EN DIRECT - Macron sur France 2 : "Je fais ce que j'ai dit"

EN DIRECT - Macron sur France 2 : "Je fais ce que j'ai dit"

PAROLE DE PRÉSIDENT - Emmanuel Macron était l'invité de France 2 ce dimanche soir. Retrouvez ses déclarations lors de cette émission qui avait été enregistrée en fin de semaine.

Syrie, plan climat et relations avec Donald Trump, énergies renouvelables et nucléaire, avenir de Nicolas Hulot au gouvernement, l’exercice du pouvoir, ses premières mesures et leurs effets… : Emmanuel Macron a abordé plusieurs thèmes pendant environ 45 minutes sur France 2 ce dimanche soir. 

Live

REACTIONS

Sujet brûlant sur la crise à France Télévisions, pour terminer : "Je souhaite que les parlementaires participent à une réflexion qu'on va annoncer. Les plus jeunes regardent de moins en moins la télévision de manière linéaire, en restant devant une chaîne. Les usages changent. Notre audiovisuel public reste structuré aujourd'hui un peu sur le monde d'avant."(...) "Il y a beaucoup d'argent sur l'audiovisuel public, c'est de très loin le plus gros budget de la culture."

Qui son les adversaires politiques de Macron ? "Tous ceux qui pensent que la France doit se replier sur elle-même." (...)

Sur les critiques de l'aspect Jupitérien du président : "Je commente peu, je lis tout. (...) Il faut accepter la part d'impopularité des réformes. Quand on est impopulaire, il faut le mériter."

"Ce qu'on est en train de faire, c'est un peu du judo, c'est de mettre la finance au chevet du climat." "Je veux qu'on fasse de la France le leader de la révolution numérique, environnementale et de la finance."

Détour par une question politicienne : le cas Nicolas Hulot : "Nicolas Hulot a son tempérament, c'est un engagé. Il est utile au pays." (...) "Il a déjà proposé des projets pour l'éolien, je veux qu'on aille plus vite".

Après l'international, place au climat : "Des gens m'ont convaincu, j'ai changé d'avis sur beaucoup de sujets" explique le président. "On a encore des centrales à charbon, on va les fermer durant ce quinquennat" (...) "Nous sommes en retard sur le renouvelable. Je veux qu'on le développe beaucoup plus vite."

A propos de sa propre élection, Macron exprime : "La France a stupéfait l'Europe et le monde."

Au tour de Donald Trump et de son retour en arrière sur la lutte contre le changement climatique : "Quand on signe un accord, on doit le respecter. (...) On ne peut pas prétendre garantir l'ordre international et en sortir dès que ça nous arrange. C'est une erreur. Ce n'est pas une bonne décision pour son pays, ni pour la planète."


Sur ce point, cet article devrait vous éclairer sur la relation Macron/Trump au sujet du climat.

"D'ici mi/fin-février, nous aurons gagné la guerre en Syrie" explique Emmanuel Macron sur la question liée à Bachar al-Assad. "Il devra répondre de ses crimes" ajoute-t-il.


Macron et la Syrie : vous pouvez relire cet article où l'actuel président fustige l'inaction du précédent quinquennat.

Point politique internationale, avant de parler de la Syrie : "Je suis allé deux fois au Mali, je retournerai au Niger, j'y suis présent. (...) C'est un agenda de construction de la paix ou de lutte contre le terrorisme. Tout se tient : quand le président agit sur la scène internationale pour l'Europe, je le fais toujours pour la France et ses valeurs. Notre intérêt c'est la sécurité, la défense de la paix."

L'interview débute dans le bureau du Président. Quelques considérations sur la fonction présidentielle pour commencer : Emmanuel Macron explique : "Il faut faire ce qu'on a dit, il faut le faire le plus vite possible. (...) Je suis obsédé par une chose : utiliser de la manière la plus intense chaque moment. Sur le plan international : il faut saisir chaque opportunité."

BONSOIR A TOUS


Emmanuel Macron donne une interview (enregistrée cette semaine) ce soir sur France 2. Vous pourrez suivre ses déclarations sur notre site à partir de 20h10.

En vidéo

Les chasseurs honorés de la visite de Macron à Chambord

Au cours de cette interview, pas d'annonce majeure. Mais plusieurs punchlines, délivrées par le président sur chaque sujet fort. On retiendra notamment : "Quand on est impopulaire, il faut le mériter" à propos de l'aspect Jupitérien de ses premiers mois à l'Elysée. Ou encore : "Mettre la finance au chevet du climat", au sujet de l'inaction de Trump en matière de climat. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet