Laïcité, lutte contre le terrorisme... : ce qu'il faut retenir du discours de François Hollande

DirectLCI
POLITIQUE - Au plus bas dans les sondages, affaibli par les candidatures de Macron, Montebourg ou Hamon, François Hollande a prononcé ce jeudi un discours sur "la démocratie face au terrorisme", salle Wagram à Paris. Une allocution aux allures de discours de campagne. Le chef de l'Etat a présenté sa vision de la France et les enjeux qui l'attendent pour le futur.

12h50. A la fin de l'allocution du président de la République, le Premier ministre Manuel Valls a salué un président "incarnation du suffrage universel, qui dessine la France avec un souffle nouveau".


A droite, on estime que François Hollande est entré en campagne. Le député Eric Ciotti juge "indigne" d'avoir utilisé "un sujet aussi grave que la lutte contre le terrorisme islamiste pour relancer sa candidature". 


VIDEO. François Hollande sur le burkini : "Il n'y aura pas de législation de circonstance"

En vidéo

François Hollande sur le burkini : "Il n'y aura pas de législation de circonstance"

12h45. François Hollande termine son discours en évoquant l'élection présidentielle à venir.  "Voilà pourquoi la décision que prendront les Français est si grave, si lourde de conséquences."


12h40. "Je ne laissera pas voir la France réduite, son éducation réduite, sa culture emputée." "Je ne laissera pas l'Europe se disloquer, se dissoudre, ses frontières réduites par l'extrémisme. D'une certaine façon, la fin de l'Europe ce serait la fin d'une certaine démocratie" déclare François Hollande à la tribune.


12h35. François Hollande parle de l'avenir de la France et des enjeux qui attendent le pays : "la protection des Français, la cohésion nationale, le modèle social, la conception de la démocratie, la place de la France en Europe et dans monde". "La France doit se défendre. Nous devons avoir confiance en nous-même, en nos valeurs. C'est ce qui nous permettra de vaincre contre le terrorisme." "Le danger serait que face à l’épreuve, la France doute d’elle-même, s’arrête." 

Lire aussi

12h30. Alors qu'il n'a pas annoncé sa candidature, François Hollande s'adresse aux "candidats à l'exercice du pouvoir qui voudraient remettre en cause la fonction présidentielle". Tout au long de son discours, le président aura taclé Nicolas Sarkozy. Il le fait également sur le cumul des mandats, que lui veut conserver alors que "d'autres veulent revenir dessus". Hollande fait même des propositions à ce sujet, et annonce qu'il est également pour le "cumul des mandats dans le temps". 


VIDEO. François Hollande annonce vouloir réduire le cumul des mandats dans le temps

En vidéo

François Hollande annonce vouloir réduire le cumul des mandats dans le temps

12h25. Le chef de l'Etat met l'accent sur l'école, "la réponse à la démocratie face à l'ignorance, à la désinformation, au complotisme".


12h20. François Hollande dresse un bilan de l'action de son gouvernement, en rappelant que "de nouveaux droits ont été créés. Je pense au compte personnel d'activité, à la garantie jeune, à la prime d'activité". "Notre système de retraite a été sauvegardé et prend désormais en compte la pénibilité du travail". En revanche, le président n'a pas abordé la question du chômage.


12h14. François Hollande détaille les trois décisions prises pour réussir "la construction d'un islam de France". La première est la création d'une Fondation pour l'islam de France pour contribuer à la bonne insertion de la religion dans la société française. La deuxième est de créer une association nationale afin de trouver les financements pour la construction des mosquées et la formation des imams. Enfin, "la République ne peut se satisfaire d'une situation où la majorité des imams est formée à l'étranger et parfois ne parle pas notre langue".



VIDEO. Discours de François Hollande : "Les musulmans payent également leur tribut à la terreur"

En vidéo

Discours de François Hollande : "Les musulmans payent également leur tribut à la terreur"

VIDEO. Attentats déjoués, filières démantelées... Hollande défend son bilan face au terrorisme

En vidéo

Attentats déjoués, filières démantelées... Hollande défend son bilan face au terrorisme

12h10. François Hollande s'exprime sur la laïcité. "La laïcité n’est pas une mystique ou une religion d’Etat contre les religons. La laicité c'est l'ensemble des règles de droit qui organisent la vie dans la République. (...) L'Etat donne le droit à chacun de croire ou ne pas croire, de pratiquer son culte." "Rien dans la laïcité ne s’oppose à la pratique de l’islam, pourvu qu'elle se conforme à la loi".


12h06. François Hollande estime que "nous vaincrons à une seule condition : notre cohésion". Il voit la tentation nationaliste comme un danger, un "risque sérieux de voir se défaire ce qui a été patiemment construit depuis fin de la Seconde Guerre mondiale". "J’agis pour préserver et renforcer notre cohésion. Il est tellement plus simple de provoquer les peurs et flatter les sentiments. Il est plus commode d’opposer les uns aux autres en prétendant qu’il y aurait eux et nous au sein même de la communauté nationale."


12h02. Le président a défendu l'action de son gouvernement face au terrorisme. "Qui peut dire, s'il a un tant soit peu de sincérité que nous n’avons pas tout fait pour soutenir l'action des policiers et des gendarmes ? Qui peut dire que le ministre de l'Intérieur ne se soucie pas de protéger les Français partout ? Qui peut dire que nous ne devons pas user de tous les moyens possible pour anihiler notre ennemi ?" M. Hollande n'a pas manqué non plus de souligner que son prédecesseur avait fait supprimer 13.000 postes de policiers.


11h55. François Hollande rappelle que la République est "le seul camp qui vaille", avant de s'en prendre à ses adversaires politiques et à leurs propositions en matière de sécurité et de terrorisme. "Je constate que l’imagination est sans limite et prend des tours inquiétants." Il ne pense pas qu'"enfermer les suspects sans discernement et sans jugement, revenir sur l'indépendance de la justice, renier les Droits de l’Homme..." soient de bonnes solutions. Le président est ferme : "nous ne devons pas abandonner l'Etat de droit".



VIDEO. Discours de François Hollande : "Les musulmans payent également leur tribut à la terreur"

En vidéo

Discours de François Hollande : "Les musulmans payent également leur tribut à la terreur"

"Je fais tout pour protéger les Français"François Hollande

11h51. "Je fais tout pour protéger les Français, je leur dois la vérité" affirme François Hollande. "La menace est là, nous devons l’affronter avec courage, fermeté, sang froid. Nous ne devons jamais nous laisser emporter par la déraison. Nous devons assurer la sécurité sans jamais renoncer à vivre comme nous le vouons, comme nous l’entendons. Les terroristes nous lancent deux défis : les vaincre et rester nous même."


11h49. Le président assure que face au terrorisme, les démocraties "gagnent toujours les guerres" même si elles "peuvent être surprises lorsqu'un ennemi soudain passe à l'offensive". Selon François Hollande, la liberté est la seule force capable de vaincre tous les obstacles. "Les démocraties ont vaincu le fascisme, le nazisme, les totalitatismes. Il en sera de même, c’est ainsi que les terroristes seront traqués, réduits et au bout du compte anihilés."


11h47. Le président désigne clairement Daech comme un "ennemi". "Il s’installe partout où il peut se nicher dans les chaos qu’il peut créer" déclare-t-il.


11h45.  François Hollande débute son discours : "Malgré la peur qui parfois peut envahir les esprits, l’angoisse, la souffrance, nous vaincrons. La barbarie sera toujours plus forte".


11h44. François Hollande se présente à la tribune, fortement applaudi par les personnes présentes dans la salle.


11h35. Le président est arrivé peu après 11 heures, salle Wagram, à Paris. Il doit prendre la parole aux alentours de 11h45, pour environ 1 heure.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter