EN DIRECT - Municipales à Paris : "Hidalgo n’a aucune tête de liste noire", tacle Vikash Dhorasoo, candidat LFI

EN DIRECT - Municipales à Paris : "Hidalgo n’a aucune tête de liste noire", tacle Vikash Dhorasoo, candidat LFI
Politique

SCRUTIN CAPITAL - Les élections municipales auront lieu à Paris, comme partout en France, les 15 et 22 mars 2020. La capitale représente un enjeu majeur pour la majorité présidentielle, qui tentera de mettre fin à dix-neuf ans de règne de la gauche. Divisions au sein de LaREM, explosion de la droite, bilan d'Anne Hidalgo... Retrouvez ici toutes les infos de cette campagne à suspense.

Live

APPARTEMENTS À 5000 € le m²

Immobilier à Paris : voici les sites où vous pourrez (peut-être) acheter pour 5000 euros le mètre carré

SÉCURITE DANS LE METRO ET LE RER


Benjamin Griveaux a proposé ce week-end que des forces de sécurité soient présentes dans un wagon de chaque rame du métro et du RER. 

Paris : Griveaux veut des forces de sécurité le soir dans "un wagon par rame" de métro et RER

TACLE


Vikash Dhorasoo, candidat aux municipales sous les couleurs de La France insoumise, en binôme avec l'élue Danièle Simonnet, est - très - critique envers le bilan d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris.


Interrogé par Le Parisien à propos de son positionnement sur l'échiquier politique, l'ancien international de football répond qu'il est issu de "la vraie gauche". Se plaçant en opposition la maire sortante, il estime que lui représente une force politique "solidaire, féministe, écologiste, antiraciste et anticapitaliste". 


Ce sont sur ces deux derniers points qu'il juge sévèrement la maire PS. L'ex-joueur du PSG se dit ainsi "choqué" par le fait "qu'il n'y a pas une seule tête de liste noire" au sein de l'association de soutien à la candidature d'Anne Hidalgo. Et d'ajouter que l'élue, qu'il a pourtant soutenue en 2014, "monnaye l’espace public", prenant en exemple les JO en 2024 organisés sans "demander" aux Parisiens.

CANDIDATURE 

Municipales 2020 : Vikash Dhorasoo candidat à la mairie de Paris avec l'Insoumise Danièle Simonnet

GRIVEAUX RÉPOND À BAYROU

INTERVIEW POLITIQUE 


Face à Elizabeth Martichoux, le candidat LaREM à Paris concède un point de convergence avec son adversaire Cédric Villani : "Nous avons un objectif commun, c'est qu'il ne s'alliera pas à Anne Hidalgo et moi non plus."

INTERVIEW POLITIQUE


"Manifestement, il reste à convaincre", admet Benjamin Griveaux en réponse à François Bayrou qui a déclaré hier qu'il fallait "réfléchir à un plan B à Paris". "Il faut rassembler le plus largement possible. Ce rassemblement, je suis en train de le bâtir pas à pas", poursuit le candidat qui assure ne pas se laisser "détourner par des querelles d'appareil."

INTERVIEW POLITIQUE 


Benjamin Griveaux est l'invité d'Elizabeth Martichoux ce lundi matin à 8H30. Un entretien à suivre sur LCI (canal 26) et LCI.fr. 

BAYROU

Sur France Inter, le patron du Modem François Bayrou estime qu'il faut "un plan B" à Paris. Jugeant que les voix de Benjamin Griveaux et de Cédric Villani ne s'additionneront pas pour faire battre Anne Hidalgo, il vante l'hypothèse d'une candidature de Jean-Louis Borloo ou d'Agnès Buzyn dans la capitale

VILLANI

VIDEO - "Je ne m'allierai pas à Anne Hidalgo", assure Cédric Villani au Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro. Le candidat dissident de LaREM veut ainsi tordre le coup à des rumeurs qui prédisaient une alliance avec l'actuelle maire de celui qui avait présidé son comité de soutien en 2014

TROUBLE

"A Paris, il n'y a pas de candidat naturel". C'est une nouvelle petite phrase qui ne risque pas d'ajouter de la clarté dans les rangs de la majorité mobilisée pour la campagne municipale à Paris. Ancien candidat à la candidature, le vice-président de l'Assemblée nationale Hugues Renson s'est appliqué, dans Le Parisien, à semer un peu plus le trouble chez les affidés de La République en marche.


"Préoccupé" par ce qu'il présente comme une incapacité du parti et de son candidat officiel Benjamin Griveaux à "élargir et rassembler", il ajoute : "Qu'on le veuille ou non, il y aujourd'hui deux candidats issus de LaRem à Paris. Chacun à sa légitimité." Qui soutiendra-t-il, du candidat du parti ou du rebelle Cédric Villani ? "Je suis face à un dilemme. [...] Je [les] rencontrerai en début de semaine pour mieux comprendre leur état d'esprit".


Pour couronner le tout, il franchit une ligne jaune, du moins du côté de LaRem : une alliance avec Anne Hidalgo. "Je n'ai jamais considéré qu'il y avait une incompatibilité absolue et définitive entre LaRem et Anne Hidalgo".

ALLIANCE CAMPION-BIGARD

Municipales : Jean-Marie Bigard candidat surprise sur la liste de Marcel Campion à Paris

VILLANI

Interrogé le 26 septembre sur Europe 1, le candidat dissident de LaREM Cédric Villani assure qu'il y aura bien "un bulletin Villani au mois de mars" à Paris, écartant tout désistement en faveur de Benjamin Griveaux. 

Le député de la majorité revient également sur les propos d'Emmanuel Macron, qui avait taclé le 16 septembre, devant la majorité parlementaire, "ceux qui oublient qu'ils sont issus des commissions d'investitures". Pour Cédric Villani, ces propos ne le visaient pas. "Le soir même où ce message était adressé, je recevais un message de l'Elysée disant que cela ne me visait pas", assure le mathématicien. "S'il avait voulu mettre un stop, il aurait dit explicitement ce qu'il souhaitait"

HIDALGO

Critiquée par Benjamin Griveaux, candidat LaREM aux municipales, pour sa politique du logement, Anne Hidalgo a également répliqué sur France Inter contre des accusations qu'elle juge "caricaturales". 

"On a décidé d’investir 3 milliards d’euros dans cette mandature pour le logement social", a indiqué la maire de Paris. "Aujourd'hui, Paris, c’est 22% de logements sociaux. Sans ça, on serait dans la situation de Londres ou San Francisco."

HIDALGO

Dans une interview accordée au JDD, la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo a émis l'hypothèse d'interdire la plateforme Airbnb pour les logements situés dans le centre de la capitale. "Dans le centre de Paris, nous avons perdu 26.000 logements habitables. Il faut peut-être interdire Airbnb dans ces arrondissements", a-t-elle poursuivi lundi matin sur France Inter. "Ces plateformes sont devenues un contournement de la législation sur l’hôtellerie."

GASPARD GANTZER


"Débattons du fond quand vous voulez, pourquoi pas sur LCI", répond le candidat de Parisiennes, Parisiens à Cédric Villani

CÉDRIC VILLANI


Retrouvez l'interview d'Elizabeth Martichoux en intégralité

Cédric Villani, candidat à Paris : "Si le Président avait voulu exprimer de la réprobation, il l’aurait fait explicitement"

CÉDRIC VILLANI


Le candidat LaREM dissident aux élections municipales à Paris était l'invité d'Elizabeth Martichoux sur LCI ce vendredi matin. 

STAFF

Municipales à Paris : Villani embarque Hugues Aufray dans son équipe de campagne

REACTION

Distancé par Anne Hidalgo, dans un mouchoir de poche avec Cédric Villani et pas bien en avance sur Rachida Dati et David Belliard, Benjamin Griveaux n'entend pas se laisser abattre par le sondage pour le moins contrasté du JDD qui lui attribue 17% : le candidat LaRem à Paris assure, au micro de LCI, que la campagne "n'est pas un concours de popularité mais de vérité". Les Parisiens trancheront, annonce-t-il, estimant "qu'ils en ont déjà choisi de moins populaires"

SONDAGE

Selon une enquête Ifop Fiducial pour le JDD et Sud Radio, l'actuelle maire PS Anne Hidalgo recueillerait 24% des intentions de vote au premier tour, suivie du candidat LaREM Benjamin Griveaux (17%), du dissident LaREM Cédric Villani (15%), de Rachida Dati (LR, 14%) et de David Belliard (EELV, 13%).

Dans ce même sondage, les Parisiens placent en tête des priorités : la propreté, la lutte contre la pollution, la sécurité et la maîtrise des impôts

REPLIQUE

A Paris, les candidatures Griveaux et Villani se font d'ailleurs épingler pour leur position sur le logement. Dans une tribune à Libé, Ian Brossat, candidat communiste et adjoint au Logement de la mairie de Paris, tance vertement les deux candidats pour leurs conclusions face au prix du m² à Paris. Dans une défense du logement social, qu'il présente comme le seul moyen de lutter contre l'inflation des prix (plus de 10.000 euros le m² selon une étude récente), il rappelle qu'"en 2025, une famille sur quatre habitera un logement public". Des familles qui viendront aussi bien des catégories populaires que de la classe moyenne. 


Un pan d'action lui-même critiqué par les frères ennemis de LaRem, qui jugent que cette préoccupation a facilité l'inflation du parc privé. A quoi Brossat répond : encadrement des loyers, outil "indispensable" "dans une ville qui compte 60% de locataires", et contrôle des locations de meublés type AirBNB, qui contribue à sa mesure à l'inflation des prix. Et de reprocher à Villani et Griveaux leurs votes : la baisse des APL, les coupes dans les budgets des bailleurs sociaux ou la baisse substantielle du budget du ministère du Logement : "Comment prêter ainsi un quelconque crédit à leurs remarques dès lors qu’ils sont les premiers artisans d’une politique qui s’attache au quotidien à fragiliser les classes moyennes et les familles populaires ?" 

A LYON

A Lyon, comme à Paris, LaRem se déchire. D'un côté, Gérard Collomb, maire de la ville et désireux de reprendre le pouvoir à la métropole, présidée par son ex-dauphin David Kimelfeld. Le premier a proposé au second un partage du mandat, trois ans chacun. Mais le second ne veut pas en entendre parler, malgré la demande d'Emmanuel Macron allant dans ce sens. 


Une solution à laquelle Stanislas Guerini, le délégué général de LaRem, a également donné sa préférence, ce matin sur CNews : "Je ne sais pas dans quel sens il faut le faire mais je crois que pour le bien des Lyonnaises et des Lyonnais, ça serait bien d'additionner les énergies, ces deux personnalités ont beaucoup apporté à la ville et à la métropole de Lyon", a-t-il commenté.


Les risques de scission sont lourds, pour la candidature à ce poste qui doit être prochainement déterminée par la commission nationale d'investiture du parti, qui sort échaudée du processus de désignation de Benjamin Griveaux, qui a généré la candidature de Cédric Villani. Kimelfeld a d'ores et déjà laissé entendre que si cette dernière ne le désignait pas candidat, "il faudra alors peut-être écrire une autre histoire".

TRAVAUX À PARIS

De plus en plus infidèle à son engagement de ne pas critiquer Anne Hidalgo, le candidat LaRem Benjamin Griveaux a de nouveau critiqué la politique municipale de la maire socialiste, cette fois en versant dans une critique habituelle : les travaux, incessants, dans la capitale. Jugeant que "les Parisiens en ont assez" des travaux, l'ancien ministre a formulé "une proposition simple". S'il est "élu maire de Paris, [il] imposer[a] un moratoire sur les travaux jusqu'à fin 2020". 


Pas tous les travaux : seulement ceux qui ne concernent pas la sécurité. Objectif : "mettre cette période à profit pour réunir les opérateurs de la ville, les concessionnaires, les associations de riverains, de commerçants et d'habitants qui sont excédés afin de travailler plus intelligemment. Six mois de calme, les Parisiens l'auront bien mérité."


S'il a reconnu que la mairie de Paris n'était à l'origine que de 7% des travaux, Benjamin Griveaux a tout de même trouvé le moyen de lui reprocher les autres : "100% des travaux ont été autorisés par la mairie de Paris !"

RASSEMBLEMENT NATIONAL 


Le Rassemblement national (RN) a investi ce lundi pour les prochaines élections municipales à Paris un candidat extérieur au parti, Serge Federbusch, écartant de fait la candidature d'un délégué du RN, Jean Messiha. Dans un communiqué, la fédération du RN dans la capitale "a pris acte de l'investiture de Serge Federbusch comme tête de la liste 'Aimer Paris' soutenue  par le Rassemblement national", ajoutant être "en ordre de marche pour aboutir aux meilleurs résultats" à ce scrutin, généralement peu favorable au RN dans les grandes villes.


Le trésorier du RN, Wallerand de Saint Just, qui avait été candidat en 2014  à Paris où il avait obtenu 6,26% des voix, avait fait savoir en mars que le RN ne présenterait pas de liste à Paris, une première, mais se rallierait à celle de M. Federbusch, énarque, ancien conseiller à l'urbanisme du socialiste Bertrand Delanoë puis conseiller apparenté UMP dans le Xe arrondissement, qui s'était présenté en 2014 sur la liste de l'entrepreneur libéral Charles Beigbeder. 

LISTE GILETS JAUNES

Selon L'Express, une liste Gilets jaunes pourrait voir le jour lors des municipales à Paris. Le collectif des Gilets jaunes citoyens compte présenter une liste "Front jaune citoyen Paris 2020", conduite par Thierry Paul Valette, une des figures du mouvement

EDOUARD PHILIPPE


Présent sur scène à Bordeaux à l'occasion du Campus des territoires de LaREM, le Premier ministre s'est exprimé au sujet des prochaines municipales. Et notamment sur les rumeurs qui esquissaient une éventuelle candidature d'Edouard Philippe à Paris. 

"Il est arrivé récemment qu’on me dise : 'Edouard, tu devrais aller te présenter à tel endroit… C’est arrivé, je vous assure…’ On me l’a dit, et c’était à Paris. C’est très flatteur et certainement très agréable, mais je vous le dis mes amis, ça n’a aucune sens. Pour deux raisons. Il y a d’abord un excellent candidat investi à Paris, il s’appelle Benjamin Griveaux. Il est intelligent, il est déterminé et il est tenace [...] Et la deuxième raison, c’est qu’on n'est jamais candidat ailleurs qu’à l’endroit où l'on est enraciné, qu’on a dans son cœur, dans sa tête et dans ses tripes, et moi, mes tripes, elles ont un goût d’eau salée. Si un jour je devais être candidat,  je ne vois pas très bien comment ça pourrait être ailleurs qu’au Havre", a conclu Edouard Philippe au sujet des municipales. 

SAPORTA-GANTZER


Dans un entretien à Challenges consultable ce dimanche sur le site du magazine (version pour les abonnés), le duo se prononce notamment sur une éventuelle alliance avec le candidat officiel de La République en marche, Benjamin Griveaux : "Nous ne travaillerons pas avec Benjamin Griveaux, tranche Gaspard Gantzer. Il a voté le CETA, comme vous le rappelez, mais de manière plus générale, il se situe à la droite de Macron. Il a en quelque sorte tout ce que nous n’aimons pas chez Macron et rien de ce que nous aimons : son charisme, une forme d’envolée lyrique. Il ne fait que des alliances à droite et sur l’écologie… on voit que ce n’est pas son dada." 

VILLANI

Dans la même interview, Cédric Villani veut aussi promouvoir des cantines "100% bio", créer "des centaines" de rues "zéro déchet" et revoir les projets de constructions de tours, notamment à Bercy-Charenton (12e arrondissement)

VILLANI

Dans une interview au JDD, Cédric Villani, attaqué sur les réseaux sociaux pour avoir pêché après une question sur son projet pour le logement, livre quelques idées dans ce domaine. Le candidat dissident de LaREM propose ainsi, pour faire face à la crise du logement, d'étudier le gel des loyers tel qu'il est pratiqué à Berlin. Il juge également "bonne" l'idée de Ian Brossat, l'adjoint au Logement et candidat PCF aux municipales, de découpler bâti et foncier  pour permettre l'accession à la propriété pour les classes moyennes

GUERINI


Stanislas Guérini, le délégué général du parti présidentiel, s'est exprimé sur les candidatures de Benjamin Griveaux et Cédric Villani, alors que LREM tient ce week-end à Bordeaux son premier "campus des territoires". "Je crois que la division, c'est systématiquement l'échec. Jusqu'au bout, nous garderons la main tendue à Cédric Villani. Je regrette sa décision mais je souhaite que l'on puisse mener cette campagne rassemblée", a répété le patron des Marcheurs dans Le Parisien ce samedi. 

BROSSAT vs VILLANI


Les municipales, c'est dans six mois, mais la guerre est déclarée. Cédric Villani, déjà occupé sur le front qui l'oppose à Benjamin Griveaux, vient d'essuyer un nouveau coup. Il est asséné par Ian Brossat, l'adjoint à la mairie de Paris en charge du logement. Ce vendredi, il a relayé une vidéo dans laquelle on peut voir le mathématicien interrogé au sujet de son programme en matière de logement. Celui qui a lancé le jour même une tournée parisienne, au cours de laquelle il va pendant 24 heures à la rencontre de "ceux qui font Paris", est pris totalement de court. 

LE GENDRE SOUTIENT GRIVEAUX, MAIS ...


"Tous les deux se rassembleront", assure Gilles Le Gendre. A notre micro, il a répété à de multiples reprises que le candidat investi par LaREM a tout son soutien. Et qu'en tant que chef de la majorité à l'Assemblée nationale, il fera "tout pour que Benjamin Griveaux arrive en tête".


Mais si Cédric Villani, dont la côte de popularité dépasse de cinq points celle de Benjamin Griveaux, venait à aller "jusqu'au bout", comme il ne cesse de dire? Et s'il commence à devenir le seul candidat capable de succéder à Anne Hidalgo? Alors,  Gilles Le Gendre n’écarte pas tout à fait la possibilité que le mathématicien devienne le représentant d’En Marche d'ici mars 2020. "Ce sont des êtres raisonnables et rationnels", argue-t-il pour expliquer la confiance qu’il accorde à l'un et à l'autre. Pour lui, ce qui prime, c’est de battre Anne Hidalgo, qui que soit le candidat. "Et si cette division démontre qu’elle fait augmenter de façon spectaculaire les chances de la maire d’être réélue, je fais confiance à l’un et à l’autre pour qu’ils ne nous entraînent pas vers cette défaite".

Candidature dissidente de Villani à Paris : "Au bout du compte, nous serons tous ensemble", affirme Gilles Le Gendre

VILLANI IRA "JUSQU'AU BOUT"


Invité de la matinale de LCI, Cédric Villani, candidat dissident à la mairie de Paris persiste et signe.


Alors que Benjamin Griveaux continue les appels du pied pour qu'il le rejoigne, Cédric Villani a martelé qu'il comptait faire sa propre campagne. "C'est bien mon intention d'aller jusqu'au bout", a-t-il affirmé.

GRIVEAUX


Le candidat LaRem ne désespère pas de rallier Cédric Villani à sa cause... Il l'a dit à deux reprises ce jeudi. 

YANNICK JADOT


L'ancienne tête de liste EELV est intransigeante. Face à ce qu’il décrit comme un phénomène de mode qui consiste à se revendiquer écolo, Yannick Jadot a taclé le candidat Cédric Villani, ce jeudi, sur LCI


"Il veut être écologiste ? Tant mieux !", tonne-t-il en réponse au mathématicien et député de l'Essonne qui dit souhaite devenir "le premier maire véritablement écologiste de Paris". Avant de souligner son "incohérence". "Car quand il fallait voter sur le Glyphosate ou sur le Ceta, (…) à chaque fois, il est sorti de l’hémicycle pour faire autre chose ! "

GRIVEAUX


Le candidat désigné par LaRem, Benjamin Griveaux a réagi ce jeudi matin à l'annonce de Cédric Villani. "C'était la fin d'un faux suspense. J'ai un regret, c'est qu'il avait pris l'engagement de soutenir celui ou celle qui allait être désigné(e). Il n'est pas candidat En Marche puisque le mouvement En Marche a un seul candidat et il est devant vous", a déclaré Benjamin Griveaux sur RTL


Benjamin Griveaux a ainsi rappelé qu'il avait "écrit" à celui qui n'était pas encore son rival le 23 août dernier, lui proposant de "co-piloter de manière inédite la campagne sur les questions programmatiques et sur les questions de personnes. Ma conviction, c'est que nous irons rassemblés", a rappelé le candidat LaRem. 

EQUIPE DE CAMPAGNE

VILLANI

REACTION

La réponse de Ian Brossat, l'adjoint au Logement d'Anne Hidalgo et candidat du PCF aux municipales, au discours de Cédric Villani

LAREM

Dans un communiqué, le mouvement LaREM "regrette" la décision de Cédric Villani, un choix "qui va à l'encontre des règles collectives du mouvement auquel il appartient et rompt l'engagement qu'il avait pris devant la Commission nationale d'investiture de soutenir le candidat qui serait désigné".

Le mouvement présidentiel refuse toutefois de "tomber dans la division" et évacue l'hypothèse d'une exclusion de Cédric Villani.

"Je dis à Cédric Villani que je reste convaincu que sa place est à LaREM et qu'à tout moment de cette campagne, nous aurons à coeur de rechercher le rassemblement", fait savoir le délégué général Stanislas Guerini

VILLANI CANDIDAT

VIDEO - L'annonce de sa candidature en images

VILLANI

"Je serai le maire de tous les Parisiens et de toutes les Parisiennes. Je ne serai jamais un homme d'appareil. Je ne dépendrai que de vous, tant que vous me ferez confiance"

"Face au spectre d'une ville dure et agressive, je porterai le projet d'une ville douce"

"Face aux inégalités persistantes, je porterai le projet d'une cité éducative pour tous"

"Face au spectre du repli communautaire, je donnerai un contenu à la République du quotidien pour que chacun puisse s'émanciper"

"Je créerai les conditions du débat pour construire un Paris élargi avec tous ses territoires environnants"

"Je veux porter une écologie de proximité, de l'action, des solutions où nous réinventerons nos circuits de déplacement, de consommation"

"Je veux renforcer la démocratie locale et humaine"

VILLANI

"C'est ensemble que nous allons nous mettre au travail pour faire de Paris la métropole internationale du XXIe siècle"

"Je veux être le premier maire véritablement écologiste de Paris"

"C'est ensemble que nous porterons le projet d'une ville douce. J'en appelle aux bonnes volontés de tous. Cette candidature, je la porterai avec vous. Je la porterai dans la bienveillance et la liberté. Jamais dans l'attaque et toujours dans les solutions"

"Je vous proposerai dans les prochains jours une méthode"

Urgent

VILLANI CANDIDAT

"Vous avez été si nombreux tous les jours à venir m'encourager. J'ai la conviction qu'ensemble nous pouvons faire autrement. Que nous pouvons remettre l'Hôtel de Ville au service de ses habitants"

"Je vous annonce ce 4 septembre que j'ai décidé d'être candidat à la prochaine élection du maire de Paris"

VILLANI

"Pour rendre à Paris sa douceur, il faudra résoudre bien des problèmes complexes et pour cela travailler ensemble"

"Assembler des équipes pour résoudre des problèmes complexes, cela a été toute ma vie"

"Avant l'été j'ai participé à un processus de désignation. J'ai pu mesurer les limites du fonctionnement de l'appareil politique que nous dénoncions il y a peu"

Infos précédentes

Une élection majeure aux multiples inconnues. Alors que le scrutin des élections municipales des 15 et 22 mars approche à grands pas, la majorité présidentielle a d'ores et déjà mis un pied dans la campagne en désignant, en juillet, un très proche d'Emmanuel Macron, Benjamin Griveaux, comme tête de liste. Un choix qui a divisé les soutiens au sein de LaREM, au point de laisser envisager un duel fratricide entre l'ex-ministre et un challenger de renom, le député et mathématicien Cédric Villani, qui a dénoncé le processus d'investiture de sa famille politique. Ce dernier devrait préciser ses intentions ce mercredi 4 septembre à 19 heures.

En face, la droite parisienne apparaît toujours très divisée, entre les tenants d'une alliance avec la majorité présidentielle et ceux qui, comme Rachida Dati, rêvent de porter les couleurs des Républicains. A gauche, la maire Anne Hidalgo, très critiquée par ses adversaires, oppose une défense combative de son bilan, même si elle ne s'est pas encore déclarée sur une probable candidature à sa propre succession. Les écologistes ont également choisi leur chef de file en la personne du conseiller de Paris David Belliard. Du côté de la France insoumise, c'est la porte-parole Danielle Simonnet qui devrait représenter sa candidature.

Toutes les actualités relatives à la campagne électorale dans la capitale sont à suivre dans notre direct...

Lire aussi

Suivez en direct toutes les actualités de la campagne des municipales à Paris à travers notre live ci-dessus.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter