EN DIRECT - "L'Europe doit faire partie de la solution", plaide le secrétaire d'Etat Clément Beaune

EN DIRECT - "L'Europe doit faire partie de la solution", plaide le secrétaire d'Etat Clément Beaune
Politique

GOUVERNEMENT - Formé le 7 juillet, le gouvernement Castex a été complété, dimanche 26 juillet, par l'arrivée de 11 secrétaires d'Etat. Parmi eux, Clément Beaune, chargé des Affaires européennes, qui était l'invité de LCI ce mardi matin.

Live

"L'EUROPE DOIT FAIRE PARTIE DE LA SOLUTION"


Invité de LCI ce mardi matin, le nouveau secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, estime que "l'Europe doit faire partie de la solution" aux problèmes nationaux. "Ma mission, c'est de montrer que l'Europe n'est pas un sujet à part mais un sujet très concret", a également fait valoir l'ancien conseiller d'Emmanuel Macron.

SARKOZY SUR SES PROBLÈMES JUDICIAIRES


"Je suis serein et combatif, je n'ai rien à cacher", a affirmé Nicolas Sarkozy, qui sera jugé pour corruption du 5 au 22 octobre prochain, dans le cadre de l’affaire dite des "écoutes". "J'ai essayé d'assumer mes responsabilités du mieux possible (...) j'ai fait face à tout", a martelé l'ancien président, avant d'assurer : "Je ne suis pas au-dessus des lois".

SARKOZY SUR MACRON


"Je suis passé de François Hollande qui a voulu détruire tout ce que j'avais fait, me causer tous les ennuis possibles, à Emmanuel Macron, un président républicain. Je n'ai pas à me plaindre" a déclaré Nicolas Sarkozy concernant l'actuel chef de l'Etat.

SARKOZY SUR LA NOMINATION DE DARMANIN


"Gérald est un ami, j'ai pu compter sur son amitié. Il peut compter sur la mienne. Concernant la lutte pour le droit des femmes, c'est un grand sujet, ce n'est pas une plaisanterie. Mais sans la présomption d'innocence, il n'y a pas de démocratie" a réagi Nicolas Sarkozy concernant la situation actuelle du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, fragilisé par une accusation de viol.

SARKOZY SUR LA NOMINATION DE JEAN CASTEX


"Ce n'est pas mon choix, le président de la République n'est pas un homme sous influence. Jean Castex est un homme que j'apprécie, que je respecte. C'est un homme de qualité, et aujourd'hui je lui dis mon amitié", a indiqué l'ancien homme politique.

SARKOZY SUR L'INSÉCURITÉ


Nicolas Sarkozy est également sur la problématique de l'insécurité en France : "Je ne crois qu'à la verticalité, il faut un chef, un leader. Si ce dernier déçoit ou se trompe, on le change. Mais l'autorité des profs, des parents, de l'Etat est indispensable. Une société démocratique sans autorité ne peut pas réussir."

SARKOZY SUR LE PLAN DE RELANCE EUROPÉEN 


"Je suis profondément Français, je suis né Français, j'aime la France. Mais on ne peut pas réussir seul. L'accord européen obtenu est un bon accord, si nous ne l'avions pas obtenu, cela aurait été une catastrophe" a indiqué Nicolas Sarkozy concernant le plan de relance européen.

SARKOZY SUR SON LIVRE


A propos de son livre "Le temps des tempêtes" écrit pendant le confinement, alors qu'il était dans "le centre de la France", Nicolas Sarkozy raconte : "J'ai voulu à travers ce livre raconter comment j'avais réussi mais aussi échoué. Je ne suis pas dans le combat politique, je ne prépare pas un retour. (...) Lorsqu'un président va jusqu'au bout d'une décision, il ne se trompe pas. Si vous n'êtes pas volontaire, vous n'avez aucune chance de réussir."

SARKOZY SUR LA PANDÉMIE MONDIALE


Interrogé sur le covid-19, l'ancien chef de l'Etat a répondu  : "Cette crise a conduit à une situation apocalyptique, car elle a mis à l'arrêt l'économie mondiale. (...) Je crois en l'Occident, en l'Europe, en une civilisation occidentale. Nous avons dominé le monde et maintenant plus du tout, c'est l'Asie qui domine le monde. L'arrivée de Trump n'est pas la cause de cette dégradation, mais le symptôme".

SARKOZY


Invité de Julien Arnaud, Nicolas Sarkozy a donné les raisons de l'écriture de ce nouveau livre : "J'avais envie de raconter cette histoire qui appartient aux Français plus qu'à moi. Cette histoire qui avait tellement de commentaires et d'avis tranchés. J'avais envie de raconter ma vérité, raconter ce qu'est la politique de l'intérieur. "

NICOLAS SARKOZY AU JT DE 20H 


Ce lundi soir, l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy est l'invité exceptionnel de Julien Arnaud dans le 20H de TF1. L'ancien chef de l'Etat évoquera son nouveau livre "Le Temps des Tempêtes" et prendra la parole pour la première fois depuis le début de la crise du Covid-19.

DARMANIN

Rare désaveu, ou en tout cas, rare absence de soutien, en provenance de la majorité sur le cas du ministre de l'Intérieur, qui fait l'objet d'une plainte pour viol et est accusé de trafic d'influence par un think-tank féministe. C'est le futur ex-patron des députés marcheurs Gilles Le Gendre qui s'en charge, dans une interview au Point, repérée par Chez Pol. Réagissant aux manifestations réclamant la démission du ministre, le député de Paris estime que "nul ne peut rester sourd à l'indignation qui s'exprime dans cette affaire. Et je peux vous dire que je n'y suis pas du tout insensible. Je l'entends dans mon entourage familial, amical et politique, et elle nous bouscule tous. Ces réactions sont le prix d'années de déni et d'irrespect honteux pour toutes les victimes de violences conjugales, sexuelles et sexistes".  


Gilles Le Gendre poursuit également en pointant la difficulté qu'il y a à faire l'objet d'une plainte et à être ministre de l'Intérieur : "La contradiction entre présomption d'innocence et responsabilité politique existe. Concilier les deux, c'est à bien des égards une gageure".

MARIAGE HOMOSEXUEL

Nouvelle secrétaire d'Etat chargée de l'éducation prioritaire, issue des rangs du Modem, Nathalie Elimas a vu revenir ces dernières heures ses prises de position sur le mariage pour les couples de même sexe. Fin 2012, elle se prononçait ainsi  pour l'union civile et non pour un mariage, craignant que l'on ne détruise "quelque chose de précieux".


Elle n'est pas la première membre du gouvernement à se voir reprocher cette position passée. Gérald Darmanin, Sébastien Lecornu et Jean-Baptiste Lemoyne, tous trois anciens de LR, avaient eux aussi manifesté leur opposition à la légalisation du mariage pour les couples de même sexe. Sa coreligionnaire du Modem, Jacqueline Gourault, y était pareillement défavorable.

ANALYSE

Parité, nombre de postes, secrétariats d'Etat supprimés : ce qu'il faut savoir sur le gouvernement au complet

PRESENTATIONS

Ils sont six, venus pour l'un de l'Elysée, où il s'est fait remarquer pendant les négociations sur l'accord de plan de relance de l'Union européenne. Et pour les cinq autres, de l'Assemblée, deux du Modem, deux de LaRem et le dernier, du Parti radical de gauche. On vous présente les nouveaux venus du gouvernement.

Un conseiller de Macron, une figure des députés LaRem, un "T-Rex" : qui sont les 6 nouveaux secrétaires d'Etat ?

JOEL GIRAUD

Une nomination semble convaincre en traversant l'échiquier politique, ce soir. Celle de Joël Giraud à la Ruralité. Le député communiste Jean-Paul Dufrègne a en effet salué l'engagement de son désormais ex-confrère sur ces thématiques, dans un message partagé par son groupe parlementaire.

REACTION

Figure parlementaire et médiatique de LaREM, Olivia Grégoire, élue parisienne, venue des rangs d'Alain Madelin, et qui s'est vu confier le secrétariat d'Etat à l'économie sociale et solidaire, a partagé son émotion et sa fierté sur son compte Twitter.

REACTION

Le départ de Christelle Dubos, et la suppression de son secrétariat d'Etat chargée de la lutte contre la pauvreté, est mal reçu par les associations, notamment par le directeur des études de la Fondation Abbé Pierre.

POSTE DISPARU

Le poste de Laurent Nunez, ex-bras droit de Christophe Castaner à l'Intérieur, n'aura pas survécu à son premier occupant. Nommé à la Coordination nationale du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, il n'a pas été remplacé.

CASTEX

"L'équipe est au complet", se satisfait ce soir le Premier ministre Jean Castex, à qui il aura ainsi fallu plus de trois semaines, entre sa nomination le 3 juillet, l'arrivée des ministres le 7 juillet, pour fignoler son équipe gouvernementale.

PARTANTES

Et, outre Sibeth Ndiaye, dont le départ avait été annoncé début juillet, Christelle Dubos, qui officiait au ministère de la Santé, est également partie.

PARTANTES

Des précédents secrétaires d'Etat, outre celles et ceux qui ont été promu à un rang de ministre ou ministre délégué, deux ont dû faire leurs adieux : Brune Poirson, qui travaillait à la Transition écologique.

NOUVEAUX ENTRANTS

Parmi les secrétaires d'Etat, cinq députés que sont Joël Giraud, Olivia Grégoire, Bérangère Abba, Nathalie Elimas et Sarah El Hairy, font leur entrée au gouvernement. Un gage à l'attention d'une majorité qui s'est régulièrement plaint, ces derniers mois, de ne pas être écoutée par l'exécutif ? A modérer : en effet, le Modem, avec El Haïry et Elimas, a la part belle, tandis que Giraud, lui, vient du PRG autant que de LaRem.

REACTION

Ancien conseiller à l'Elysée, Clément Beaune a pris le clavier pour témoigner de sa fierté.

REMANIEMENT


Onze nouveaux secrétaires d'Etat ont été nommés, dimanche 26 juillet, a communiqué l'Elysée.  


Parmi les têtes connues, on retrouve Sophie Cluzel, chargée des Personnes handicapées auprès du Premier ministre. Jean-Baptiste Lemoyne, qui conserve son portefeuille auprès de Jean-Yves Le Drian, au Quai d'Orsay, en charge du Tourisme, des Français de l'étranger et de la Francophonie et Cédric O, secrétaire d'Etat auprès de Bruno Le Maire et de Jacqueline Gourault, en charge de la Transition numérique. Laurent Pietraszewski, qui s'est fait connaitre pour avoir mené en partie la réforme des retraites, reste à son poste, auprès d'Elisabeth Borne. Et enfin, Adrien Taquet conserve son portefeuille en charge de l'Enfance et des Familles, auprès d'Olivier Véran.


Parmi les nouveaux venus également connus, l'ex-porte-parole de La République en marche à l'Assemblée Olivia Grégoire, rejoint elle aussi Bercy, en charge de l'Economie sociale, solidaire et responsable. 


Eux sont moins connus et arrivent sur le devant de la scène : Clément Beaune, chargé des Affaires européennes ; Bérangère Abba rejoint le ministère de la Transition écologique, en charge de la Biodiversité. Nathalie Elimas, pour l'Education prioritaire, et Sarah El Hairy, chargée de la Jeunesse et de l'Engagement, viennent renforcer l'équipe de Jean-Michel Blanquer à l'Education nationale. Enfin, le député venu des Radicaux de gauche Joël Giraud est nommé auprès de Jacqueline Gourault, en charge de la Ruralité.

EXPERIMENTATION SUR "L'EXTENSION DES COMPETENCES"


Le Premier ministre a annoncé ce samedi le lancement d'une expérimentation sur "l'extension des compétences de la police municipale".


Cette expérimentation, qui sera mise en place à Nice, se fera "dans un cadre qui sera fixé par les ministres ici présents", a déclaré le Premier ministre, venu à Nice avec les ministres de l'Intérieur Gérald Darmanin et de la Justice Eric Dupond-Moretti. 


Cette annonce a été saluée dans la foulée par le maire LR de Nice Christian Estrosi, farouche partisan d'une telle mesure, et qui a parallèlement annoncé le recrutement prochain de 80 policiers municipaux supplémentaires.

SÉCURITÉ : LES MESURES ANNONCÉES PAR JEAN CASTEX


Le Premier ministre, en déplacement à Nice ce samedi matin, a effectué des annonces sur le thème de la sécurité.



Forfaitisation des délits de stupéfiants (sanction immédiate) généralisée à la rentrée. Cette mesure est actuellement testée dans plusieurs villes de France. Elle consiste à dresser une amende immédiate pour détention de cannabis.


Expérimentation de l’extension des compétences de la police municipale à Nice notamment en matière de lutte contre les incivilités du quotidien. 


150 emplois dès 2020 pour renforcer l'action pénale de proximité.


60 policiers supplémentaires à Nice dans les semaines à venir et confirmation de la création de 10.000 postes supplémentaires dans la police en 5 ans.


Indemnité de fidélisation aux policiers affectés à Nice (environ 200 euros par an).

CREATION DE POSTES


Jean Castex a annoncé ce samedi la création de 10000 postes dans la police en 5 ans, 60 policiers supplémentaires à Nice dans les semaines à venir.

DELITS DE STUPEFIANTS


La forfaitisation des délits de stupéfiants "sera généralisée dès la rentrée", a annoncé samedi à Nice le Premier ministre Jean Castex.


Cette mesure aidera les forces de l'ordre à "appliquer une sanction sans délai" et devrait se montrer efficace "contre les points de revente qui gangrènent les quartiers", a affirmé le chef du gouvernement, venu sur la Côte d'Azur affirmer la volonté de l'Etat de s'en prendre à l'insécurité.

ANNONCES


"Dès la fin 2020, 150 emplois supplémentaires seront créés pour renforcer l'action pénale de proximité", annonce le Premier ministre, en direct de Nice.

JEAN CASTEX A NICE


Confronté à la montée du sujet de l’insécurité après plusieurs épisodes de violences, le Premier ministre s’est rendu à Nice, samedi 25 juillet, avec deux de ses ministres pour tenter d’y apporter une réponse et afficher sa "détermination à faire cesser les violences du quotidien" : "Ces faits sont inadmissibles et ne peuvent être tolérées sur l'ensemble du territoire national" a-t-il affirmé.

FAIT-DIVERS


Selon nos informations, un jeune homme, dont on ne sait pas à ce stade s'il est mineur ou majeur, a été retrouvé mort cette nuit, dans le quartier l'Ariane à Nice. Il s'agit visiblement d'une agression à l'arme blanche. Nous n'avons pas plus d'éléments à ce stade sur les circonstances. 

EN VIDEO


Lors de sa visite à Nice ce samedi matin, le Premier ministre a été interpellée par une habitante. Regardez cet échange. 

DES ANNONCES CONCRÈTES ? 


Le Premier ministre est en déplacement à Nice ce samedi matin. Il doit effectuer des annonces sur le thème de l'insécurité. Suivez ses déclarations dans ce live et dans la vidéo en tête de ce direct. 

Sécurité : Jean Castex annonce des mesures de "proximité"

GÉRALD DARMANIN


Le ministre de l'Intérieur occupe le terrain sur le thème de l'insécurité. Dans une interview au Figaro,  il estime qu'il "faut stopper l'ensauvagement d'une certaine partie de la société" et affirme aussi sa volonté de "combattre avec la première énergie" l'islamisme.

Gérald Darmanin veut "stopper l'ensauvagement d'une certaine partie de la société"

ERIC DUPOND-MORETTI 


"Je vous le dis, sans avoir à rougir, je suis féministe". Le garde des Sceaux revient sur les accusations de sexisme à son encontre. Pour lui, "on est allé sortir deux ou trois phrases de leur contexte. Le féminisme, c'est une très grande cause, mais il est dévoyé quand il est excessif. Voilà ce que j'ai dit : je suis pour une égalité absolue entre les hommes et les femmes, notamment sur le plan salarial"

ERIC DUPOND-MORETTI 


"Ça concerne tout le monde la présomption d’innocence et les Français ont des problème avec ça". Invité sur France 2, le ministre de la Justice revient sur la présomption d’innocence, notamment dans l'enquête sur le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.

LE PREMIER MINISTRE SE RENDRA A NANTES

En déplacement à Prades, le Premier ministre a annoncé qu'il se rendrait à Nantes dans l'après-midi pour voir de lui-même qu'elle est la situation suite à l'incendie de la cathédrale de Nantes. 

CASTEX DANS SA COMMUNE

Le Premier ministre est à Prades ce samedi matin, la commune de Pyrénées-Orientales dont il est le maire. Il doit assister au conseil municipal, qui installera son successeur  à la tête de la ville. 

TAXE D'HABITATION

Suppression de la taxe d’habitation : le "calendrier maintenu" pour les 20% les plus riches

DARMANIN "TRANQUILLE COMME BAPTISTE"


Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, visé par une plainte pour viol et objet de manifestations et tribunes dénonçant sa nomination au gouvernement, se dit "tranquille comme Baptiste", dans un entretien à paraître samedi dans la Voix du Nord.


"Je suis à la disposition totale de tous les magistrats de France. Je suis tranquille comme Baptiste", déclare M. Darmanin dans le quotidien régional, faisant référence au personnage bouc émissaire subissant les coups avec flegme.


"Il faut quand même mesurer ce que c'est que d'être accusé à tort, de devoir expliquer à ses parents ce qu'il s'est passé parce que, c'est vrai, j'ai eu une vie de jeune homme", explique M. Darmanin dans le quotidien régional.

TAXE D'HABITATION


Emmanuel Macron avait ouvert la porte à un changement, mais Jean Castex l'a fermée. Le Premier ministre a affirmé vendredi que, pour l'heure, le calendrier de la suppression de la taxe d'habitation pour les 20% les plus riches, prévue en 2023, était "maintenu".


"On va continuer sur le même rythme. Donc, la suppression de la taxe d'habitation suivant le calendrier (prévu) sera maintenue", a précisé sur France 2 le chef du gouvernement, alors qu'Emmanuel Macron avait évoqué le 14 juillet un possible report. 


"La taxe d'habitation, c'est un impôt qui baisse. La question a pu être évoquée de savoir si on décalait un peu le rythme" de la baisse, a-t-il ajouté. "A ce jour (...) on va continuer sur le même rythme, donc la suppression de la taxe d'habitation, suivant le calendrier (prévu), sera maintenue". Mais "là encore, nous nous adapterons en fonction de l'évolution de la conjoncture", a-t-il précisé.

JEAN CASTEX SUR LES RÉFORMES 


Invité du 20h de France 2 ce vendredi soir, le Premier ministre est revenu sur la "détente du calendrier" des réformes des retraites et de l'assurance-chômage : "Quand des problèmes graves s'imposent à nous, il est important que nous recherchions le maximum d'unité. Le dialogue est aussi une garantie d'efficacité. Nous ne serons pas toujours d'accord mais nous devons montrer que nous recherchons l'unité pour faire face à la situation". 


"Nous ne remettons pas en cause les réformes, mais nous avons constaté ensemble que le moment n'était pas opportun pour leur mise en oeuvre", indique encore Jean Castex. Il assure que la réforme de l'assurance-chômage "se fera". Pour celle des retraites, le Premier ministre veut la "reconcerter". "Ce n'est pas dire qu'elle était mauvaise que de dire qu'il y avait un problème de compréhension".

CASTEX


"L’instauration d’un nouveau régime universel de retraite (…) sera maintenu", a confirmé le Premier ministre. "Simplement, comme je l’ai indiqué aux partenaires sociaux,nous lui appliquerons une nouvelle méthode en distinguant le caractère structurel de cette réforme qui vise à plus de justice de tous ses éléments financiers, en reprenant la concertation dans les mois à venir pour en améliorer le contenu et la lisibilité."

CASTEX


A la sortie de sa réunion avec les partenaires sociaux, Jean Castex a assuré que sa priorité était "l'emploi".

"Nous sommes convenus ensemble que la priorité des priorités c’est la lutte contre la crise, l’emploi, la lutte contre le chômage", a indiqué le Premier ministre, qui a également assuré que le pays devait retrouver un "croissance économique plus riche en emplois durables, une croissance qui permettra à la France de retrouver une partie de sa souveraineté."

LAURENT BERGER


A la sortie de Matignon, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a confirmé que le gouvernement repoussait les négociations sur la réforme des retraites, et l'entrée en application de la réforme chômage. 

"Le Premier ministre nous a dit que toutes les mesures qui étaient des mesures de la réforme de l’assurance chômage étaient repoussées dans leur mise en œuvre y compris celles qui étaient déjà rentrées en ordre notamment la durée de l’affiliation. C‘est une satisfaction que début septembre les chômeurs ne soient pas touchés par ces mesures injustes", a-t-il déclaré. Il ajouté que cela "n’entrera pas en vigueur au moins jusqu’au 1er janvier 2021", et a évoqué la possibilité d’aller au-delà selon la situation économique.


A propos de la réforme des retraites, il indique que "ça correspond à notre projet de ne pas faire du sujet des retraites le sujet de l’été ou de l’automne".


"La CFDT sort de cet entretien en ayant la conviction qu’il y a une sincérité de la part du Premier ministre", et que l'emploi comme priorité est une bonne chose.

ASSURANCE CHÔMAGE


La réforme de l'assurance chômage, dont le deuxième volet avait été reporté au 1er septembre en raison du coronavirus, a été repoussée "au début de l'année prochaine, 2021", a indiqué vendredi François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises, à la sortie d'une réunion à Matignon.


"Nous attendons de savoir si les mesures déjà en application sont aussi concernées par ce report", alors qu'un premier volet est déjà entré en vigueur en novembre dernier, a-t-il ajouté.

Urgent

RÉFORME DES RETRAITES


Les concertations autour de la réforme des retraites sont repoussées "au moins jusqu'à la fin de l'année", a annoncé le président de la CPME François Asselin au sortir d'une réunion entre les partenaires sociaux et le gouvernement à Matignon.


L'exécutif a cependant appelé "à ne pas mettre la poussière sous le tapis et à prendre nos responsabilités en ce qui concerne le système actuel", qui devrait être en fort déficit à la fin de l'année, a ajouté François Asselin.

AIDE EUROPÉENNE


Le plan de relance en France de 100 milliards d'euros sera financé pour plus d'un tiers, soit 35 milliards d'euros, par les fonds actuellement négociés entre Etats de l'Union européenne, a affirmé jeudi Jean Castex, en plaidant pour "amplifier cette approche européenne" face à la crise.


Cet apport de l'UE "est une différence majeure" avec la crise de 2008, auquel "la France et le président de la République ont apporté une contribution décisive", a souligné le Premier ministre lors de sa déclaration de politique générale au Sénat.

RÉCESSION HISTORIQUE


"Pour 2020 nous prévoyons à ce jour une récession de 11% soit la récession la plus sévère depuis que les comptes nationaux ont été créés", a affirmé le chef du gouvernement lors de sa déclaration de politique générale au Sénat. "Derrière les données comptables, des drames humains, des territoires meurtris. Tout cela nous devons le prévoir, l'accompagner, le soulager", a-t-il ajouté.

Infos précédentes

Toute l'info sur

Le gouvernement Castex

Qui est Jean Castex, le successeur d'Edouard Philippe ?

Retrouvez ici toutes les informations sur le gouvernement de Jean Castex.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent