EN DIRECT - Municipales : à Toulouse, l'alliance de LaRem et de la droite propulse le maire sortant en tête des sondages

EN DIRECT - Municipales : à Toulouse, l'alliance de LaRem et de la droite propulse le maire sortant en tête des sondages
Politique

MUNICIPALES 2020 - Dimanche 15 mars prochain aura lieu le premier tour des élections municipales, dans 34970 communes, afin d'élire plus de 500.000 conseillers municipaux. Un scrutin aux enjeux majeurs pour La République en marche, le parti présidentiel, tout comme pour les partis traditionnels, qui comptent bien en profiter pour se refaire la cerise. Suivez les dernières informations.

Live

NANCY

Le socialiste Mathieu Klein est officiellement élu maire de Nancy, au terme de l'installation du conseil municipal. Il a battu le maire sortant Laurent Hénart (Parti radical) le 28 juin dernier. 

REPLAY


Voici le premier discours d'Edouard Philippe redevenu maire du Havre. La mission de maire," le plus beau mandat que la  République puisse offrir."

EDOUARD PHILIPPE, L'HOMME ÉMU

VIDEO - Edouard Philippe au Havre : l'hommage ému à son ancien collaborateur

PRESIDENTIELLE

Eric Piolle songe-t-il être candidat à la présidentielle 2022 ? "Ce n’est pas le moment pour cela. Je travaillle pour que l’arc humaniste puisse trouver un débouché politique. Aujourd’hui, Yannick Jadot est quelqu’un d’important dans la vie politique. Lui veut être candidat, moi je veux que notre arc humaniste gagne. On ne naît pas maire, on le devient. On ne naît pas président, on le devient. Il faut donner un débouché politique à une majorité culturelle."

"Nous lançons avec Anne Hidalgo un réseau que nous allons appeler 'Cité en commun'. Il est important de montrer ce cap politique qui se met en acte."

PIOLLE/GRAND JURY

Eric Piolle : "La question du nucléaire est dépassée. Nous avons voté la réduction de la part du nucléaire en 2015. Fessenheim a été arrêtée. Il faut reprendre le mouvement. On ne sait toujours pas comment démanteler une centrale."

"Il faut investir dans la matière grise pour apprendre à maîtriser la sécurité nucléaire". 

 "Il faudra définir une trajectoire pour la sortie du nucléaire. Il faudra sortir avant 2040. Il y a un lobby en France qui freine le développement des énergies renouvelables." 

PIOLLE/GRAND JURY

Eric Piolle, à propos des aides aux entreprises face à la crise. “Il faut mettre des conditions de transition énergétique, sociale. On ne peut pas arroser les entreprises comme en 2008. Celles qui captent l’essentiel de ces milliards, ce sont les multinationales, qui concernent une minorité d'emplois”

PIOLLE/GRAND JURY

Eric Piolle, maire EELV de Grenoble, à propos de l'appel des maires écolos à un moratoire sur le développement de la 5G : "La 5G, aujourd’hui, c’est une fuite néo scientiste. Il y a en France plein de gens qui sont dans des zones blanches, c’est la priorité. Doit on passer dans une nouvelle techno qui va consommer encore plus d’énergie ?"

"On monte des territoires urbains toujours plus en techno, et on laisse des zones blanches.  Est-ce que le progrès c’est de voir des films pornos en HD ? Un quart des vidéos, ce sont des vidéo porno. J'ai va provoquer un peu, mais grosso modo, la 5G, c’est pour permettre de regarder du porno dans l’ascenseur."

PIOLLE/GRAND JURY

Eric Piolle, maire EELV réélu à Grenoble, est l'invité du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro. 

"Il y a un mouvement de fond", juge-t-il à propos des victoires écologistes aux municipales. "Pourquoi on retrouve des leaders aussi variés à la tête des grandes villes, et dans les petites villes ? Il y a là un mouvement de société." 

EDOUARD PHILIPPE AU HAVRE


L'ancien Premier ministre a pris la parole ce dimanche matin pour son premier discours en tant que nouveau maire de la ville.

EDOUARD PHILIPPE AU HAVRE


Edouard Philippe : "C'est la même émotion pour moi aujourd'hui qu'en 2001. Je peux dire comme beaucoup de mes collègues maires que le fait de se voir confier cette responsabilité c'est la chance d'exercer le plus beau mandat que la République puisse offrir. Le fait de le faire dans la ville qu'on aime tisse un lien avec des choses, des gens, des projets. Et tout cela créé une densité humaine que ceux qui s'engagent connaissent, mais que ceux qui regardent ne comprennent pas forcément."


"Quand on est élu, on sait qu'on ne fera pas tout bien. (...) On doit être animé par la conviction profonde qu'on fera du mieux qu'on peut. C'est déjà beaucoup."


"Je pense à Michel Sirronneau, qui ne m'a pas quitté durant la campagne. Il est mort durant l'exercice de ses fonctions. Il était mon ami, et là où il est, il... (ndlr : l'émotion l'empêche de terminer sa phrase)... Il doit boire une bière et être sacrément fier de nous."

EDOUARD PHILIPPE AU HAVRE


Edouard Philippe poursuit son premier discours en tant que nouveau maire du Havre : "C'est difficile de concevoir l'intérêt général. C'est pour cela que le débat public est important. (...)"

"L'intérêt général on ne peut le saisir, je crois, qu'après avoir beaucoup écouté, beaucoup réfléchi. (...) Mais je ne crois pas qu'il se résume à prendre en compte ceux qui parlent le plus fort."

EDOUARD PHILIPPE AU HAVRE


Edouard Philippe : "Nous voulons pendant l'été, avec l'Education nationale, apporter une aide aux élèves qui en ont besoin. (...) Dans beaucoup de domaines, les effets du confinement ont porté un coup. (...) Dans les deux ans à venir, nous voulons effacer les effets du confinement."

EDOUARD PHILIPPE AU HAVRE


Edouard Philippe poursuit son premier discours en tant que nouveau maire du Havre : "Je veux dire que nous sommes pleinement conscients de la responsabilité qu'ils placent sur notre dos. Je veux remercier les électeurs, les Havraises et les Havrais." 

EDOUARD PHILIPPE AU HAVRE


Edouard Philippe poursuit son premier discours en tant que nouveau maire du Havre : "Je veux dire que nous sommes pleinement conscients de la responsabilité qu'ils placent sur notre dos. Je veux remercier les électeurs, les Havraises et les Havrais." 

EDOUARD PHILIPPE AU HAVRE


Edouard Philippe prend la parole : "L'installation du conseil municipal intervient au terme d'une campagne très particulière. En raison d'une assez grande tension avant le premier tour. (...) Le débat peut être passionné, et il l'est souvent. Il peut donner lieu à de la mauvaise foi (...) je suis certain que cela m'est arrivé.


"La campagne a été marquée par quelque chose qui, je crois, n'était jamais arrivé : le report du second tour. Cette campagne a aussi été marquée par un niveau d'abstention très élevé. Elle n'est pas propre au Havre, elle a été parfois plus vive ailleurs."


"Les décisions dans une démocratie sont prises par ceux qui vont voter. Nous devons collectivement faire en sorte de montrer l'intérêt du débat public, et convaincre nos concitoyens de la nécessité d'y participer."

EDOUARD PHILIPPE AU HAVRE


Edouard Philippe est élu, par 47 voix contre 12 pour son adversaire.

EDOUARD PHILIPPE AU HAVRE


Avec 47 voix contre 12, Edouard Philippe reprend officiellement les rênes de la ville du Havre.

EDOUARD PHILIPPE AU HAVRE :  L'ELECTION EN DIRECT


Edouard Philippe retrouve son poste de maire du Havre ce dimanche. Suivez cette élection ainsi que le discours de l'ex-Premier ministre en direct en tête de ce papier et sur LCI Canal 26.

MARSEILLE


Voici le récit du "3e tour" qui a permis à Michèle Rubirola de devenir la première femme maire de la cité phocéenne :

VITRY-SUR-SEINE


Arrivé en tête au second tour des municipales à Vitry-sur-Seine, Jean-Claude Kennedy a été battu ce samedi au "troisième tour" par l'un de ses colistiers, Pierre Bell-Lloch. Le secrétaire de la section communiste de Vitry était 5e sur la liste du maire sortant PCF.

"Un hold-up démocratique" : à Vitry-sur-Seine, un colistier détrône le maire sortant

STRASBOURG


Jeanne Barseghian est désormais officiellement la première maire écologiste de Strasbourg. "Je porterai de manière indissociable la réponse aux trois grands défis qui sont devant nous : le défi écologique, le défi social et le défi démocratique", a déclaré la juriste de 39 ans après avoir obtenu 53 votes favorables.


Elle a présenté, dès ce premier conseil municipal, une déclaration d'"état d'urgence climatique" pour sa ville.

MARSEILLE

La liste des adjoints de Michèle Rubirola à Marseille : le socialiste Benoît Payan sera son premier adjoint, la sénatrice Samia Ghali sera la 2e adjointe.

STRASBOURG

La nouvelle majorité municipale de l'écologiste Jeanne Barseghian, qui doit être formellement élue maire de Strasbourg samedi à 18 heures, va être rejointe par le groupe de son ancienne concurrente, la socialiste Catherine Trautmann, ex-maire de Strasbourg, ont annoncé les deux responsables

LYON

Grégory Doucet (EELV) est officiellement élu maire de Lyon. "Je mesure l'immense responsabilité qui est la mienne. L'immense responsabilité qui est la nôtre", déclare le successeur de Gérard Collomb.

HIDALGO

GAUDIN

L'ancien maire de Marseille Jean-Claude Gaudin rend hommage à Michèle Rubirola. 

"LA VOLONTÉ DU PEUPLE DE MARSEILLE A ÉTÉ RESPECTÉE"


VIDEO - Voici l'intégralité de la première déclaration de Michèle Rubirola dès après son élection.  "Je suis soulagée de voir que la volonté du peuple de Marseille a été  respectée", a-t-elle déclaré la voix empreinte d'émotion. Elle a promis de "réduire la fracture territoriale", dans une ville divisée  entre quartiers très paupérisés et riches. "Ce projet, c'est celui d'une ville  plus verte, plus juste et plus démocratique".

MARINE LE PEN


Pour la présidente du RN, c'est LR qui a "donné les clés" de la mairie à la gauche. 

RENAUD MUSELIER


L'ancien ministre et président de la Région Sud-Provence Alpes Côte d'Azur prend acte de l'élection du Michèle Rubirola et souhaite une révision de la loi PLM afin d'éviter qu'un tel 3e tour ne se reproduise.

MARSEILLE


Michèle Rubirola poursuit sa première prise de parole en tant que maire et rend hommage à ses équipes, à ses têtes de listes, et notamment au socialiste Benoît Payan, qu'elle remercie d'avoir su s'effacer avant la campagne pour se ranger derrière sa candidature. "Notre ville nous l'aimons, et nous y sommes profondément attachés. (...) Je suis sûre que nous allons faire de belles choses", a notamment déclaré la maire fraîchement élue.

MARSEILLE


Michèle Rubirola : "Le premier sentiment qui m'anime, c'est le soulagement de savoir que la volonté de la majorité du peuple marseillais a parlé. (...) Cette joie, ce bonheur, cet espoir, c'est celui du Printemps Marseillais. "


"J'éprouve une immense fierté à vous représenter dans ce fauteuil de maire. J'ai une pensé sincère pour Jean-Claude Gaudin qui a donné une partie de sa vie à cette ville."


"Soyez assurés que je serai toujours une maire attentive à vos demandes. Il n'y a dans cette ville aucune fatalité. (...) Ensemble, nous allons démontrer que la volonté politique peut déplacer des montagnes. Ne doutez pas de ma détermination à prendre de bonnes décisions."

Urgent

MARSEILLE


C'est officiel : Michèle Rubirola est la nouvelle maire de Marseille. La candidate du Printemps Marseillais a gagné au second tour de scrutin, avec 51 voix contre 41 pour son adversaire Guy Teissier (LR).


Avec ses neuf voix, Samia Ghali a permis à l'union de la gauche et des écologistes de remporter la majorité absolue et de ravir la mairie aux Républicains.


Les deux camps étaient arrivés au conseil municipal sans entente, Samia Ghali, qui a gagné son secteur et 2,89% des voix sur la ville, ayant demandé le poste de première adjointe en échange de son soutien à Michèle Rubirola, ce que lui avait refusé le Printemps marseillais (38%).

REACTION

MARSEILLE


Le dépouillement a débuté à l’hôtel de ville, le verdict est proche. Les élus RN, qui n'ont pas pris part au vote, reviennent dans la salle.

MARSEILLE


Selon nos informations, plusieurs ténors de la droite marseillaise sont furieux, et font savoir que le préfet va contester les modalités de cette élection à cause des suspensions de séance. 

MARSEILLE


Samia Ghali officialise son soutien au Printemps Marseillais : "Ma chère présidente, je voudrais vous remercier, vous êtes une élue exemplaire (...)  "J'ai décidé de ne pas présenter ma candidature et d'apporter mon soutien à Mme Rubirola". Cette dernière a alors traversé tout l’hémicycle pour donner une accolade à Samia Ghali.


Le second tour de scrutin est en cours et, sauf revirement de dernière minute, il devrait aboutir à l'élection de Michèle Rubirola.

Urgent

MARSEILLE


Selon nos informations, Samia Ghali retire sa candidature et va voter Michèle Rubirola.

MARSEILLE


Les conseillers municipaux reprennent leur place au sein de l'hémicycle, la séance va pouvoir - sauf surprise - reprendre. 

MARSEILLE


La présidente a tranché : une suspension est à nouveau validée, à la demande du camp de Samia Ghali puis du Printemps Marseillais. Le conseil reprendra à 14h15.

MARSEILLE


Après une énième suspension, le groupe de Samia Ghali revient dans la salle. La droite commence à perdre sa patience, multipliant les critiques sur la gestion du vote. "Qu'on fasse la suspension maintenant ou après, il va falloir la faire car nos estomacs vont nous rappeler à l'ordre."


Le camp LR est furieux d'avoir attendu 2h, scandalisés que les tractations se poursuivent. Guy Teissier : "La démocratie n’est pas l’anarchie. Tout ça ressemble plus à une assemblée marginale d’un parti d’extrême gauche qu’à une assemblée délibérante. Il faut fixer des durées de suspension."


Stéphane Ravier, lui, a déclaré qu'ils ne voteraient pas, ni 2eme tour ni au 3eme tour (s'il y en a un).

MARSEILLE


La suspension de séance se prolonge... Les discussions se poursuivent, l'équipe de Samia Ghali étant toujours retranché dans une partie du bâtiment. Le conseil devrait redémarrer dans cinq minutes, annonce Marguerite Pasquini dans le fauteuil de présidente de séance.

MARSEILLE


Après presque 2h de suspension, la séance reprend. "On est sur des négociations certainement" indique la présidente. "Je comprends que vous soyez exaspérés parce que c'est long".


 Devant la presse, l’élu RN Stéphane Ravier a dénoncé des "tractations nauséeuses" et confirme que son parti ne prendra pas part au 2e tour du vote au conseil municipal.

MARSEILLE


Les tractions se poursuivent à Marseille, depuis bientôt une heure. Selon le correspondant sur place du Monde, "les discussions ont repris entre le Printemps marseillais et Samia Ghali."

MARSEILLE


La suspension de séance s'éternise au conseil municipal. Depuis 30 minutes, les tractations vont bon train en coulisses. Michèle Rubirola est allée saluer ses partisans à l'extérieur, alors que Samia Ghali s'est isolée avec ses colistiers.

MONTPELLIER


Le socialiste Michaël Delafosse, qui avait remporté le 28 juin les municipales avec 47,2% des voix, a été élu maire de Montpellier avec 48 voix sur 65 (17 votes blancs) lors du premier conseil municipal de la nouvelle mandature.


A la tête d'une liste PS-PCF-EELV pour le second tour, M. Delafosse était arrivé devant le maire sortant divers gauche Philippe Saurel (34,7%) et devant le milliardaire Mohed Altrad (18,1%).


Arrivé en vélo à la mairie de Montpellier, M. Delafosse a été très applaudi en montant à la tribune après son élection et lorsqu'on lui a remis l'écharpe tricolore.

Urgent

MARSEILLE


Le verdict des urnes pour le premier tour est le suivant : 8 voix pour Samia Ghali, 41 voix pour Guy Teissier, et 42 pour Michèle Rubirola. Aucun candidat n'ayant obtenu la majorité absolu, un second tour va avoir lieu.

MARSEILLE


Les huissiers procèdent actuellement au dépouillement du premier tour, visiblement très serré, entre Guy Teissier et Michèle Rubirola.

MARSEILLE


Avant que les huissiers procèdent au dépouillement, rappel du contexte dans lequel se déroule le scrutin. Loi PLM (Paris-Lyon-Marseille) oblige, l'élection se fait par secteurs. Et aucune majorité absolue n'est sortie des urnes : 42 élus pour le Printemps marseillais, 41 à droite en comptant les 2 sièges restant au dissident LR Bruno Gilles. Loin, donc, des 51 voix nécessaires, sur 101, pour conquérir l'hôtel de ville et sa vue imprenable sur le Vieux Port et la "Bonne Mère".  


Mais tous ces calculs ont été bouleversés par le retrait des élus RN: la majorité absolue nécessaire pour élire le maire au deux premiers tours de scrutin ne concerne que les suffrages exprimés, soit 47 voix sans le RN, à supposer qu'il n'y ait aucune autre abstention. En tout cas, l'échec apparent des négociations du Printemps marseillais avec Mme Ghali pourrait barrer la route définitivement à Mme Rubirola.

MARSEILLE


La séance a repris, les candidats officialisent leur candidature, à commencer par Michèle Rubirola. Martine Vassal présente la candidature de Guy Teissier. La candidature de Samia Ghali est aussi présentée.


 L'heure est au vote. Le premier tour se décide au vote à majorité absolue sur les bulletins exprimés. Les 92 élus du conseil (101 moins les 9 du RN qui sont partis) procèdent au vote à bulletin. Le départ des neufs élus RN fait donc baisser cette majorité à un maximum de 47.

EN IMAGES


L'ambiance est électrique devant la mairie de Marseille, où se réunit le nouveau conseil municipal.

Infos précédentes

34.970 communes et autant de maires, plus de 500.000 conseillers municipaux. C'est un gigantesque scrutin qui s'annonce, le 15 mars 2020, avec les élections municipales. Le parfum du renouveau devrait, lui aussi, souffler. De fait, l'arrivée tambour battant de La République en marche, en mai 2017, dans le paysage politique, a renversé l'échiquier politique et ses pièces maîtresses qu'étaient jusqu'alors Les Républicains et le Parti socialiste, tandis que la mouvance écologiste soulevait, à l'occasion des européennes, les promesses d'une deuxième lame de fond. 

Après un dernier scrutin encore difficile pour LR et le PS, l'heure de la revanche est-elle arrivée ? Pour cette élection particulière, les partis traditionnels (105.000 sièges pour la droite parlementaire, 72.000 pour la gauche parlementaire), tirent encore leurs forces des nombreuses mairies remportées en 2014 et même avant. LaREM doit de son côté surmonter deux obstacles : son manque d'ancrage local et un possible vote sanction, après trois années de pratique du pouvoir macroniste. De quoi le faire s'engager dans une stratégie de soutien à de nombreux maires ou candidats issus d'autres partis et à d'ores et déjà s'inscrire dans une stratégie de front républicain, afin de contenir une poussée de l'extrême droite. 

Annonces, interviews, sondages dans les principaux points chauds... Ne manquez rien de l'actualité des municipales dans le direct ci-dessus.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Vers la fin de l’attestation de déplacement pour Noël ?

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

EN DIRECT - Covid-19 : les signes d'une décrue de l'épidémie en France se confirment

Interview choc de Diana en 1995 : la BBC ouvre une enquête, William espère que cela aidera "à établir la vérité"

"L’eau ça mouille… " : quand Monoprix ridiculise les restrictions dans les rayons

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent