EN DIRECT - Marine Le Pen lance un appel aux anti-Macron en vue des municipales

Politique
EN DIRECT - Suivez les dernières infos, analyses et réactions en direct sur LCI et LCI.fr.
Live

MUNICIPALES

Le délégué général de LaREM, Stanislas Guérini, a dévoilé lundi les premières investitures pour les municipales de 2020. Parmi les 19 candidats annoncés : Gérard Chemla (Reims), Cecile Muschotti (Toulon), Romain Grau (Perpignan), Denis Thuriot (maire sortant de Nevers) et Raphael Bernardin (Saint-Sulpice-la-Pointe)

ROYAL

"Je prendrai la parole dans le cadre des municipales, car je suis sollicitée par un certain nombre de candidats", a affirmé lundi, sur France Inter, l'ancienne candidate à la présidentielle et ministre socialiste Ségolène Royal. 

"Je serai présente dans les municipales pour donner des labels, pour soutenir les maires sortants ou les candidats, prêts à travailler sur la question écologique", a-t-elle ajouté, sans évoquer un soutien spécifiques aux listes LaREM. "Je n’oublie pas que j’ai présidé l’accord de Paris sur le climat, et, qu’à ce titre, j’ai la responsabilité de pousser en avant les élus qui veulent s’impliquer dans cet accord"

PMA

VIDEO - Le RN ne votera pas la PMA pour toutes et en appelle à un référendum, tout en considérant que le sujet n'est "pas prioritaire"

LR

Sébastien Chenu, sur l'appel de Marine Le Pen aux responsables LR : "Notre responsabilité est d'ouvrir les bras à ceux qui ne se reconnaissent pas dans la politique d'Emmanuel Macron".

"Nous disons aux Républicains, si vous ne vous reconnaissez pas dans la politique d'Emmanuel Macron, vous êtes les bienvenus".

"On aura des listes partout aux municipales sur le territoire. Si un maire LR prend des engagements très forts sur des sujets qui nous sont chers, on pourra regarder" [un éventuel soutien].

IMPÔTS

Sébastien Chenu à propos des baisses d'impôts annoncées par le gouvernement. "Les classes moyennes qui n'ont pas bénéficié des baisses se trouvent lésées par le gouvernement"

"Le gouvernement baisse les impôts des plus riches, mais il augmente les taxes"

PMA

Sébastien Chenu (RN) : "Aujourd'hui nous ne votons par pour la PMA pour toutes. Les sujets de société doivent être débattus par la société". "Un référendum permettrait aux uns et aux autres d'exprimer."

"Ce sont des question très sensibles. J'ai beaucoup de respect pour les parents qui élèvent des enfants, quel que soit le cas de figure. Mais dans le cas de la PMA, deux adultes décident de priver l'enfant de son ascendance. Est-ce à l'Etat de l'encourager ?"

"Les problèmes de filiation dépassent largement les questions de la vie quotidienne"

"Je pense que cette question n'est pas prioritaire. Elle heurte la société. Un président de la République doit unir les Français"

RASSEMBLEMENT NATIONAL

Sébastien Chenu, porte-parole du RN, est l'invité politique de LCI. Il s'exprime sur le débat autour des quotas d'immigration, qui se tiendra à la rentrée au Parlement. "Le seul quota acceptable, ce serait un quota négatif. Les quotas, ça ne marche pas. D'abord, l'espace Schengen nous l'interdit"

"Le regroupement familial a été élargi par ce gouvernement"

"Il faudrait qu'il y ait plus de sorties que d'entrées"

MUNICIPALES

Voilà qui ne devrait pas arranger le climat de LaRem parisienne. Après la tribune publiée par quatre concurrents du favori de la commission d'investiture Benjamin Griveaux, les référents du parti présidentiel ont appelé, dans une tribune au Huffington Post, les contestataires (Anne Lebreton, Hugues Renson, Mounir Mahjoubi et Cédric Villani) à "laisser travailler sereinement" ladite commission d'investiture."

MUNICIPALES

Devant la crise à LR, Marine Le Pen ne saurait rester de marbre. La présidente du Rassemblement national, qui a entamé à La Rochelle une série de déplacements en vue de favoriser l'implantation locale de la formation politique d'extrême droite, a ainsi lancé ce qu'elle appelle "un vibrant appel de La Rochelle à tous ceux qui, chez LR, n'ont pas envie d'être embrigadés dans l'armée d'Emmanuel Macron. [...] Nous sommes prêts à discuter avec eux, à mettre en oeuvre des plateformes d'action communes."


Parmi les villes clairement visées par le RN, outre celles déjà conquises en 2014, celle de Perpignan, 122.000 habitants, que Louis Aliot, député RN convoite.

ALLIANCE COMPLIQUÉE

Embarrassées par les alliances de leur allié Ciudadanos avec l'extrême droite (Madrid, Andalousie), les figures de LaRem continuent d'exprimer leurs inquiétudes. Au lendemain d'une déclaration officielle de l'Elysée à ce sujet, alors que le groupe au Parlement européen "Renew Europe" doit composer avec le parti d'Albert Rivera, c'est au tour de la secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Amélie de Montchalin de répéter la position de la France. 

MUNICIPALES

Les humeurs ne se tempèrent pas, du côté de LaRem, dans le cadre du processus de désignation du candidat marcheur pour les municipales à Paris. Après la publication d'une tribune, signée Mounir Mahjoubi, Anne Le Breton, Cédric Villani, dans le JDD, appelant à la mise en place d'une primaire ouverte pour désigner le candidat, en lieu et place d'une commission d'investiture qui se dirige vers la nomination de Benjamin Griveaux, ce dernier a expliqué "ne pas comprendre cette réaction" et taclé ses concurrents, un front anti-Griveaux qui "sont juste quatre : ils parent entre eux, mois je suis avec les Parisiens".

RASSEMBLEMENT NATIONAL

L'ex-tête de liste RN aux élections européennes Jordan Bardella, élu député européen, a été nommé vice-président du parti de Marine Le Pen, a-t-on appris ce dimanche. Sa liste était arrivée en tête du scrutin le 26 mai dernier

PMA

"Je suis pour la PMA pour toutes les femmes", explique Gérald Darmanin, qui y était hostile en 2013. Le ministre ajoute : "J'aurais dû voter pour le Mariage pour tous"

DARMANIN

"Si je me suis engagé pour Emmanuel Macron, c'est parce que je pense qu'il est le seul à pouvoir répondre à la fracture sociale"

DARMANIN

VIDEO - "Ce gouvernement est celui qui a le plus baissé les impôts de la République", affirme Gérald Darmanin

DARMANIN

"Nous sommes le gouvernement de la baisse d'impôt, du chômage et du rétablissement des comptes publics"

DARMANIN

Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics, est l'invité du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro. Sur les baisses d'impôts annoncées par Edouard Philippe : "Les 5 milliards de baisse d'impôt sur le revenu sont pour les contribuables qui gagnent moins de 7.000 euros pas mois, 95% des contribuables".

"Ce gouvernement est celui qui aura le plus baissé les impôts des Français", affirme-t-il, évoquant 22 milliards de baisse, toutes taxes confondues.

"A la fin du mois de janvier 2020, les Français verront une augmentation du pouvoir d'achat sur leur feuille de paye"

PMA

La ministre de la Santé Agnès Buzyn, invitée du Grand Rendez-Vous sur Europe 1, sur la procréation médicalement assistée qui sera présentée en septembre dans le cadre de la loi bioéthique : "La PMA est une des mesures attendues par les couples de femmes. A titre personnel, je souhaite qu'elle soit remboursée. C'est ce que prévoit la loi qui est actuellement au Conseil d'Etat", à moi que ce dernier ne corrige la copie, indique la ministre. 

Cette loi sera "présentée de façon définitive fin juillet" au conseil des ministres, avant son passage au Parlement en septembre

CASTANER

"Je n'accepte pas l'expression 'violences policières'", déclare également Christophe Castaner dans le JDD, à propos du bilan des manifestations de Gilets jaunes. "Les procédures [contre la police, NDLR] sont peu nombreuses au regard des 50.000 manifestations qui ont eu lieu depuis le 17 novembre 2018. Chaque fois qu'un comportement litigieux est signalé, une enquête est ouverte"

CASTANER

Dans une interview au JDD, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner revient sur les photos qui avaient circulé de sa soirée festive en mars dernier, en plein mouvement des Gilets jaunes. "Je regrette cet épisode", assure-t-il. "Une fois en sept mois, je me suis rendu à une soirée d'anniversaire. Je regrette que la presse mette à nu la vie privée d'une personne, et la façon dont cela a été instrumentalisé à des fins politiques"

Edouard Philippe prononce mercredi sa  deuxième déclaration de politique générale, point de départ souhaité d'un "acte  II" du quinquennat Macron, après plus de sept mois de césure entre Gilets  jaunes, Grand débat national et élections européennes. "Pas de réduction de notre ambition économique, une accélération de notre  ambition environnementale et de notre préoccupation sociale", voilà le  "triptyque" fixé par Emmanuel Macron à son Premier ministre mardi soir, à  l'occasion d'un déplacement en Suisse.


La France a traversé une crise très dure, nous sommes en train de passer  d'un monde à l'autre. Une souffrance s'est exprimée, et aussi des excès, je ne  les confonds pas. Mais face à cette souffrance je veux remettre de la  proximité, de l'humanité", a affirmé le chef de l'Etat à la chaîne helvétique  RTS.     

Acte 2, scène 1 ?

Acte II, scène 1? Pour la 27e déclaration de politique générale de la Ve  République, Edouard Philippe prendra la parole à 15h devant l'hémicycle,  avant une intervention de chaque groupe politique, puis une réponse du chef du  gouvernement et enfin le vote de confiance de l'Assemblée prévu en début de  soirée.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter