EN DIRECT - Marseille : le socialiste Benoît Payan officiellement élu maire, Michèle Rubirola première adjointe

EN DIRECT - Marseille : le socialiste Benoît Payan officiellement élu maire, Michèle Rubirola première adjointe

DÉPART - Un peu moins d'une semaine après l'annonce de la démission de Michèle Rubirola, maire écologiste de la deuxième ville de France, son premier adjoint, Benoit Payan, a officiellement pris sa succession ce lundi après un vote du conseil municipal marseillais.

Live

PORTRAIT


Ce lundi, Benoît Payan a officiellement été élu maire de Marseille en remplacement de Michèle Rubirola, qui a démissionné la semaine dernière. Une revanche pour le socialiste, qui avait dû s'effacer à son profit en janvier.

Benoît Payan élu maire de Marseille : la revanche d'un "apparatchik" socialiste

PAYAN MAIRE


Sous les applaudissements du conseil municipal, Benoît Payan est élu maire de Marseille. Le socialiste, jusqu'ici premier adjoint de la ville, succède donc à Michèle Rubirola. Il a été élu à l'unanimité : 53 des 101 conseillers municipaux ont voté, soit la majorité absolue requise, ainsi que deux par procuration.

PORTRAIT


Ce lundi, Benoît Payan a officiellement été élu maire de Marseille en remplacement de Michèle Rubirola, qui a démissionné la semaine dernière. Une revanche pour le socialiste, qui avait dû s'effacer à son profit en janvier.

Benoît Payan élu maire de Marseille : la revanche d'un "apparatchik" socialiste

PAYAN MAIRE


"Marseille appartient à ceux qui y vivent, c'est mon rêve pour Marseille et c'est ma promesse. Je vous remercie", conclut Benoît Payan, sous les applaudissements de la majorité qui s'est levée. "Au boulot maintenant !", lance une conseillère municipale. La séance est suspendue quinze minutes avant de passer à l'élection des adjoints au maire.

PAYAN MAIRE


"Marseille ne sera pas, ne sera plus la ville la plus inégalitaire du pays", promet Benoît Payan, aspirant à une "ville plus démocratique". "Rien ne nous fera dévier de notre volonté", répète-t-il ensuite par deux fois.

PAYAN MAIRE


Le nouveau maire de Marseille adresse ensuite quelques mots à celle qui a été élue en juin et qu'il remplace à partir d'aujourd'hui : "Michèle, je sais ton courage, je sais tes convictions. Je sais la femme libre et forte que tu es. Je veux saluer la transparence et l'honnêteté de ton geste."

PAYAN MAIRE


"Je n'ai pas pour habitude de parler de moi", avoue Benoît Payan. "On dit parfois de moi que je suis un professionnel de la politique, je l'assume et je le revendique. J'ai fait le choix à vingt ans de consacrer ma vie à ces combats."

PAYAN MAIRE


Nouvelle salve d'applaudissements pour le nouvel édile de Marseille, qui se fait remettre l'écharpe par Michèle Rubirola. Les premiers mots de Benoît Payan, installé dans son fauteuil de maire, vont "aux femmes et aux hommes de Marseille, à celles et ceux qui par la différence ont construit cette ville". 

Urgent

PAYAN MAIRE


Sous les applaudissements du conseil municipal, Benoît Payan est élu maire de Marseille. Le socialiste, jusqu'ici premier adjoint de la ville, succède donc à Michèle Rubirola. Il a été élu à l'unanimité : 53 des 101 conseillers municipaux ont voté, soit la majorité absolue requise, ainsi que deux par procuration.

VOTE


"Je déclare le scrutin clos", annonce Guy Teissier. Le dépouillement commence. Sans grande surprise, le nom de Benoît Payan apparait pour l'instant sur tous les bulletins de vote.

VOTE

VOTE


Place maintenant au vote. À l'appel de son nom, chaque conseiller municipal se lève et dépose son bulletin dans l'urne.

CONSEIL MUNICIPAL


Pour plus d'informations en direct et d'anecdotes de ce genre, retrouvez notre journaliste Mathilde Guénégan présente à Marseille pour le vote.

CANDIDATS


"Quels sont les candidats ?", demande Guy Teissier. Benoît Payan est le seul candidat désigné. Le groupe LR "Une volonté pour Marseille" ne présente personne et s'oppose au remplacement de Michèle Rubirola, "une mascarade". La présidente du groupe Catherine Pila est interrompue par le Printemps marseillais, qui tape sur les bancs. Les élus LR et RN quittent l'hémicycle : ils décident de ne pas participer au vote.

VOTE


"Nous voilà appelés, six mois après votre élection Mme Rubirola, à élire un nouveau maire", rappelle Guy Teissier. "Sans vous, votre Printemps ne sera plus que ce que vos électeurs en espéraient. Cela ressemble à un détournement (...) Après avoir voté par une femme écologiste, les électeurs se retrouvent avec un maire homme. J'y vois comme un déni de démocratie", poursuit-il sous des exclamations. 


On fait en effet remarquer à Guy Teissier qu'il n'a pas à faire de discours avant la tenue du vote. Il demande du calme : "Je vais vous supporter pendant cinq ans, alors vous allez m'écouter pendant cinq minutes."

PRÉSIDENT 


La séance a bien démarré avec l'appel des 101 conseillers municipaux. L'élection est présidée par le conseiller LR Guy Teissier en tant que doyen d'âge.

Urgent

ÇA COMMENCE 


Les conseillers municipaux prennent place, la séance ne va pas tarder à commencer. Elle est ouverte par Benoît Payan en tant que premier adjoint.

PRESSE


Plus de 60 journalistes sont accrédités pour suivre ce conseil municipal peu commun, d'après La Marseillaise.

VOTE


Dans une poignée de minutes, un conseil municipal doit s'ouvrir à Marseille pour une session extraordinaire. Après une année électorale chahutée qui s'est soldée par la démission de Michèle Rubirola, les 101 conseillers municipaux vont devoir désigner le nouveau maire de la ville, ainsi que ses 30 adjoints. Le socialiste Benoît Payan, actuellement premier adjoint, devrait vraisemblablement lui succéder.

VOTE


Sauf coup de théâtre, le socialiste Benoît Payan devrait être élu ce lundi matin maire de Marseille en remplacement de Michèle Rubirola, médecin écologiste de gauche, démissionnaire après moins de six mois à la tête de la deuxième ville de France.


Si le conseil municipal entérine le choix de Mme Rubirola, qui a souhaité que son premier adjoint lui succède et devienne "l'urgentiste" dont a besoin la ville méditerranéenne, Benoît Payan, seul candidat en lice de la majorité, deviendra à 42 ans le plus jeune maire de l'histoire de Marseille.

GHALI VOTERA PAYAN


Samia Ghali, seconde adjointe à la mairie de Marseille mais n'appartenant pas à la majorité du Printemps marseillais, a annoncé ce jeudi en début d'après-midi qu'elle voterait bien pour que Benoit Payan succède à Michèle Rubirola à la tête de l'Hôtel de Ville. Son ralliement était crucial, la coalition socialiste-écologiste et insoumise au pouvoir ne bénéficiant pas de la majorité au conseil municipal.


L'ex-sénatrice "ne souhaite pas rajouter un désordre supplémentaire, les Marseillais ne méritent pas cela", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse dans sa mairie de secteur des quartiers du nord de la ville.

PRINTEMPS MARSEILLAIS


Dans un communiqué, le Printemps Marseillais indique soutenir "unanimement" le souhait de Michèle Rubirola de voir Benoît Payan lui succéder. 

QUI EST BENOÎT PAYAN ?


Michèle Rubirola souhaite que son premier adjoint Benoît Payan lui succède à la tête de la mairie de Marseille. Une revanche pour le socialiste, qui avait dû s'effacer à son profit en janvier dernier. Et qui rêve d'occuper ce poste.

Benoît Payan élu maire de Marseille : la revanche d'un "apparatchik" socialiste

ALLERGIQUE AU POUVOIR


Si la maire de Marseille a indiqué démissionner pour des raisons de santé, elle n'a jamais réussi à se faire aux responsabilités et devoirs imposés par la fonction.

Michèle Rubirola, la maire qui n'aimait pas le pouvoir

RÉACTIONS

Démission de Rubirola à Marseille : l'opposition fustige "une pantalonnade"

UNE INVERSION DES RÔLES


Michèle Rubirola a indiqué souhaiter inverser son poste avec celui de son premier adjoint Benoît Payan. "Je sais que le duo que nous formons avec Benoît intrigue. (...) Je souhaite que notre binôme continue mais s'inverse et que Benoît devienne maire. C'est de son expérience dont Marseille a besoin aujourd'hui, et plus de la nouveauté que j'incarne."

RUBIROLA NE VEUT PLUS MENER LE "COLLECTIF"


"Vous le savez tous, je suis médecin (...) Il y a en médecine les spécialistes du temps long et les urgentistes. Je suis de la première catégorie, et nous avons besoin des seconds", a expliqué Michèle Rubirola. 

"Pour moi, j'ai toujours pensé qu'il n'y avait pas en politique d'homme et de femme providentiels. Le Printemps marseillais c'est un collectif, c'est lui que notre ville a choisi. (...) Ce n'est plus à moi de mener ce collectif."

RUBIROLA DÉMISSIONNE


"J'ai pris la décision de quitter mes fonctions de maire de Marseille", a déclaré Michèle Rubirola depuis l'Hôtel de Ville. 

"Le 4 juillet je me suis engagée à agir pour l'honneur des Marseillaises et des Marseillais. Cette parole que j'ai donnée m'amène devant vous aujourd'hui (...) J'ai connu avant l'été des premières difficultés liées à ma santé. J'ai dû subir au mois de septembre une opération chirurgicale. Ces épreuves ne m'empêchent pas de servir les Marseillaises et les Marseillais mais elles limitent mes possibilités", a-t-elle déclaré, précisant donner 150% de son temps pour la ville, quand il faudrait qu'elle en donne 300%.

EELV CONFIRME LA DÉMISSION DE RUBIROLA


Le secrétaire national d'EELV Julien Bayou a confirmé à l'AFP que la maire de Marseille Michèle Rubirola allait démissionner, pour raisons "de santé".

UNE NOUVELLE ÉLECTION ? 


Si la démission de Michèle Rubirola est confirmée, la députée LaREM des Bouches-du-Rhône Claire Pitollat réclame une nouvelle élection municipale à Marseille.

BENOÎT PAYAN NOUVEAU MAIRE ?


Michèle Rubirola souhaiterait inverser les rôles avec son premier adjoint Benoît Payan. Il devrait alors être élu lors d'un vote au conseil municipal, le prochain étant prévu ce lundi 21 décembre. Mais d'autres candidats pourraient se déclarer.

EN DIRECT - Marseille : le socialiste Benoît Payan officiellement élu maire, Michèle Rubirola première adjointe

RUBIROLA SUR LE DÉPART


La maire de Marseille Michèle Rubirola s'exprimera devant la presse à 16 heures, à l'issue d'une "réunion importante" de sa majorité, où elle devrait annoncer sa démission.

La première femme maire de Marseille, Michèle Rubirola, a annoncé mardi avoir présenté sa démission en raison des épreuves de santé auxquelles elle fait face et a souhaité que son premier adjoint socialiste Benoît Payan lui succède."J'ai connu dès l'été les premières difficultés liées à ma santé. (...) Ces épreuves (de santé) limitent l'énergie que je peux mobiliser. Etre maire de Marseile c'est 300% de son temps", a déclaré Mme Rubirola dans une allocution depuis l'hôtel de ville de Marseille.

Moins de six mois après avoir été élue à la tête d'une union de la gauche baptisée "Printemps marseillais" qui avait mis fin à 25 ans de règne de la droite et de l'ex-maire Jean-Claude Gaudin, cette médecin de profession de 64 ans, préfère céder la place. 

Lire aussi

"J'ai toujours parlé de collectif et celui ou celle qui le mène doit être celui qui correspond le mieux au moment", a-t-elle insisté en proposant Benoît Payan comme successeur. "Nous formons un binôme et je souhaite que notre binôme continue mais s'inverse et que Benoit devienne maire. C'est de son énergie et son expérience  dont Marseille a besoin aujourd'hui", a-t-elle insisté.

"Il y a en médecine les spécialistes du temps long et les urgentistes. Je suis de la première catégorie. Et c'est de la seconde dont nous avons besoin à Marseille", a-t-elle poursuivi soulignant les défis immenses dans une des villes les plus pauvres de France où se conjuguent crise sanitaire, crise sociale et financière.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Accélération de la campagne vaccinale : "Partout, la mobilisation est forte", se félicite Jean Castex

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Comportement, climat, géographie... pourquoi les chiffres du Covid font-ils le yoyo d'une région à une autre ?

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Lire et commenter