducial pour Sud Radio, 74% des Français se disent "pas intéressés" par les élections régionales prévues dimanche 20 et 27 juin. Selon ce même sondage, l'abstention pourrait atteindre 60%, un niveau record.

VERS UNE ABSTENTION RECORD ?


Entre 59% et 64% des électeurs pourraient s'abstenir dimanche lors du premier tour des élections régionales, ce qui constituerait un record pour ce scrutin, selon un sondage Elabe pour BFMTV publié jeudi. 


Seuls 36% des Français inscrits sur les listes électorales se disent tout à fait certains d'aller voter (note 10 sur une échelle de 1 à 10 sur l'assurance d'aller voter) et 10% l'envisagent sérieusement (note 9), ce qui laisse entrevoir, affirme Elabe, un niveau de participation entre 36% et 41%.


L'intention d’aller voter augmente fortement avec l'âge : 20% à 23% des moins de 35 ans se déplaceraient dimanche, contre 49% à 57% des 65 ans et plus. 

MACRON SE DÉFEND D'ÊTRE EN CAMPAGNE 


Le président de la République poursuit son tour de France dans les Hauts-de-France ce jeudi, sur les terres de Xavier Bertrand, à trois jours du premier tour des élections régionales et départementales. "J'ai un mandat qui dure jusqu'en mai 2022 donc je suis au travail", a indiqué Emmanuel Macron, se défendant d'interférer dans les élections et de venir affaiblir l'ex-LR, alors que le parti de la majorité est en difficulté.


"J'ai demandé une consultation, ce sont les forces politiques qui ont choisi cette date pour les régionales. Je l'ai dit dès le début : si les régionales et les départementales sont maintenues, ça ne doit pas empêcher le gouvernement et le président de continuer à travailler. (...) Ensuite les régionales elles sont partout en France, et donc j'étais la semaine dernière, la semaine d'avant dans d'autres départements, je continuerai. Je ne touche rien des sujets qui sont régionaux. Donc je n'interfère pas dans cette campagne, je continue simplement le travail pour la nation et nos compatriotes."

IDF : PÉCRESSE SE DEFEND

Accusée par ses opposants d'avoir, par le passé, organisé des meetings avec des salles remplies de "faux militants", Valérie Pécresse a dénoncé une fausse information, jeudi sur Europe 1.


"C'est complètement faux, totale fake news", a assuré la présidente sortante. "Ça montre la fébrilité de mes adversaires. Je les invite à venir à mes meetings qui sont pleins, comme hier à Provins, où nous avions une salle comble, bien plus comble que le RN au même endroit."

REVIVEZ NOTRE DÉBAT EN PACA

REVIVEZ - "La Grande confrontation" : le débat des régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur

LA REQUÊTE CONTRE THIERRY MARIANI JUGÉE "IRRECEVABLE"


Le tribunal judiciaire d'Avignon a jugé, mercredi, "irrecevable" la requête d'élus LR qui contestaient la régularité de la candidature de Thierry Mariani (RN), en tête des sondages pour les élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur.


À l'audience, l'avocat du candidat Rassemblement national, Maître Frédéric-Pierre Vos, avait plaidé l'irrecevabilité en raison de la contestation tardive des requérants qui auraient dépassé le délai légal de sept jours après publication des listes électorales.


À l'appui de cette affirmation, ce dernier avait présenté à l'audience une attestation de la mairie d'Avignon indiquant que la publication des listes avaient eu lieu le 31 mai alors que la requête avait été enregistrée le 8 juin, avec 24 heures de retard.


Celui-ci a dénoncé sur Twitter : "M. Muselier et son clan pourrissent la campagne électorale autour de rumeurs sur ma domiciliation, cherchant par tous les moyens à m’empêcher d’être candidat".

LE CANDIDAT RN EN PACA AFFIRME QUE LE RECOURS JUDICIAIRE DE MUSELIER A ÉTÉ JUGÉ IRRECEVABLE


"Depuis 1 mois, M. Muselier et son clan pourrissent la campagne électorale autour de rumeurs sur ma domiciliation, cherchant par tous les moyens à m’empêcher d’être candidat. Aujourd’hui, le Tribunal d’Avignon a bien évidemment jugé leur requête irrecevable", assure Thierry Mariani sur Twitter ce mercredi après-midi.


Le tribunal judiciaire d’Avignon examine la requête d’élus Les Républicains qui contestent la régularité de la candidature de Thierry Mariani pour le RN. Ceux-ci estiment qu'il ne possède pas un "domicile réel" à Avignon, comme il l'affirme, en contradiction avec les exigences du code électoral.

OCCITANIE : EDOUARD PHILIPPE EN RENFORT

L'ancien Premier ministre et maire du Havre apporte son soutien à Vincent Terrail-Novès, le candidat soutenu par la majorité présidentielle en Occitanie, lui aussi issu de la droite. "Il a choisi et rassemblée des femmes et des hommes qui font peu de cas de leur appartenance partisane", fait valoir Edouard Philippe, selon un communiqué du candidat en Occitanie.

RECOURS JUDICIAIRE SUR L'ÉLIGIBILITÉ DU CANDIDAT RN EN PACA


Le tribunal judiciaire d’Avignon a examiné, mercredi, la requête d’élus Les Républicains qui contestent la régularité de la candidature pour le Rassemblement national de Thierry Mariani, en tête des sondages pour les élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur.


Cinq électeurs d'Avignon, membres des Républicains, ont saisi la justice pour obtenir la radiation de l'ex-ministre de Nicolas Sarkozy des listes électorales. Ceux-ci estiment qu'il ne possède pas un "domicile réel" à Avignon, comme il l'affirme, en contradiction avec les exigences du code électoral.


Pour le président sortant de la région PACA le candidat RN est un "usurpateur, un imposteur", qui aurait abandonné depuis longtemps sa région d’origine pour la ville de Paris. Le candidat RN conteste disposer d’un domicile fictif à Avignon et a dénoncé des affirmations "farfelues et de mauvaise foi".

BAYROU NE VEUT PAS FAIRE DU "FRONT NATIONAL LA QUESTION OBSÉDANTE DE LA POLITIQUE FRANÇAISE"


À quelques jours du premier tour des élections régionales, le leader du MoDem François Bayrou a regretté que la menace du Rassemblement national (RN) fasse autant parler d'elle. 


Invité sur LCI, le président du MoDem estime que trop évoquer ce parti lui donne "un coup de pouce formidable".

Régionales : l'"obsession" autour du RN lui "donne un coup de pouce formidable", selon François Bayrou

GRAND DÉBAT


Après les Hauts-de-France et l'Île-de-France, place au 3e et dernier débat d'avant premier tour organisé sur LCI (canal 26), ce mercredi à 20h45. 


Une confrontation sous haute tension, alors que le Rassemblement national semble en mesure de remporter la région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur selon les derniers sondages.

REVIVEZ - "La Grande confrontation" : le débat des régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur

VOTE EN PRISON


Les opérations de vote en prison pour les élections régionales et départementales, par correspondance et sous pli fermé, ont débuté mardi après-midi dans certains des 188 établissements pénitentiaires français.


Le vote doit se poursuivre dans les autres prisons de l'hexagone et d'Outre-mer jusqu'à samedi, veille du premier tour du scrutin.  Au 15 juin, selon un bilan non définitif de la Direction de l'administration pénitentiaire (DAP), 5231 détenus étaient inscrits sur les listes électorales, soit 10,8% des prisonniers français majeurs et non déchus de leurs droits civiques par décision de justice.

CASTEX EN CAMPAGNE


À l'isolement depuis une semaine, après avoir été cas contact de son épouse, le Premier ministre a été autorisé à reprendre aujourd'hui ses activités, a annoncé Matignon à l'AFP.


Jean Castex se rendra ce mercredi à Cheverny (Loir-et-Cher) pour soutenir le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau, candidat de la majorité aux régionales en région Centre-Val de Loire. Le Premier ministre va multiplier les déplacements en cette fin de semaine à l'approche du premier tour de dimanche. 


Il se rendra jeudi matin à Epernay (Marne), aux côtés de la ministre Brigitte Klinkert tête de liste dans le Grand Est, puis dans l'après-midi au Creusot (Saône-et-Loire), en appui au maire de Nevers Denis Thuriot chef de file en Bourgogne-Franche-Comté, avant de monter le soir sur l'estrade du meeting de Bruno Bonnell à Lyon, candidat en Auvergne-Rhône-Alpes. Vendredi après-midi il doit également être à Bordeaux auprès de la ministre Geneviève Darrieussecq, tête de liste en Nouvelle-Aquitaine.

PACA : SONDAGE EXCLUSIF


Le candidat RN Thierry Mariani accentue son avance sur Renaud Muselier, selon notre nouveau sondage Ifop Fiducial /LCI-Le Figaro. Il est en mesure de l'emporter, y compris en cas de duel au second tour. 

SONDAGE EXCLUSIF - Régionales en Paca : Mariani (RN) accroît son avance sur Muselier (LR)

TOUT SAVOIR SUR LES RÉGIONALES 2021


Pour mieux comprendre les enjeux et connaître les candidats, voici notre état des lieux, région par région, dans la dernière ligne droite avant le premier tour : 


- Ile-de-France

- Bretagne

- Occitanie

- Grand Est

- Pays de la Loire

- Nouvelle Aquitaine

- Normandie

- Auvergne-Rhône-Alpes

- Centre-Val de Loire

- Bourgogne-Franche-Comté

- Hauts-de-France

- Provence-Alpes-Côte d'Azur

PACA : UNE FORCE D'APPOINT POUR MUSELIER ?


Pour faire barrage au RN en Paca, Cap écologie, le parti de Jean-Marc Governatori et Corinne Lepage, s'est dit prêt mardi à un accord avec le président sortant LR Renaud Muselier, à condition qu'il verdisse son programme. Si la liste menée par Jean-Marc Governatori dépasse les 5% au premier tour dimanche, elle sera en mesure de fusionner avec une autre liste. Dans les derniers sondages, elle est créditée de 4 à 6% des intentions de vote.


"Nous ne nous résignons pas", a déclaré de son côté la tête de liste écologiste Jean-Laurent Felizia, qui pourrait se trouver en position d'arbitre au soir du premier tour. Le candidat de gauche assure que sa liste sera "la surprise du 1er tour". 

"JAMAIS NOUS NE LAISSERONS LE RN ÊTRE DANS LA POSSIBILITÉ DE L'EMPORTER", AFFIRME ROUSSEL


Invité de l'interview politique sur LCI ce mardi matin, Fabien Roussel, député du Nord, secrétaire national du Parti communiste français (PCF) et candidat à l’élection présidentielle de 2022, s'est exprimé sur le second tour des élections régionales. Et notamment sur la position du PCF, si le RN venait à passer. 

"Nous analyserons la situation de manière très précise, région par région. Dès que le premier tour sera connu, jamais nous ne laisserons l'extrême droite dans la possibilité de l’emporter", a-t-il affirmé. 

Si le PCF était 2e ou 3e, "nous verrons bien", a-t-il cependant ajouté. 

"La responsabilité va aussi beaucoup porter sur listes de LaREM, la question se posera pour eux. Il faudra que les listes de gauche se rassemblent où elle sont divisées pour l’emporter", a-t-il conclu. 

"FRONT RÉPUBLICAIN CONTRE L'EXTRÊME GAUCHE" 

Dans les Pays de la Loire, le maire LR de La Baule, Franck Louvrier, appelle à "un front républicain contre l'extrême gauche". La droite pose ainsi l'équation, alors que la liste de l'écologiste Matthieu Orphelin, soutenue par LFI, arrive désormais en tête des sondages. 

GRAND EST : CASTEX EN SOUTIEN

Le Premier ministre Jean Castex se rend jeudi matin à Epernay (Marne) pour soutenir Brigitte Klinkert, ministre déléguée à l'Insertion et tête de liste LaREM dans le Grand Est. Une visite qui s'inscrit dans une série de déplacements du chef du gouvernement dans la dernière ligne droite avant le premier tour, ce dimanche.

UNE ABSTENTION VOULUE ?

Alors que le scrutin risque d'être placé sous le signe d'une abstention record, le patron du PCF, Fabien Roussel, a estimé que cela "révèle une crise démocratique", mardi matin sur LCI. Avant de suggérer que cette abstention pouvait profiter à certains. "Je regrette que quelque part, tout soit fait pour faire en sorte que cette abstention existe. Le poids des sondages pèse sur le choix des électeurs."

PACA : POUR MARIANI, MUSELIER EST "PRIS DE PANIQUE"

Le tribunal judiciaire d'Avignon doit examiner mercredi la requête relative à la domiciliation du candidat RN Thierry Mariani, accusé par ses opposants de ne pas habiter dans la région. L'intéressé s'est dit "très confiant" ce matin sur Europe 1, avant de s'en prendre à son opposant, le président LR sortant de la région Paca. "En réalité, Renaud Muselier est un peu pris de panique", a-t-il assuré. 

À noter : LCI organise mercredi, à 20h45, son 3e débat des élections régionales, cette fois en Paca. 

REVIVEZ LE DÉBAT EN IDF

Le grand débat entre les candidats franciliens s'est tenu hier soir. Voici ce que l'on peut en retenir.

REVIVEZ - "La Grande confrontation" : le débat des régionales en Île-de-France sur LCI

BARRAGE AUX EXTRÊMES


Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), le Consistoire central et le Fonds social juif unifié appellent "à voter massivement" lors des élections régionales et départementales et "à faire barrage aux partis extrémistes" que sont selon eux le RN et LFI.


Elles "s'inquiètent particulièrement du risque de voir le Rassemblement national remporter une ou plusieurs régions et appellent à la mobilisation la plus large possible pour éviter de voir une ou plusieurs régions présidées par un parti dont les valeurs abîment le pacte républicain". "Les institutions juives appellent également à ne pas apporter de voix à La France insoumise dont les complaisances coupables affaiblissent également la République", ajoutent-elles dans le communiqué.

LES MANIFS CONTRE L'EXTRÊME DROITE "RIDICULES", SELON CHENU


Les manifestations organisées samedi contre l'extrême droite sont "ridicules", en raison du "peu de participants" qui ont défilé, a jugé Sébastien Chenu, porte-parole du RN et candidat dans les Hauts-de-France, lundi sur Public Sénat. 


"Ces manifestations étaient ridicules, il y a eu très peu de participants, car les gens qui les animent sont obsédés par le Rassemblement national alors qu'on préférerait qu'ils soient obsédés par la sécurité, la lutte contre l'immigration, les grandes problématiques de notre pays", a estimé la tête de liste, pour qui les organisateurs "agitent simplement des fantasmes". 

IDF : HIDALGO AU MEETING DE PULVAR


La maire de Paris Anne Hidalgo sera présente lors du grand meeting de campagne de la candidate socialiste Audrey Pulvar, mercredi au gymnase Japy, à Paris, indique son équipe de campagne.


La tête de liste francilienne sera également épaulée par le maire de Montpellier, Michaël Delafosse, le patron du PS Olivier Faure, l'ex-ministre Emmanuelle Cosse et l'eurodéputé Raphaël Glucksmann (Place publique). 

PAYS DE LA LOIRE : LES ÉCOLOS JOUENT AU FOOT


Plusieurs figures écologistes, Yannick Jadot, Delphine Batho, Paula Forteza, Julien Bayou et Charles Fournier, se rendent mardi dans les Pays de la Loire pour soutenir leur candidat, Matthieu Orphelin. A l'occasion de l'entrée en lice des Bleus dans l'Euro de foot, ils organiseront à 14 heures leur propre match à Angers, avec au programme : "sélection de l'équipe de France versus équipe des Pays-de-la-Loire". 

AURA : UNE CANDIDATE RN SUSPENDUE POUR UN TWEET ANTISÉMITE


Juliette Planche, une candidate du Rassemblement national de la Loire aux élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes va être suspendue de participation à la campagne pour avoir relayé des propos antisémites sur son compte Twitter. 


"Le 10 juin, le lendemain du jour où j’ai été averti, j’ai immédiatement saisi la commission de discipline du Rassemblement national en évoquant des propos relayés par Juliette Planche qui pour moi n’étaient pas acceptables", a déclaré dimanche Andréa Kotarac, candidat RN à la présidence de la région Auvergne-Rhône-Alpes, confirmant une information de Mediapart.


La candidate a relayé "des propos antisémites et complotistes du compte du militant d’ultradroite Yvan Benedetti, récemment condamné pour provocation publique à la haine envers les juifs, en récidive", a-t-il précisé. Elle "ne peut pas être retirée des listes qui sont déposées, mais elle sera suspendue pour le reste de la campagne". 

BRETAGNE : LE DRIAN DEMANDE À SES POULAINS DE FUSIONNER


Jean-Yves Le Drian a exhorté dimanche ses deux héritiers, Loïg Chesnais-Girard, président (PS) de région et candidat à sa réélection, et Thierry Burlot, ex-PS et candidat sans étiquette investi par LaREM, à se rassembler au soir du premier tour des régionales en Bretagne face au "danger réel" que représente le Rassemblement national (RN).


"Le RN était quasiment à 19% quand j’ai été élu président en 2015. Là, il peut être devant au premier tour. MAIS il peut le rester aussi au second si la division se poursuit. Et ce serait dramatique pour la Bretagne", déclare l'ancien président de région et actuel ministre des Affaires étrangères dans une interview au quotidien Ouest-France.


Le ministre a toutefois précisé qu'il était personnellement hostile à une alliance régionale avec EELV, chantre "d'une écologie idéologique de stigmatisation, de culpabilisation et d'accusation".

XAVIER BERTRAND : "S'EN PRENDRE À MILA, C'EST S'EN PRENDRE À LA RÉPUBLIQUE" 


Au micro d'Elizabeth Martichoux, Xavier Bertrand - président des Hauts-de-France, s'est exprimé sur l'actualité. "Ce qu'elle a dit, elle avait le droit de le dire (...) On est trop timide contre ce cyberharcèlement, avant d'ajouter, "ceux qui s'en prennent à elle s'en prenne a tout le monde".


Enfin sur la dérogation du couvre-feu à 23 h, il a pointé du doigt la stratégie du gouvernement , "deux poids, deux mesures". 

XAVIER BERTRAND : "IL Y A UN VENT MAUVAIS QUI SOUFFLE SUR NOTRE PAYS"


Ce matin dans LCI, Xavier Bertrand a évoqué son programme de campagne - en insistant sur le volet de la sécurité. Le candidat aux régionales assure que la région prévoit de financer a 50% les systèmes de vidéos surveillance dans les communes. Par ailleurs, il affirme que la "sécurité est le prix de la liberté" ajoutant qu'il ne veut pas que "la délinquance se déplace dans les communes rurales". 


Concernant Gerald Darmanin, ministre de l'Intérieur et ancien maire de Tourcoing, le président des Hauts-de-France a affirmé qu'ils étaient toujours "amis". 

XAVIER BERTRAND : "DEPUIS 1998, JE SUIS L'ADVERSAIRE NUMÉRO 1 DU FRONT NATIONAL" 


Le président des Hauts-de-France s'est exprimé au micro d'Elizabeth Martichoux sur l'extrême-droite qui présente comme candidat dans sa région Sébastien Chenu. Il prend d'ailleurs soin de dire "Front national" et non "Rassemblement national", estimant que "rien n'a changé" dans le parti dirigé par Marine Le Pen. Selon lui, "le Front national est le thermomètre des malheurs des Français." Xavier Bertrand a d'ailleurs déclaré que la fille de Jean-Marie Le Pen ne s'était pas présentée à la Région des Hauts-de-France par "manque de courage". 

XAVIER BERTRAND : "JE VEUX REDRESSER LES HAUTS-DE-FRANCE ET MON PAYS, C'EST LA MÊME LOGIQUE"


Le président des Hauts-de-France et candidat à la présidentielle de 2022 s'est exprimé ce matin sur LCI. Alors qu'il se présente aussi au scrutin régional, il a déclaré qu'il voulait "redresser le pays et redresser la région des Hauts-de-France". En évoquant les élections présidentielle et régionales , Xavier Bertrand a déclaré "c'est la même campagne et la même logique. C'est la même élection". 


Par ailleurs, Xavier Bertrand ajoute qu'"un homme seul qui marche seul ne va nulle part." Cependant, à la question "pourquoi ne pas s'allier avec La République en Marche", le candidat a répondu "pas de magouille et pas de tambouille dans l'élection régionale."

SONDAGE EXCLUSIF


La présidente sortante de l'exécutif francilien arriverait en tête au deux tours des élections régionales et départementales. Ni le RN, son principal challenger au premier tour, ni la gauche, qui pâtit de ses divisions, n'est capable de l'inquiéter.

SONDAGE EXCLUSIF - Régionales en Île-de-France : Pécresse donnée gagnante, le RN profite des divisions à gauche

REPORTAGE

Régionales en Ile-de-France : au meeting de Laurent Saint-Martin, l'ombre écrasante d'Emmanuel Macron

MEETING LAREM EN ÎLE-DE-FRANCE


Jean-Michel Blanquer, Élisabeth Borne, Gabriel Attal... et bien d'autres : c'est en nombre que le gouvernement s'affiche ce samedi après-midi au meeting de Laurent Saint-Martin, tête de liste LaREM pour les élections régionales en Île-de-France, au Parc Floral de Paris.

HAUTS-DE-FRANCE : TENSIONS ENTRE LAREM, LFI ET LE RN


En campagne pour LaREM dans les Hauts-de-France, le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti et la ministre déléguée à l'Industrie Agnès Pannier Runacher ont eu ce samedi matin un échange quelque peu tendu avec le député LFI François Ruffin sur le marché de Péronne (Somme), comme en témoigne une vidéo relayée par nos confrères de France Bleu Picardie. "Arrêtez de faire le kéké", a notamment lancé l'Insoumis au garde des Sceaux. "Vous êtes là pour faire le show", lui a répondu Agnès Pannier-Runacher. 


Peu après, toujours à Péronne, Éric Dupond-Moretti s'est cette fois retrouvé face au candidat RN Damien Rieu, ex-membre de Génération Identitaire, attablé à un café. Une rencontre fortuite qui a là-encore suscité une altercation verbale.

ENFARINÉ, RUGY DÉNONCE UNE "BANALISATION" DE LA VIOLENCE


Enfariné vendredi soir dans le centre de Nantes, François de Rugy, tête de liste LaREM aux régionales en Pays de la Loire, a dénoncé samedi une "banalisation" de la violence en politique. 


Le député de Loire-Atlantique était avec des colistiers et des militants place du Bouffay, dans le centre de Nantes, lors d'une action de campagne, lorsqu'une jeune femme lui a jeté de la farine au visage avant de prendre la fuite. Elle a été interpellée quelques instants après par deux policiers en civil de la brigade de sécurité des transports en commun.  


La vidéo de la scène a été postée dans la soirée sur les réseaux sociaux par le collectif militant "Nantes Révoltée", accompagnée d'un petit texte : "Après le homard et le champagne, après le logement social d'Orvault aux frais du contribuable, après ses retournements de veste, ses mensonges et son opportunisme, une personne a rappelé à François de Rugy qu'il n'est pas le bienvenu à Nantes."

"MARIANI EST UN USURPATEUR", TANCE MUSELIER


"Mariani est un usurpateur, un imposteur" : à huit jours du premier tour des élections régionales, le président sortant LR de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier, durcit le ton face à son adversaire RN, Thierry Mariani, donné en tête par plusieurs sondages. "Mariani est un usurpateur, un imposteur. Il a abandonné Valréas (commune du Vaucluse, dont il fut maire de 1989 à 2005, ndlr ): il ne supportait plus les ploucs !", dénonce le candidat LR dans un entretien au quotidien Nice-Matin paru samedi, parlant à propos de son ancien ami d'une "immense déception".

13 MINISTRES POUR UN MEETING


Le meeting de campagne de Laurent Saint-Martin, tête de liste LaREM en Ile-de-France, est organisé samedi au Parc floral de Paris. Pour l'occasion, pas moins de 13 ministres seront présents pour soutenir le candidat, soit... Plus du quart du gouvernement. Parmi eux, Jean-Michel Blanquer, Marlène Schiappa et Amélie de Montchalin. 

LE RN "MARQUE SATANIQUE", EXPLICATIONS


Les propos de Gérald Darmanin au sujet du RN, dont une victoire constituerait une "marque satanique" pour une région (ci-dessous dans notre live), ont fait beaucoup réagir. 


"Il a voulu taper fort, c'est une manière de dire : attention, ce ne serait pas une victoire anodine", explique l'entourage du ministre de l'Intérieur à LCI. Il s'agit "d'éviter la banalisation d'une victoire du RN aux régionales", qui constituerait "un marchepied pour Marine Le Pen". "Il ne faut pas se contenter de diaboliser, il faut aller sur le terrain des idées", assure toutefois la même source. 

HAUTS-DE-FRANCE : LA CANDIDATURE PANNIER-RUNACHER VALIDÉE


Le tribunal de proximité de Lens (Pas-de-Calais) a rejeté vendredi les deux recours formés par des adversaires politiques de la ministre de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher, candidate LREM aux régionales dans les Hauts-de-France, qui sollicitaient sa radiation des listes électorales de la ville.


Le tribunal a jugé irrecevable le recours de Louis Macaigne, présenté comme "sympathisant de Xavier Bertrand" par l'entourage de la ministre mais qui se défend d'être "piloté" par qui que ce soit. Le tribunal a également rejeté au fond la requête de l'ex-candidat (RN) aux municipales de 2020 à Lens, Bruno Clavet.

DARMANIN : UNE VICTOIRE DU RN SERAIT "UNE MARQUE SATANIQUE"


La drôle de formule utilisée jeudi par Gérald Darmanin pour qualifier une possible victoire du RN aux régionales a fait beaucoup réagir. Lors d'un déplacement à Dijon pour soutenir le candidat LaREM Denis Thuriot, le ministre de l'Intérieur a plaidé, rapporte Le Bien Public, pour que "le RN ne gagne jamais une région". Avant d'ajouter : "On voit bien la marque satanique que représenterait une victoire du RN". 


"Si un territoire est dirigé par un parti extrémiste, pensez-vous que les investisseurs étrangers viendront davantage ? Non. Ils iront dans un endroit plus acceptable", a explicité Gérald Darmanin.


"Depuis le début de cette campagne, des ministres ont appelé à 'chasser' le RN, à 'abattre l'ennemie' qu'est Marine Le Pen, et aujourd'hui nous sommes accusés de 'satanisme', a réagi Marine Le Pen. "Il faut que la République en Marche garde son calme et arrête d'insulter l'opposition."

AURA : TAUBIRA SOUTIENT VALLAUD-BELKACEM


Dans une vidéo, Christiane Taubira apporte son soutien à la liste socialiste conduite par Najat Vallaud-Belkacem en Auvergne-Rhône-Alpes, dans un message à dimension nationale. "Nous avons besoin plus que jamais de ces idéaux d'égalité et d'émancipation", lance l'ancienne candidate à la présidentielle dans cette séquence. 

Infos précédentes

La nouvelle a fait l'effet d'une bombe ce dimanche matin. Officialisé par Jean Castex, le ralliement de la liste LaREM en Paca à celle du président sortant Renaud Muselier (LR) a suscité un tollé chez Les Républicains, les uns dénonçant "un coup de poignard dans le dos", d'autres une "compromission avec le macronisme". Le patron du parti, Christian Jacob, n'a d'ailleurs pas tardé à retirer l'investiture LR à Renaud Muselier.

Côté LaREM, on met en avant  "le risque RN très élevé" en Paca et on se félicite d'un "dépassement politique" qui serait dans l'ADN du mouvement présidentiel. Le Premier ministre n'exclut d'ailleurs pas des accords dans d'autres régions, comme dans le Grand Est avec la liste LR de Jean Rottner, ou encore en Bourgogne-Franche-Comté avec la majorité sortante… de gauche, cette fois. 

Mais c'est à droite que les conséquences pourraient être les plus explosives. Il y a un "but caché de simplement nous détruire", estime le député LR de Moselle Fabien Di Filippo. Tandis que Damien Abad s'inquiète des conséquences d'un brouillage des lignes pour 2022 : "Si aux régionales on crée la confusion, la collusion, ça hypothèque une partie de nos chances à la présidentielle".

Toute l'info sur

Les élections régionales et départementales 2021

Lire aussi

Dernières tendances, programmes, prises de parole... Suivez toute l'actualité des élections régionales et départementales dans le fil ci-dessus.

La politique vous intéresse ? Découvrez la version podcast de l'Interview Politique d'Elizabeth Martichoux

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée :

Sur APPLE PODCACST

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY 

Chaque matin Elizabeth Martichoux reçoit des invités politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Affaire Jubillar : l'avocat de Cédric Jubillar met en garde contre "une erreur judiciaire"

VIDÉO - "Ça va la claque que tu t'es prise ?" : Emmanuel Macron interpellé par un écolier

La machine à laver, le véhicule mal garé, le podomètre : ces éléments qui ont fait basculer l'affaire Jubillar

Disparition de Delphine Jubillar : ce nouvel élément révélé par l’amant de l'infirmière

"Je ne mange pas le soir" : elles vivent avec moins de 1000 euros de retraite par mois

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.